Pedro de la Rosa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Pedro De la Rosa)
Aller à : navigation, rechercher

Pedro de la Rosa

Photographie d'un homme brun souriant, vêtu de blanc, avec une casquette, vu de face.

Pedro de la Rosa au Grand Prix de Malaisie, en 2010, avec les couleurs de Sauber.

Nom complet Pedro Martínez de la Rosa
Surnom The Barcelona bullet[1]
Nippon Ichi[2]
Date de naissance (44 ans)
Lieu de naissance Barcelone (Espagne)
Nationalité Drapeau : Espagne Espagnol
Années d'activité 1999-2002
2005-2006
2010-2012
Qualité Pilote automobile
Équipe Arrows (1999-2000)
Jaguar Racing (2001-2002)
McLaren Racing (2003-2009, 2011)
Sauber (2010-2011)
HRT Formula One Team (2012)
Ferrari (2013-2014)
Nombre de courses 105 départs
Pole positions 0
Meilleurs tours en course 1
Podiums 1
Victoires 0
Champion du monde 0
Site web pedrodelarosa.com

Pedro Martínez de la Rosa, plus connu sous le nom de Pedro de la Rosa, est un pilote automobile espagnol né le à Barcelone. Auteur de 105 départs en Formule 1 entre 1999 et 2012, il décroche un seul podium, obtenu lors du Grand Prix de Hongrie 2006.

Pedro de la Rosa fait ses débuts en monoplace en 1989. Décrochant plusieurs titres de champion dans diverses formules, il s'exile au Japon, en quête de nouveaux titres et de budget. Sacré champion de Formula Nippon en 1997, il devient pilote essayeur d'Arrows, en Formule 1, l'année suivante. C'est finalement lors du Grand Prix d'Australie 1999, que De la Rosa fait ses débuts officiels en Formule 1. Il inscrit le seul point de l'équipe pour la saison. L'année suivante, il reste dans la même équipe, mais est dominé par son coéquipier sur l'ensemble de la saison. Pour la saison 2001, il n'est pas conservé par Arrows et rejoint Jaguar. Il est régulièrement l'égal de son coéquipier, pourtant plus expérimenté. Il entretient toutefois avec lui des relations tendues, et est remplacé fin 2002, après une saison sans aucun point.

Non reconduit par son écurie, Pedro de la Rosa trouve refuge chez McLaren en 2003, en tant que pilote essayeur. Il reste chez l'écurie britannique lors des saisons suivantes, et participe au Grand Prix de Bahreïn 2005, et à la deuxième moitié de la saison 2006. Décrochant là son unique podium, il redevient pilote essayeur chez McLaren jusqu'en 2010.

Pedro de la Rosa retrouve la Formule 1 en tant que pilote titulaire en 2010 avec BMW Sauber F1 Team. Largement dominé par son coéquipier débutant, il est remplacé en cours de saison, après le Grand Prix d'Italie. En 2011, il revient chez McLaren, comme pilote essayeur, puis retourne, le temps du Grand Prix du Canada, rouler pour Sauber. En 2012, à 41 ans, De la Rosa signe avec la modeste écurie espagnole, HRT Formula One Team. L'équipe est liquidée à la fin de la saison et Pedro de la Rosa trouve refuge chez la Scuderia Ferrari, en tant que pilote essayeur. Il y restera jusqu'en 2014.

Si Pedro de la Rosa prend part à 105 Grands Prix de Formule 1, le pilote espagnol est surtout connu pour ses aptitudes de pilote essayeur et de développement.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et débuts en sport automobile[modifier | modifier le code]

Né à Barcelone le , Pedro de la Rosa est issu d'une famille d’aristocrates espagnols[3]. Âgé de 6 ans, Pedro de la Rosa découvre le monde de la compétition par le biais du karting[4]. À 12 ans, il se passionne pour les automobiles radio-commandées : il y rencontre un certains succès en étant, par deux fois, en 1983 et 1984, titré champion européen, sur Yankee, une marque française de voiture radio-commandées en 1:8 off-road[5], et en atteignant le second rang de la hiérarchie mondiale en 1986 à Grenoble lors des premiers championnats mondiaux, sur Garbo[3].

Après un bref retour au karting en 1988[2], il débute en sport automobile en 1989, dans le cadre du championnat d'Espagne de Fiat Uno, où il est titré. Ce titre lui vaut d'être soutenu par la fédération espagnole au sein du projet Racing for Spain[3], destiné à favoriser l'émergence des meilleurs espoirs espagnols au plus haut niveau[6]. En 1990, il part en Angleterre[4] et participe au championnat britannique de Formule Ford 1600 et y est sacré champion, dès sa première année[3]. Quatrième de Formule Renault en 1991, il enchaîne la saison suivante, et récolte les sacres de champion de Grande-Bretagne de Formule Renault[7] et d'Europe[3].

