Pedro Horrillo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pedro Horrillo
Image illustrative de l'article Pedro Horrillo
Horrillo au Tour de Californie 2009
Informations
Nom Horrillo
Prénom Pedro
Date de naissance 27 septembre 1974 (40 ans)
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Spécialité sprinteur
Équipe amateur
?-1997 Café Baqué
Équipe professionnelle
1998-2000
2001-2002
2003-2004
2005-2009
Vitalicio Seguros
Mapei
Quick Step
Rabobank
Principales victoires
Une étape de Paris-Nice
Une étape du Tour de Catalogne

Pedro Horrillo Muñoz (né le 27 septembre 1974 à Eibar, en Espagne, dans la Communauté autonome du Pays basque) est un coureur cycliste espagnol des années 2000, professionnel de 1998 à 2009. Devenu cycliste après avoir mené des études de philosophie, il est connu pour ses facultés de stratège et de poisson pilote, notamment pour le compte du triple champion du monde Óscar Freire, avec qui il a partagé l'essentiel de sa carrière. À titre personnel, il compte huit victoires professionnelles, principalement obtenues au sprint ou à l'issue d'une attaque dans le dernier kilomètre de la course. Il a notamment remporté des étapes du Paris-Nice en 2004 et du Tour de Catalogne en 2005. Il met un terme à sa carrière début 2010 après une grave chute lors du Tour d'Italie 2009.

Repères biographiques[modifier | modifier le code]

Pedro Horrillo Muñoz naît le 27 septembre 1974 à Eibar, dans la Communauté autonome du Pays basque. Fils d'un employé d'usine et d'une employée de maison sachant tous deux à peine lire[1], il se distingue par ses résultats scolaires et obtient une bourse pour aller étudier la philosophie à l'Université du Pays basque à Saint-Sébastien. Il mène alors de front ses études, jusqu'à la cinquième année de philosophie, et sa carrière de cycliste amateur dans l'équipe basque Café Baqué[2], au cours de laquelle il rencontre Óscar Freire et Igor González de Galdeano[1]. Il remporte notamment le Premio Ega Pan au Pays basque en 1996[3].

Carrière cycliste[modifier | modifier le code]

Vitalicio Seguros (1998-2000)[modifier | modifier le code]

Pedro Horrillo passe professionnel en 1998 dans l'équipe espagnole Vitalicio Seguros[2], en même temps que son compatriote Óscar Freire, vice-champion du monde espoirs. Il débute en février en Espagne, au Challenge de Majorque, puis participe à plusieurs courses à l'étranger dont Tirreno-Adriatico et le Circuit de la Sarthe, où il prend la cinquième place de la 1re étape[4]. En mai, il prend le départ de son premier Tour d'Italie où il termine hors délais à l'issue de la 17e étape à Asiago.

En 1999, Horrillo commence sa saison au Tour d'Andalousie puis participe au Grand Prix international Mitsubishi MR Cortez, au Portugal, où il contribue à la victoire finale de son leader, Serguei Smetanine, qui gagne deux étapes. En mai, Horrillo termine quatrième de la Clásica de Alcobendas puis participe au Tour des Asturies, à la Bicyclette basque et enfin à son premier Tour de France, qu'il termine 135e. À la fin de la saison, Óscar Freire, devenu champion du monde sur route, quitte l'équipe pour la Mapei.

Dès sa deuxième course de la saison 2000, le Trofeo Antraxt, une des épreuves du Challenge de Majorque, Horrillo s'échappe et prend la deuxième place derrière Francisco Cabello, avec deux secondes d'avance sur le peloton[5]. Cette performance lui permet de terminer à la deuxième place finale du classement général honorifique du Challenge[6]. Plus tard dans la saison, il remporte sa première course professionnelle en 2000 sur la 9e étape du Tour du Portugal à Gouveia, à l'issue d'une échappée de six coureurs[7].

