Pedro Navaja

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pedro Navaja

Chanson de Rubén Blades
extrait de l'album Siembra
Sortie 1978
Durée 7.21
Genre Salsa
Auteur Rubén Blades
Compositeur Rubén Blades

Pedro Navaja est une chanson de salsa, paroles et musique de Rubén Blades, parue en 1978 sur l'album Siembra[1] qui s'est vendu à plus d'un million d'exemplaires[réf. nécessaire].

La chanson décrit le mode de vie et la fin tragique d'un petit criminel, en s'inspirant de La Complainte de Mackie qui ouvre L'Opéra de quat'sous de Kurt Weil et Bertolt Brecht, devenu un standard du jazz sous le titre Mack the Knife (Ella Fitzgerald, Frank Sinatra, Louis Armstrong...), adaptée en portugais au Brésil (Opera do Malandro de Chico Buarque, etc.).

Elle marque le début d'un nouveau style de salsa véhiculant un message social et devient un classique chez les latinos des États-Unis, ainsi que dans le reste de l'Amérique latine[2].

En 1984, la Fania avait vendu les droits de Pedro Navaja à des producteurs de cinéma mexicains sans demander l'avis de Rubén Blades. Pour qu'on n'oublie pas qu'il était le créateur de ce personnage, il le fait revivre dans une suite intitulée Sorpresas (Pedro Navaja II) sur l'album Escenas (1985).

Une version live de Pedro Navaja figure sur l'album Rubén Blades y Son del Solar... Live! (enregistrée au Madison Square Garden en 1990). Lors de l'intro, Rubén Blades raconte que sa maison de disques Fania ne pensait pas que le morceau marcherait car il était trop long (plus de sept minutes).

Une autre version live enregistrée figure sur l'album Encuentro (concert donné en 2002 au Banco Popular de Porto Rico, avec Juan Luis Guerra et Robi Draco Rosa), et une autre encore sur son CD et son DVD Live in Cali (2006).

Le récit[modifier | modifier le code]

La chanson narre un récit. Le narrateur parle à la première personne (« Je l’ai vu passer… », « Croyez-moi ou non… », « Comme disait ma grand-mère… »), comme s'il s'adressait directement à l'auditeur, et parle au passé.

Voici ce qu'il raconte (raconté ici au présent) :

Lunettes noires.
Poignard.
Smith & Wesson, calibre 38, série spéciale.
Je l’ai vu passer les mains dans les poches de son manteau (pour masquer celle qui porte son poignard), un chapeau à large bords et des chaussures légères (afin de se volatiliser en cas de pépin), des lunettes noires (pour cacher son regard) et une dent en or (qui brille lorsqu’il sourit).
À trois blocs de là une femme attend d'hypothétiques clients sur le trottoir d'en face (une prostituée donc, mais la chanson ne le dit pas).
Une voiture passe très lentement sur l’avenue ; même sans inscription, nul n'ignore que c’est la police.
Pedro Navaja ne voyant personne traverse discrètement.
La femme sort de son manteau un revolver Smith & Wesson, calibre 38, série spéciale avec l'intention de le ranger dans son sac.
Pedro Navaja lui tombe dessus et la poignarde quand soudain résonne un coup de feu. Ils tombent morts tous les deux. Personne n'a réagi inquiété du bruit.
Un ivrogne trébuche sur les deux corps, ramasse le révolver, le poignard et de l'argent et repart en chantant (faux) ce refrain : « La vie réserve bien des surprises ! »

Dans la suite de la chanson, les chœurs chantent « I like to be in America… » référence à West Side Story où à un moment les chœurs chantent : « I like to live in America… »

Rubén Blades lâche une série de petites phrases et des proverbes :

  • Pedro Navaja, tueur des rues : « Qui tue par l’épée, périt par l’épée. »
  • Comme disait ma grand-mère : « Rira bien qui rira le dernier. »
  • « Mauvais pêcheur, qui a jeté à l’eau un mauvais hameçon, au lieu d’une sardine tu as accroché un requin. »
  • Huit millions d'histoires à New York.
  • Quand le destin commande, même le plus brave ne peut rien changer : « Si tu es fait pour le marteau, du ciel te tomberont les clous. »
  • Dans les quartiers de caïds, attention sur le trottoir. « Attention camarade car celui qui ne court pas, vole. »
  • Comme dans un roman de Kafka l’ivrogne a tourné dans l’impasse.

