Pedro Páramo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pedro Páramo
Auteur Juan Rulfo
Genre Roman
Version originale
Titre original Pedro Páramo
Éditeur original Fondo de Cultura Económica
Langue originale Espagnol
Pays d'origine Drapeau du Mexique Mexique
Date de parution originale 1955
Version française
Traducteur Roger Lescot
Lieu de parution Paris
Éditeur Gallimard
Date de parution 1959

Pedro Páramo est un roman de l'auteur mexicain Juan Rulfo publié en 1955.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Juan Preciado promet à sa mère sur son lit de mort qu'il ira à Comala (État de Colima, Mexique) réclamer de son père Pedro Páramo ce qui lui revient. Sur le chemin de Comala, il rencontre Abundio, un muletier, qui lui révèle être lui aussi un fils de Pedro Páramo, ce qui déconcerte le personnage principal. Juan découvre un village désert à l'atmosphère sinistre. Par la suite, Juan Preciado fera de nombreuses rencontres qui lui feront apprendre aussi de multiples choses sur son père.

Le roman raconte également l'histoire de Pedro Páramo, sous forme fragmentaire et sans suivre l'ordre chronologique.

Analyse[modifier | modifier le code]

La nouvelle se rattache au réalisme magique en ce que des personnages morts réapparaissent de manière à la fois brutale et familière tout au long du roman, ce que Juan ne comprendra que progressivement.

Pedro Páramo est aussi une critique du caciquisme, incarné par le personnage éponyme, dont le nom (Pedro, "pierre" ; páramo : "terre stérile" en espagnol) renvoie à la dureté. Le père du héros ne fait qu'apporter la mort autour de lui et dans le village de Comala.

Réception[modifier | modifier le code]

Bien que le roman de Rulfo ait la réputation d'avoir été accueilli dans l'incompréhension, un compte-rendu très favorable est paru dans El Universal en avril 1955 à Mexico, qui le présente comme une nouvelle. En novembre de la même année, Carlos Fuentes écrit une critique du livre pour la revue française L'Esprit des Lettres.

Jorge Luis Borges a déclaré que "Páramo est un des meilleurs roman des littératures de langue hispanique, et même de la littérature". Álvaro Mutis aurait dit au jeune García Marquez: "Tenez, lisez-le pour apprendre." Tahar Ben Jelloun, quant à lui, considère "Pedro Páramo (comme) un livre "amulette". Une espèce d'objet magique, car Juan Rulfo a tout dit en si peu de pages. Je me suis trouvé très rarement face à une telle densité." La Bibliothèque idéale le classe parmi les dix œuvres majeures de la littérature Latino-américaine.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Juan Rulfo et Claude Fell (dir.), Toda La Obra, Editorial Universidad de Costa Rica,‎ 1996, 1044 p. (ISBN 8489666164).
  • Pol Popovic Karic (dir.) et Fidel Chávez Pérez (dir.), Juan Rulfo : Perspectivas críticas, Siglo XXI,‎ 2007, 260 p. (ISBN 9682327075).