Mapei, puis Quick Step (2001-2004)[modifier | modifier le code]

Óscar Freire est le coéquipier et leader d'Horrillo chez Mapei

Pour la saison 2001, Horrillo rejoint son ancien coéquipier Óscar Freire, dont il devient le poisson-pilote, dans la formation phare de l'époque, la Mapei[8]. En avril, il remporte détaché une étape du Tour de Basse-Saxe avec neuf secondes d'avance sur le peloton[9] et prend la cinquième place finale. Il participe également cette année-là à son premier Tour d'Espagne en compagnie de Freire. Jouant activement son rôle de poisson-pilote, il termine dans les dix premiers des quatre premières étapes, ce qui lui permet d'occuper la troisième place du classement général[10]. Cependant, Freire échoue deux fois à la deuxième place derrière Erik Zabel et l'équipe rentre bredouille.

Après avoir participé aux classiques pavées du printemps 2002, Horrillo remporte la 1re étape de la Bicyclette basque devant Íñigo Landaluze, avec qui il a attaqué dans le dernier kilomètre[11]. Il doit cependant céder le maillot de leader dès le lendemain à Mikel Zarrabeitia. Cette année-là, il convainc Freire de participer au Tour de France et l'aide à remporter une étape[12]. Il parvient aussi à obtenir lui-même quelques places d'honneur, comme une troisième place à Avranches lors de la 7e étape, où il anticipe le sprint d'un kilomètre mais est repris par Bradley McGee et Jaan Kirsipuu à 100 m de la ligne d'arrivée[13]. En septembre, il participe au Tour d'Espagne[14], qu'il abandonne à l'issue de la 13e étape[15], puis est sélectionné pour la première fois pour les championnats du monde, où Freire est le tenant du titre[16]. Il termine 61e de la course[17].

En 2003, après l'arrêt de la formation Mapei, Horrillo rejoint pour trois ans l'équipe Quick Step, où il ne retrouve pas Óscar Freire, trop exigeant financièrement[18], qui rejoint la Rabobank. Son début de saison est marqué par une hernie discale[19]. Il ne reprend la compétition que tardivement, mais remporte une victoire dès juillet, sur la 1re étape de l'Uniqa Classic, devançant de quatre secondes un groupe de 25 coureurs[20]. Il cède la tête du classement général dès le lendemain au vainqueur d'étape, Roger Hammond, mais parvient à se maintenir à la troisième place finale derrière Hammond et Gerhard Trampusch. En fin de saison, il participe à nouveau au Tour d'Espagne, qu'il termine 124e, s'échappant notamment lors de la 2e étape[21].

Après s'être montré à son avantage en février 2004 sur les sprints du Tour de la Communauté valencienne, Horrillo participe à Paris-Nice. Lors de la 2e étape, Horrillo compte parmi les 36 coureurs capables de suivre l'offensive menée par la Team CSC sur les routes du Loiret. Débarrassé des principaux sprinteurs, et notamment de son leader Tom Boonen, Horrillo l'emporte au sprint à Montargis[22] malgré un doigt cassé[23]. La même année, il remporte une nouvelle étape sur l'Uniqa Classic, en solitaire cette fois[24], puis réussit plusieurs places d'honneur sur les sprints du Tour d'Espagne, où il est confronté à son mentor, Óscar Freire. Il obtient notamment une troisième place à Malaga lors de la 13e étape, derrière Alessandro Petacchi et Erik Zabel[25]. À l'issue de cette course, il est sélectionné dans l'équipe d'Espagne pour les Championnats du monde[26], où Óscar Freire l'emporte pour la troisième fois. Horrillo abandonne durant l'épreuve[27].