À la fin de la chanson, on entend une phrase qui semble provenir d'un flash-info (ce qui ajoute du réalisme à la chanson), parfois oubliée dans la transcription des paroles :

« Dans la ville de New-York deux personnes ont été trouvées mortes. Ce matin, les corps sans vie de Pedro Barrios et Josefina Wilson ont été trouvés dans une des rues adjacentes à …, entre les avenues A et B. La cause de la mort n'est pas encore connue… »

On entend difficilement la fin de la phrase dans la version originale car le volume baisse progressivement, mais dans une version live Rubén Blades la prononce en entier.

La suite[modifier | modifier le code]

La chanson Sorpresas (Pedro Navaja II) poursuit l'histoire :

L'ivrogne s'arrête de chanter; un voleur surgit d'une allée, pointe sur lui un Magnum et il lui dit : - "Donne moi tout ou je tire" -

L'ivrogne, tremblant, lui livre ce qu'il vient de trouver et le voleur étonné lui demande où il a trouvé cela.

Informé par l'ivrogne, à trois blocs au nord le voleur trouve les corps d'une femme et d'un homme en manteau, allongés sur la chaussée en position fœtale.

Il secoue la femme du pied, pour voir si elle réagit ; il se penche et la fouille, sans rien trouver.
Il se penche alors vers l'homme en manteau, et reconnait Pedro Navaja grâce à sa dent en or. Soudain un poignard le transperce et il meurt en voyant un miracle se produire : la bouche de de Pedro Navaja s'ouvre et sa dent rebrille.

Pedro Navaja prend sa carte d'identité et la met dans la poche arrière du pantalon du voleur pour embrouiller les recherches. Blessé par balle, il prend son autre poignard (il en a toujours deux sur lui).

Josefina était un type déguisé en femme, sachant qui il devait assassiner.

Pedro se soigne avec de l'eau-de-vie et extrait la balle rien qu'avec les dents.

"Mesdames et messieurs, flash-info : Dernières nouvelles, ceci est incroyable !
On a déterminé par une analyse dactylographique que le corps de la personne que l'on croyait être celui de Pedro Barrios, mieux connu comme “Pedro Navaja” est en réalité celui de d'un autre délinquant identifié comme Alberto Aguacate alias “El Salao” ;
D'autre part, Josefina Wilson s'est révélée être un homme, qui pour des raisons encore non déterminées s'habillait avec des vêtements de femme.
Nous continuerons à vous informer, s'il vous plait, restez branchés sur notre station."

Le titre[modifier | modifier le code]

Le patronyme Navaja fait référence :

  • à Mackie Messer : Messer (allemand) et navaja (espagnol) signifient « couteau ») ;
  • au nom de l'auteur-interprète, blades signifiant « lames » en anglais (mais est-ce volontaire ?)

Composition[modifier | modifier le code]

La composition musicale se caractérise par[3]

  • l'introduction progressive de nouveaux instruments et l'augmentation du volume à la manière de ce qui a rendu le boléro populaire ;
  • le changement de tonalité tous les deux couplets tout en gardant la mélodie.

