Pedro Henríquez Ureña

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pedro Henríquez Ureña

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Pedro Henríquez Ureña dans la Revista Cabalgata (Argentine), 1946.

Activités Intellectuel, Philologue, Critique littéraire, Essayiste, Poète, Écrivain
Naissance 29 juin 1884
Saint-Domingue, Drapeau de la République dominicaine République dominicaine
Décès 11 mai 1946 (à 61 ans)
Buenos Aires, Drapeau de l’Argentine Argentine
Langue d'écriture Castillan
Mouvement Humanisme
Genres Essai, poésie

Pedro Henríquez Ureña, né le 29 juin 1884 à Saint-Domingue et mort le 11 mai 1946 (à 61 ans) à Buenos Aires, est un intellectuel, philologue, critique littéraire, humaniste, essayiste, poète et écrivain dominicain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il était le fils de Francisco Henríquez y Carvajal (es), médecin, avocat, écrivain, pédagogue et homme politique dominicain, et de Salomé Ureña (es), grande poétesse et éducatrice dominicaine. Il vécut à Cuba où il publia ses premiers livres, puis au Mexique. Il voyagea en France où il publia en 1910 à Paris Horas de estudio, un recueil de tous ses travaux. Il continua son travail de recherche et d'enseignement aux États-Unis et en Argentine (à Buenos Aires et La Plata).

Il publia El Nacimiento de Dionisios (1916), En la orilla : mi España (1922), La utopía de América (1925), Seis ensayos en busca de nuestra expresión, La cultura y las letras coloniales en Santo Domingo (1936), Corrientes Literarias en la América Hispana (publié d'abord en anglais en 1945, puis en espagnol après sa mort en 1949).

Il vécut la dernière étape de sa vie en Argentine. Il enseigna à La Plata et travailla dans diverses activités littéraires, donna des conférences et améliora l'organisation des bibliothèques.

Vie privée et arbre généalogique[modifier | modifier le code]

Pedro Henríquez Ureña est marié à la mexicaine d'ascendance italienne Isabel Lombardo Toledano (sœur de Vicente Lombardo Toledano (es)), avec qui il a deux filles : Natacha et Sonia Henríquez Lombardo.

Son grand-père paternel, Noel Henríquez Altías (1813–?), est un Séfarade né à Curaçao et descendant d'un Juif expulsé d'Espagne qui a émigré aux Pays-Bas. Sa grand-mère paternelle, Clotilde Carvajal Fernández (1819–1873), était la fille du cubain Salvador Carvajal et de la dominicaine d'ascendance Taïno Juana Fernández, descendante des derniers indigènes qui sont restés dans le domaine accordé par le cacique Enriquillo[1].

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
8. Juan José Henríquez
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
4. Noel Henríquez Altías (n. 1813)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
9. Clemencia Altías
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
2. Francisco Henríquez y Carvajal (es) (1859–1935)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
10. Salvador Carvajal
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
5. Clotilde Carvajal Fernández (1819–1873)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
11. Juana Fernández
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
1. Pedro Nicolás Federico Henríquez Ureña
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
24. Carlos de Ureña
 
 
 
 
 
 
 
12. Francisco Ureña Mañón
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
25. Catalina Mañón
 
 
 
 
 
 
 
6. Nicolás Ureña de Mendoza (1822–1875)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
26. José Valerio de Mendoza
 
 
 
 
 
 
 
13. Ramona de Mendoza
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
3. Salomé Ureña (es) (1850–1897)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
28. Ignacio Díaz
 
 
 
 
 
 
 
14. Pedro Díaz de Castro
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
29. Teresa de Castro Mañón
 
 
 
 
 
 
 
7. Gregoria Díaz de León (1819–1914)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
30. Domingo de León y Fajardo
 
 
 
 
 
 
 
15. Teresa de León y la Concha
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
31. María Florentina de la Concha y Hurtado de Mendoza
 
 
 
 
 
 

Œuvre[modifier | modifier le code]