Rabobank (2005-2009)[modifier | modifier le code]

Horrillo court contre la montre au Tour d'Italie 2007

En 2005, Horrillo rejoint à nouveau Freire, dont il est l'équipier attitré chez Rabobank[28]. Cette année-là, il prend la 19e place de sa course favorite, Paris-Roubaix[29]. Le 18 mai, il remporte la 3e étape du Tour de Catalogne, trompant les meilleurs sprinteurs menés par Thor Hushovd en attaquant à un kilomètre de l'arrivée[30], et manque de s'adjuger de la même manière une étape du Tour d'Espagne, où il est repris à 200 m de la ligne d'arrivée. Hospitalisé après son troisième abandon sur chute de la saison au Circuit franco-belge, il met fin à une saison malchanceuse[31].

En 2006, Horrillo réussit son meilleur résultat sur Paris-Roubaix, dont il prend la 11e place[32]. Il remporte également une nouvelle victoire d'étape estivale sur le Tour de Saxe, à l'issue d'une échappée de 30 km[33], puis participe au Tour d'Espagne, où il s'échappe à plusieurs reprises au cours des dernières étapes, mais sans succès[34],[35]. Son contrat chez Rabobank est renouvelé pour un an à l'issue de cette course[36].

À partir de cette période, Horrillo, finisseur moins tranchant qu'il ne fut, réussit peu de performances marquantes. Lors de la Flèche brabançonne 2007, il est contrôlé positif au formoterol. Ce contrôle positif est attribué à une erreur administrative : son traitement contre l'asthme, pour lequel il bénéficie d'une autorisation thérapeutique, a été modifié sans que son médecin avertisse l'UCI et son équipe[37],[38]. Il doit faire une déposition devant la commission disciplinaire de la Fédération espagnole de cyclisme mais n'est pas suspendu et peut participer à son deuxième Tour d'Italie. Il y chute dès la 4e étape, se tord une vertèbre[39], et termine 121e. Il participe ensuite au Tour d'Espagne en 2007[40] et 2008, mais toujours sans succès, malgré une longue échappée lors de la 17e étape de cette édition, reprise seulement à six kilomètres du but[41].

Horrillo est conservé pour la saison 2009 à la Rabobank, où il bénéficie de son statut d'équipier favori d'Óscar Freire[42]. Le 16 mai 2009, lors de la 8e étape du Tour d'Italie, il chute de soixante mètres dans la descente du col de San Pietro, dans les Alpes[43]. Hélitreuillé, il souffre de fractures aux fémurs, à la rotule et au cou et d'un poumon percé et est plongé dans un coma artificiel pendant une journée[44]. Le lendemain, l'étape est neutralisée par les coureurs pour protester contre les dangers du parcours[45]. Cinq jours plus tard son leader, Denis Menchov, lui dédie sa victoire d'étape à Riomaggiore[46]. Opéré plusieurs fois, il reprend l'entraînement en novembre[47]. Au cours d'une visite sur les lieux de sa chute, dont il n'a aucun souvenir, il se voit remettre le prix Emilio Paganessi, pour ses réalisations remarquables dans la région de Bergame[48]. Cependant, les séquelles de l'accident lui interdisent d'espérer retrouver son meilleur niveau[49]. Horrillo annonce sa retraite sportive le 9 janvier 2010[50].

Horrillo dans le peloton[modifier | modifier le code]

Horrillo s'est principalement fait connaître pour son rôle de poisson-pilote[51], notamment au profit d'Óscar Freire. Au moment où il rejoint la Rabobank, le directeur sportif, Theo de Rooij, le présente ainsi comme « le coureur idéal pour lancer le sprint pour Freire[28]. » Il est notamment décrit comme un des meilleurs équipiers et un des meilleurs stratèges de son époque[43]. « Mais Horrillo peut faire bien plus que le simple équipier de Freire », ajoute de Rooij. Sa pointe de vitesse fait ainsi de lui un homme à surveiller sur des étapes plates[52], et lui permet de remporter plusieurs victoires au sprint ou en attaquant dans le dernier kilomètre, dont une étape sur Paris-Nice et sur le Tour de Catalogne. Il profite également de son expérience sur les classiques, comme Paris-Roubaix, sa course préférée, qu'il termine à la onzième place en 2006. Cette année-là, il affirme : « Si je n'avais pu courir qu'une course professionnelle, ç'aurait bien sûr été Paris-Roubaix, et si possible sous la pluie, parce que le vrai Paris-Roubaix, c'est quand il pleut[53]. »