Musiciens[modifier | modifier le code]

Références à la chanson[modifier | modifier le code]

  • Les paroles de Juan Cuchillo de José Fajardo disent : Escóndete Pedro Navaja que Juan Cuchillo te anda buscando (Cache-toi Pedro Navaja car Juan Cuchillo est parti te chercher)
  • Les paroles de Juanito Alimaña d'Héctor Lavoe disent : Vengo de un velorio, brother, el de Pedrito Navaja (Je reviens d'un enterrement mon frère, celui de Pedrito Navaja). Juanito Alimaña est un truand qui attaque une banque avec un couteau.
  • Les paroles de La Calle Está Dura par The Bad Street Boys disent Pedrito Navaja por la calle lo vi pasar.
  • Les paroles de Mala Vida de Yuri Buenaventura disent con Pedro Navaja el mejor amigo de tu vida.
  • Les paroles de Qué cosas tiene la vida de Pupy y los que Son, Son (le groupe de Cesar Pedroso, pianiste de Los Van Van) disent La vida te da sorpresas, sorpresas te da la vida (paroles du refrain de Pedro Navaja). Los Van Van chantent ce même refrain sur Vive (2004). Les paroles de Desengaños de la vida d'Alma Latina disent (après le solo de piano) : Sorpresas te da la vida.... Même chose pour No me molestes mas du groupe de salsa bordelais Bataola (vers la fin, 2 min 56) et Bye Bye de La 33.

Même référence encore par Azucar Negra sur Se acabo el pescao.

  • La Familia RústiKa chante à la fin de Dani Navaja : La vida le da sorpresas, sorpresas le da la vida.
  • Dans la chanson Latin Lover du groupe rock Malanga, Ruben Blades est invité pour un rap sur lequel il dit "Lleva un diente de oro que brilla en la oscuridad al estilo Pedro Navaja, porque Pedro Navaja sí es un verdadero latin love."

Adaptations[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Bernard Lavilliers s'est inspiré de Mack the Knife et Pedro Navaja pour sa chanson Pierrot la lame (album O gringo, 1980).

Cinéma[modifier | modifier le code]

La chanson Pedro Navaja a inspiré les blockbusters mexicains Pedro Navaja réalisé en 1984 par Ramón Obón avec Andrés García dans le rôle principal[4] et El Hijo de Pedro Navaja (Le fils de Pedro Navaja) réalisé en 1986 par Alfonso Rosas Priego[5] (voir affiche).

Comédies musicales[modifier | modifier le code]

La chanson a inspiré également les comédies musicales :

  • La Verdadera Historia de Pedro Navaja (La véritable histoire de Pedro Navaja) de Pablo Cabrera (Porto Rico) (musique de Pedro Rivera Toledo, avec Gilberto Santa Rosa dans le rôle de Pedro Navaja, Elvis Crespo, Yolandita Monge, Tego Calderón et Gisselle)
  • Pedro Navaja (Pedro Navaja) présentée au théâtre ABA à Panamá (Texte d'Edgar Soberon Torchia, basé sur Pedro Navaja de Rubén Blades, Opera do malandro de Chico Buarque et L'Opéra des gueux de John Gay.
    Sous la direction d'Edgar Soberon Torchia. Produit par Aurea Horta. Chorégraphie de Fabian Baeza).
    Distribution : Fabian Baeza, Aurea Horta, Jeico Castro, Priscila Moreno, Felix Gomez, Carlos Serrano, Lucia Moreno, Samuel Ibarra, Idania Ceville, Leda Ovalle, Jade Vasquez, Denis Guerra.

Série télévisée[modifier | modifier le code]

Début 2006 Buena Vista-Miami (filiale de Disney) a annoncé vouloir adapter l'histoire à notre époque, sous forme d'une mini série télévisée (5 épisodes de 20 minutes à 1 heure) qui raconte les vies parallèles de Pedro Navaja et Josefina Wilson, une barcelonaise qui voyagera à New York.

Buena Vista a proposé de s'associer avec Tepuy (Venezuela) (connue pour ses telenovelas Pasión de Gavilanes, Los plateados, Amarte así, ...) et Endemol-Espagne (Operación Triunfo (la Star Academy espagnole), Gran Hermano (le Loft Story espagnol...).