Comme auteur
  • Horas de estudio (1910, Paris)
  • Chupetín : El chupete de la mujer (1913)
  • Nacimiento de Dionisios (1916)
  • La Versificación irregular en la poesia castellana (1920, Madrid, Revista de filología española)
  • En la orilla : mi España (1922)
  • La utopía de América (1925, La Plata)
  • El Supuesto andalucismo de América (1925, Buenos Aires)
  • Apuntaciones sobre la novela en América (1927)
  • Seis ensayos en busca de nuestra expresión[2] (1928)
  • Cien de las mejores poesías castellanas (1929, Buenos Aires)
  • La cultura y las letras coloniales en Santo Domingo (1936, Buenos Aires)
  • Sobre el problema del andalucismo dialectal de América (1937)
  • El Español en Méjico, los Estados Unidos y la América Central (1938, Buenos Aires, œuvre collective : avec E. C. Hills, F. Semeleder, C. Carroll Marden, M. G. Revilla, A. R. Nykl, K. Lentzner, C. Gagini y R. J. Cuervo)
  • Para la historia de los indigenismos : Papa y batata. El enigma del aje. Boniato. Caribe. Palabras antillanas (1938, Buenos Aires)
  • Plenitud de España (1940)
  • El español en Santo Domingo (1940, Buenos Aires)
  • Corrientes Literarias en la América Hispana (1941)
  • El Libro del idioma. Lectura, gramatica, composicion, vocabulario (avec Narciso Binayan y Perez, Buenos Aires)
  • Antología clásica de la literatura argentina (avec Jorge Luis Borges, Buenos Aires)
Comme éditeur
  • Luis Carrillo y Sotomayor, Fabula de Atis y Galatea. Sonetos (1919)

Publications posthumes[modifier | modifier le code]

  • Las Corrientes literarias en la América Hispánica (1949, Mexique)
  • Historia de la cultura en la América hispánica (1949, Mexique)
  • Antología (1950, Rep. Dominicaine)
  • Correspondencia (1986, Mexico, épistolaire entre Alfonso Reyes et Pedro Henríquez Ureña)
  • Memorias (1989, Buenos Aires, publication de son journal)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Ce nom de famille est originaire de la péninsule Ibérique, aussi bien au Portugal qu'en Espagne, de famille juives séfarades qui sont par la suite parties vers le nord jusqu'aux Pays-Bas, à la suite de l'expulsion des Juifs après la Reconquista. De là, ils partent vers les colonies néerlandaises des Caraïbes et arrivent à Curaçao. En République dominicaine, le tronc de cette famille fut Noel Henríquez Altías (né le 25 décembre 1913 à Curaçao) [...] Il est dit que Clotilde Carvajal, du côté maternel, avait du sang des derniers indiens dominicains qui sont restés dans le village de Boyá, dans le domaine accordé au cacique. » in (es) Jaime Read, « Familias capitaleñas: Los Henríquez », Cápsulas Genealógicas, Santo Domingo, Hoy, no 1/3,‎ 23 août 2010 (lire en ligne)
  2. (es) Pedro Henríquez Ureña, « Seis ensayos en busca de nuestra expresión disponible intégralement en ligne », sur cielonaranja.com,‎ 1927 (consulté le 21 décembre 2013)[PDF]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Alfonso Reyes, Pedro Henríquez Ureña : Ensayos en busca de nuestra expresión, Buenos Aires, Raigal,‎ 1952, 159 p.
  • Flerida de Nolasco, Pedro Henríquez Ureña : síntesis de su pensamiento, Santo Domingo, [F. de Nolasco],‎ 1966, 285 p.
  • (es) Juan Isidro Jimenes Grullón, Pedro Henríquez Ureña : realidad y mito, Santo Domingo, Librería dominicana,‎ 1969, 180 p.
  • (es) José Rafael Vargas, La Integridad humanística de Pedro Henríquez Ureña, Santo Domingo, UASD,‎ 1984, 371 p.
  • (es) Eugenio Pucciarelli, Pedro Henriquez Ureña, humanista, Buenos Aires, Academia nacional de ciencias,‎ 1984, 49 p. (ISBN 950-9186-12-0)
  • (es) Alfredo A. Roggiano, Pedro Henríquez Ureña en México, Mexico, Facultad de filosofía y letras, Universidad nacional autónoma de México,‎ 1989, 302 p. (ISBN 968-36-0962-7)
  • (es) Javier Lasarte Valcárcel, Pedro Henríquez Ureña : del ensayo crítico a la historia literaria, Alicante, Instituto de cultura Juan Gil-Albert,‎ 1991, 206 p. (ISBN 84-7784-998-4[à vérifier : isbn invalide])
  • (es) Enrique Zuleta Álvarez, Literatura y sociedad : estudios sobre Pedro Henriquez Ureña, Buenos Aires, Atril,‎ 1999, 117 p. (ISBN 987-9392-00-0)
  • (es) Andrés L. Mateo, Pedro Henríquez Ureña : vida, errancia y creación, Santo Domingo, Comisión permanente de la Feria del libro,‎ 2002, 336 p. (ISBN 9993442143)
  • (es) Laura Febres, Pedro Henríquez Ureña, crítico de América, Santo Domingo, Cielonaranja,‎ 2009, 119 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]