Horrillo noue avec son leader, Óscar Freire, une forte amitié et est son homme de confiance au sein du peloton[12]. Il a ainsi été neuf ans coéquipier de Freire sur ses douze années de carrière. À la fin de sa carrière, il est également proche de l'autre espagnol de l'équipe Rabobank, Juan Antonio Flecha, qui le considère comme son ami et son coéquipier le plus digne de confiance[54], ainsi que du Russe Denis Menchov[55].

Ses études de philosophie font d'Horrillo tout au long de sa carrière l'intello du peloton. Il se déplace sur les courses avec divers ouvrages de philosophie et de littérature qu'il lit le soir à l'hôtel après la course, provoquant l'incompréhension, et parfois les railleries du peloton, comme lorsqu'il s'avise de rédiger des poèmes vantant les exploits de ses collègues[1]. Ce tropisme intellectuel fait dire d'Horrillo au directeur sportif de ses débuts, Javier Minguel, qu'il « ne fera jamais un bon cycliste ». « Il pense trop », ajoute-t-il[1].

Horrillo est très marqué par l'accident qui manque de lui coûter la vie sur le Tour d'Italie 2009. Quelques mois après cette chute, il la décrit comme une deuxième naissance[48]. Bouleversé par la mort de Wouter Weylandt survenue le 9 mai 2011 lors du Tour d'Italie, il lui rend hommage dans un article paru dans El País[56].

Du dopage, Horrillo dit en 2002 qu'il l'a fait hésiter à tout abandonner[1]. En 2007, cependant, il est lui-même confronté à un contrôle anti-dopage positif, qu'il explique par une erreur administrative dans le suivi de son autorisation thérapeutique[37].

Après et en dehors du cyclisme[modifier | modifier le code]

La plume de ce coureur cycliste philosophe est appréciée dans la presse. Il a notamment été chroniqueur pour le quotidien espagnol El País à partir du Tour de France 2002, et pour le néerlandais de Volkskrant[43],[1]. À l'issue de sa carrière professionnelle, il bénéficie d'offres de plusieurs équipes souhaitant qu'il intègre leur direction, mais choisit de les refuser pour se consacrer dans un premier temps à ses enfants[50]. Il dirige ponctuellement une équipe lors d'une course au Maroc. Il retravaille ensuite pour El País à l'occasion du Tour de France 2010[57].

Hors du cyclisme, Horrillo excelle aux échecs, et se passionne pour l'alpinisme et les vieilles voitures[1]. Il parle couramment l'espagnol, le basque, l'italien et l'anglais. Il est marié et a deux enfants[43].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Horrillo a participé aux trois grands tours au cours de sa carrière.

Tour de France[modifier | modifier le code]

2 participations

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

8 participations

Horrillo sur le Tour d'Espagne 2008

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

3 participations

  • 1998 : hors-délais (17e étape)[58]
  • 2007 : 121e
  • 2009 : abandon (8e étape)