Le rôle de Josefina a été proposé à Paz Vega et Pénélope Cruz.

Fiche technique prévisionnelle :
Directeur de la production : Moisés Kaufman (nommé aux Emmy Awards et Tony Awards).
Directrice artistique : Brigitte Broch (Oscar pour Moulin Rouge ! et nomination aux Oscars pour Roméo + Juliette).
Scénario : Rodrigo García, fils de Gabriel García Márquez.
Budget : 2.500,000 euros

Reprises[modifier | modifier le code]

  • Los Bravos (1979)
  • Orquesta Platería (1979)[6]
  • Mike Dogliotti (1983)
  • Jairo a interprété une adaptation française écrite pour lui par Jean Guidoni, intitulée "La Bronx's Story De Pedro Navaja", et créée au Bataclan de Paris en octobre 1988, la version studio figure dans le CD "FLECHAS DE NEÓN" (1990) et bien entendu dans l'album "JAIRO LIVE BATACLAN" publié en 1988.
  • Gerônimo (1989)
  • Gato Pérez[7], chanteur de rumba catalane (année ?)
  • Chayanne (1994, Influencias)
  • El Lupe (1996, Macarena Mix)
  • Roman Palomar - Album Cumbias Con Sabor A Mariachi (1997)
  • La Dosis - Album Radio Acapulco (1997)
  • Pozze Latina, version rap (1999)
  • 101 Strings (2000, album Strictly Mambo)[8]
  • Johnny Quintana (2000)
  • Le groupe brutal death metal mexicain Mutilator a fait une reprise intitulée "Peter Blades". (2001)
  • 3 Son Salsa (2002)
  • Los Joao (2002)
  • Emmanuel (2003)
  • Vicente, Israel et José (2003, Operación Triunfo saison 3)
  • Jorge Bernal - Album Salsa & Mas Salsa (CD 1)
  • Tony Touch (2004, The Piecemaker II)
  • Pepe Arevalo (2005)
  • Charly Paz (2005)
  • Caco Senante (2005)[9]
  • Orquesta ¡Mira quién baila[10]! (2006) - les danseurs étaient l'actrice Emma Ozores[11] et l'humoriste Pedro Reyes.
  • Francisco Diaz - album Saxo Salsero - Tributo A Ruben Blades, Hugo Liscano Y Javier Galue - album Salsa (années ?)
  • Le groupe thrash metal A Palo Seko a fait une reprise sur leur CD "Live After Dis... co Homenaje" en 2007.
  • Le chanteur comique colombien John Jairo Pérez a fait une parodie intitulée "Pedro Machete", sur un rythme un peu plus cumbia.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Articles dans d'autres Wikipédias[modifier | modifier le code]

  • (es) Makinavaja, série de bande dessinée inspirée de Mack the Knife publiée dans le journal espagnol El Jueves

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Willie Colón & Rubén Blades, Siembra, 1978, Fania 537, ASIN B000F4L7NU.
  2. (en) Mario Luis Small, Villa Victoria. The Transformation of Social Capital in a Boston Barrio, 2004, p. 96
  3. (es) Angel G. Quintero Rivera, Salsa, Sabor y Control Sociología de la Música Tropical, 1998, p. 186-190
  4. (en) Pedro Navaja sur l’Internet Movie Database
  5. (en) Pedro Navaja sur l’Internet Movie Database
  6. (es) Orquesta Platería sur la Wikipédia en espagnol
  7. (es) Gato Pérez sur la Wikipédia en espagnol
  8. (en) 101 Strings sur la Wikipédia en anglais
  9. (es) Caco Senante sur la Wikipédia en espagnol
  10. (es) ¡Mira quién baila! sur la Wikipédia en espagnol
  11. (es) Emma Ozores sur la Wikipédia en espagnol