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 2004, le classement UCI concerne tous les coureurs ayant obtenu des points lors de courses du calendrier international de l'Union cycliste internationale (324 courses en 2004). En 2005, l'UCI ProTour et les circuits continentaux sont créés, ayant chacun leur classement. De 2005 à 2008, le classement de l'UCI ProTour classe les coureurs membres d'équipes ProTour en fonction des points qu'ils ont obtenus lors des courses du calendrier UCI ProTour, soit 28 courses en 2005, 27 en 2006, 26 en 2007. En 2008, le calendrier du ProTour est réduit à 15 courses en raison du conflit entre l'UCI et les organisateurs de plusieurs courses majeures. Les trois grands tours, Paris-Roubaix, la Flèche wallonne, Liège-Bastogne-Liège, le Tour de Lombardie, Tirreno-Adriatico et Paris-Nice ne sont donc pas pris en compte dans le classement ProTour 2008. En 2009, un « classement mondial UCI » remplace le classement ProTour. Il prend en compte les points inscrits lors des courses ProTour et des courses qui n'en font plus partie, regroupées dans un « calendrier historique », soit au total 24 courses en 2009. Ce nouveau classement prend en compte les coureurs des équipes continentales professionnelles.

Horrillo a été classé au mieux 280e au classement UCI en 2004. Après son remplacement par le ProTour en 2005, il est classé au mieux 181e en 2005.

Année 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009
Classement UCI[59] 928e[60] 441e[61] 490e[62] 331e[63] 341e[64] 477e[65] 280e[66]
Classement ProTour 181e[67] nc[68] nc[69] nc[70]
Classement mondial UCI nc[71]
Légende : nc = non classé

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Éric Bruna, « Il y a un vrai intello dans le peloton », Le Parisien,‎ 13 juillet 2002 (lire en ligne)
  2. a et b (en) « Spanish Team Profiles », sur cyclingnews.com,‎ 12 janvier 1998 (consulté le 9 mars 2010)
  3. (it) « Premio Ega Pan », sur museociclismo.it (consulté le 9 mars 2010)
  4. (en) « Circuit de la Sarthe, France 2.4 », sur cyclingnews.com,‎ 7 avril 1998 (consulté le 9 mars 2010)
  5. (en) « Spanish fly », sur cyclingnews.com,‎ 7 février 2000 (consulté le 10 mars 2010)
  6. (en) « Cabello gains second challenge », sur cyclingnews.com,‎ 13 février 2000 (consulté le 9 mars 2010)
  7. (en) « Stage 9 - August 1: Bragança-Gouveia, 204.5 km », sur cyclingnews.com,‎ 1er août 2000 (consulté le 10 mars 2010)
  8. (en) Tim Maloney, « Mapei looks massive for Millenium », sur cyclingnews.com,‎ 29 janvier 2001 (consulté le 10 mars 2010)
  9. (en) « Niermann wins and takes lead », sur cyclingnews.com,‎ 26 avril 2001 (consulté le 10 mars 2010)
  10. (en) Gabriella Ekström, « Zabel fastest in survivor's group », sur cyclingnews.com (consulté le 10 mars 2010)
  11. Martin Hardie, « Brave win for Horillo after mountains splinter field », sur cyclingnews.com,‎ 5 juin 2002 (consulté le 10 mars 2010)
  12. a et b Jean-François Quénet, « Oscar Freire, tout en contraste », Le Parisien,‎ 7 juillet 2006 (lire en ligne)
  13. Tim Maloney, « Magnificent McGee takes stage », sur cyclingnews.com,‎ 13 juillet 2002 (consulté le 10 mars 2010)
  14. (en) « Mapei-Quick Step for Vuelta », sur cyclingnews.com,‎ 6 septembre 2002 (consulté le 10 mars 2010)
  15. (en) « The crash », sur cyclingnews.com,‎ 22 septembre 2002 (consulté le 10 mars 2010)
  16. (en) « Spanish World's team confirmed », sur cyclingnews.com,‎ 30 septembre 2002 (consulté le 10 mars 2010)
  17. (en) « Grandissimo! Cipollini flies like an aeroplano in Zolder », sur cyclingnews.com,‎ 13 octobre 2002 (consulté le 17 février 2011)
  18. (en) « Horrillo to Quick Step », sur cyclingnews.com,‎ 10 septembre 2002
  19. (en) « Horillo and Peeters not », sur cyclingnews.com,‎ 15 avril 2003
  20. (en) « Stage 1 - July 9: Traismauer - Traismauer, 178 km », sur cyclingnews.com,‎ 9 juillet 2003 (consulté le 10 mars 2010)
  21. (en) « A climb to the top for Luis Pérez », sur cyclingnews.com,‎ 7 septembre 2003 (consulté le 10 mars 2010)
  22. (en) Chris Henry, « Horillo wins ahead of GC shake up », sur cyclingnews.com,‎ 8 mars 2004 (consulté le 10 mars 2010)
  23. (en) « Broken finger doesn't stop Horrillo », sur cyclingnews.com,‎ 9 mars 2004
  24. (en) « Stage 4 - July 10: Gresten - Waidhofen/Ybbs, 138 km », sur cyclingnews.com,‎ 10 juillet 2004 (consulté le 10 mars 2010)
  25. « Vuelta 04, 13e étape: Petacchi quête un 4e bouquet », sur tsr.ch,‎ 17 septembre 2004 (consulté le 19 février 2010)
  26. « Mondiaux - 10 Espagnols connus », sur lequipe.fr,‎ 20 septembre 2004 (consulté le 19 février 2010)
  27. (en) « Hat-trick for Freire in Verona », sur cyclingnews.com,‎ 3 octobre 2004 (consulté le 17 juillet 2011)
  28. a et b (en) « Horrillo as well », sur cyclingnews.com,‎ 15 septembre 2004 (consulté le 19 février 2010)
  29. (en) Anthony Tan, Tim Maloney, « Boonen does the double », sur cyclingnews.com,‎ 10 avril 2005 (consulté le 9 mars 2010)
  30. (en) « Horrillo steals the stage », sur cyclingnews.com,‎ 18 mai 2005 (consulté le 10 mars 2010)
  31. (en) Jeff Jones, « Horrillo injured in crash at Franco-Belge », sur cyclingnews.com,‎ 30 septembre 2005 (consulté le 10 mars 2010)
  32. (en) Hedwig Kröner, Jeff Jones, « The mean machine takes first Roubaix win for CSC », sur cyclingnews.com,‎ 9 avril 2006 (consulté le 9 mars 2010)
  33. (en) « Horrillo wins first stage », sur cyclingnews.com,‎ 19 juillet 2006 (consulté le 10 mars 2010)
  34. (en) Shane Stokes, « Double whammy from Astana », sur cyclingnews.com,‎ 14 septembre 2006 (consulté le 10 mars 2010)
  35. (en) Shane Stokes, « Vino victorious in Vuelta », sur cyclingnews.com,‎ 17 septembre 2006 (consulté le 10 mars 2010)
  36. (en) « New Rabobank contracts for Brown, Horrillo and Niermann », sur cyclingnews.com,‎ 23 septembre 2006 (consulté le 10 mars 2010)
  37. a et b (en) Laura Weislo, Susan Westemeyer, « Horrillo has anti-doping 'administrative error' », sur cyclingnews.com,‎ 20 avril 2007 (consulté le 9 mars 2010)
  38. « Horrillo contrôlé positif », sur lequipe.fr,‎ 19 avril 2007 (consulté le 19 février 2010)
  39. (en) Laura Weislo, « Horrillo hurts his back », sur cyclingnews.com,‎ 18 mai 2007 (consulté le 9 mars 2010)
  40. (en) « Rabobank for the Vuelta », sur cyclingnews.com,‎ 14 août 2007 (consulté le 9 mars 2010)
  41. (en) Gregor Brown, « Quick Step's Weylandt sprints to stage win », sur cyclingnews.com,‎ 17 septembre 2008 (consulté le 10 mars 2010)
  42. François Legarré, Pierre Carrey et Antonin Hudrisier, « Horrillo devrait rester avec Freire », sur cyclismag.com,‎ 9 septembre 2008 (consulté le 19 février 2010)
  43. a, b, c et d (en) Jean-François Quénet, « Horrillo suffers dramatic crash down ravine », sur cyclingnews.com,‎ 17 mai 2009 (consulté le 10 mars 2010)
  44. (en) « Horrillo out of coma after crash », sur news.bbc.co.uk,‎ 17 mai 2009 (consulté le 9 janvier 2010)
  45. (en) « La Via Horrillo », sur New Pathways for procycling,‎ 18 mai 2009 (consulté le 9 janvier 2010)
  46. « Menchov, la dédicace à Horrillo », sur lequipe.fr,‎ 21 mai 2009 (consulté le 19 février 2010)
  47. « Horrillo reprend en douceur », sur lequipe.fr,‎ 10 novembre 2009 (consulté le 19 février 2010)
  48. a et b (en) « Horrillo visits site of his Giro crash », sur cyclingnews.com,‎ 7 décembre 2009 (consulté le 9 mars 2010)
  49. « Horrillo Munoz arrête », sur lequipe.fr,‎ 8 janvier 2010 (consulté le 9 mars 2010)
  50. a et b « Fin de carrière pour Horrillo », sur www.cyclismactu.net (consulté le 10 janvier 2010)
  51. Coureur chargé de placer un sprinteur dans la meilleure position possible à l'approche d'une arrivée groupée
  52. (en) Martin Hardie, « Mountains await in shortened Vuelta a Burgos », sur cyclingnews.com,‎ 2 août 2004 (consulté le 10 mars 2010)
  53. dans Cycle sport, novembre 2006.
  54. (en) Hernan Alvarez, « Juan Antonio Flecha: "Trusting that the victory comes" », sur cyclingnews.com,‎ 5 avril 2008 (consulté le 10 mars 2010)
  55. Sandrine Viollet, « Denis Menchov fait sa lessive », sur cyclismag.com,‎ 26 mai 2009 (consulté le 24 novembre 2012)
  56. Pedro Horrillo, « Hasta siempre, amigo », sur elpais.com,‎ 9 mai 2011 (consulté le 10 mai 2011)
  57. (en) Jean-François Quénet, « Horrillo makes Tour return...as a journalist », sur cyclingnews.com,‎ 9 juillet 2010 (consulté le 9 juillet 2010)
  58. (en) « Stage 17 Brief », sur cyclingnews.com (consulté le 8 août 2010)
  59. « 2005 UCI Road Rankings », UCI
  60. « Classement Individuel au 30.11.98 » [PDF], UCI (consulté le 10 novembre 2012)
  61. « Classement Individuel au 30.11.99 » [PDF], UCI (consulté le 10 novembre 2012)
  62. « Classement Individuel au 30.11.2000 » [PDF], UCI (consulté le 10 novembre 2012)
  63. « Classement Individuel au 15.11.2001 » [PDF], UCI (consulté le 10 novembre 2012)
  64. « Classement Individuel au 13.11.2002 » [PDF], UCI (consulté le 10 novembre 2012)
  65. « Classement Individuel au 09.11.2003 » [PDF], UCI (consulté le 10 novembre 2012)
  66. « Classement Individuel au 31.12.2004 » [PDF], UCI (consulté le 10 novembre 2012)
  67. « Classement ProTour 2005 », sur memoire-du-cyclisme.net (consulté le 10 novembre 2012)
  68. « Classement ProTour 2006 », sur memoire-du-cyclisme.net (consulté le 10 novembre 2012)
  69. « UCI ProTour 2007 », sur memoire-du-cyclisme.net (consulté le 10 novembre 2012)
  70. « UCI ProTour 2008 », sur memoire-du-cyclisme.net (consulté le 10 novembre 2012)
  71. « Classement mondial UCI 2009 », sur uci.ch (consulté le 10 novembre 2012)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 29 mars 2010 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.