Les deux années suivantes, il dispute le championnat de Grande-Bretagne de Formule 3, mais réalise des performance décevantes et anonymes, notamment à cause d'un équipement et d'une voiture dépassés[3]. Comme nombre de ses pairs en quête de succès et de budget pour poursuivre leur carrière, De la Rosa s'exile au Japon à partir de 1995 pour rejoindre le championnat du Japon de Formule 3[3]. Au sein de la formation Toyota TOM'S, il remporte très largement le championnat avec un total de huit victoires en neuf courses disputées[8].

L'année suivante, toujours au Japon, il intègre la Formula Nippon ; après une saison d'apprentissage où il termine huitième, De la Rosa remporte le titre en 1997 avec quasiment le triple de points obtenus par le vice-champion[9]. La même année, il participe au Super GT avec Michael Krumm, et remporte le titre de justesse devant Masami Kageyama[10]. Ces nombreux succès au pays du Soleil levant lui font attribuer par les Japonais, le nom de Nippon Ichi, ce qui signifie, le « numéro 1 du Japon »[2].

Fort de ces nombreux succès, Pedro de la Rosa décide de revenir en Europe, tenter sa chance en Formule 1[4].

1999-2000 : titulaire en Formule 1 chez Arrows[modifier | modifier le code]

Photographie d'une monoplace de F1, avec l'avant orange et l'arrière, noir.
Lors de la saison 1999, Pedro de la Rosa pilote l'Arrows A20 (ici, en démonstration, en 2012).

Grâce à ces succès ramenés du Japon, De la Rosa obtient le soutien de Honda[11] et parvient à entrer dans le monde de la Formule 1 en devenant pilote essayeur de l'écurie irlandaise Jordan Grand Prix pour la saison 1998[3]. Effectuant plus de 4500 kilomètres de tests au cours de la saison, notamment pour développer les moteurs Honda, De la Rosa n'est pas titularisé par Eddie Jordan pour la saison suivante[3]. Finalement, le pilote espagnol rejoint Arrows en tant que pilote titulaire pour la saison 1999, grâce au « savoir-faire et l'expérience » du pilote[11], conjugué au soutien inconditionnel de Repsol, qui devient le sponsor-titre de l'équipe[3].

Dès son premier Grand Prix, en Australie, il démarre dix-huitième sur la grille de départ et termine à la sixième position, marquant le premier point de sa carrière sur sa première course[1]. Il est déçu de ce résultat car il visait le podium[1]. Il devient également le premier pilote espagnol à marquer un point en Formule 1 depuis Luis Pérez-Sala au Grand Prix de Grande-Bretagne 1989[11]. Malgré ce départ prometteur, la suite de la saison est plus compliquée pour le nouveau venu qui connaît trois abandons successifs. D'abord, au Grand Prix du Brésil où il est victime d'une panne hydraulique[12]. Ensuite, il s'accroche avec l'autrichien Alexander Wurz en début de course à Saint-Marin et doit déclarer forfait avant d'être trahi par sa boîte de vitesses à Monaco[13].

Il dispute son premier Grand Prix d'Espagne et termine onzième, devant son coéquipier Toranosuke Takagi, dans une course marquée par de nombreux abandons[14]. Après un problème de transmission qui l'oblige à abandonner au Canada[15], il décroche la onzième place lors du Grand Prix de France[16]. Pour Arrows, ce Grand Prix laisse un goût amer car Takagi est disqualifié pour avoir utiliser des pneus pluies prévus pour de la Rosa[17]. Ensuite, de nouveaux problèmes viennent perturber l'espagnol. En Grande-Bretagne, il est bloqué sur la grille de départ du fait d'une boite de vitesse défectueuse[18],[19]. Il part en tête-à-queue en Autriche et ne peut reprendre la course[20] tandis qu'il fait une sortie de piste en Allemagne, s'encastrant dans les protections du circuit[21].

En Hongrie, il termine la course, se classant quinzième[22]. Cependant, la fin de saison est noire pour de la Rosa qui abandonne en Belgique pour un soucis de transmission[23]. Des problèmes au niveau de sa suspension l'obligent à s'arrêter en Italie[24], sa boîte de vitesses lui fait, une nouvelle fois, défaut au Grand Prix d'Europe[25] et son moteur lâche en pleine course en Malaisie[26]. Finalement, pour le dernier Grand Prix de la saison, au Japon, il est le dernier pilote à franchir la ligne d'arrivée, prenant la treizième place[27]. De la Rosa se classe dix-huitième du classement des pilotes avec un petit point, le seul que l'écurie décroche cette saison. Le journaliste Lionel Froissart définit les deux pilotes de l'écurie Arrows comme « trop tendres » sur cette saison 1999[Biblio 1].

Monoplace orange, vue de trois-quarts, dans son ensemble, sur une piste humide.
Pedro de la Rosa sur Arrows au Grand Prix de Belgique 2000.

Pour la saison 2000, Tom Walkinshaw, propriétaire de l'écurie Arrows, décide de confirmer de la Rosa à son poste de pilote titulaire[Biblio 1]. De plus, le pilote espagnol apporte la somme d'environ huit millions de dollars, par saison, à l'écurie via son sponsor Repsol[Biblio 1]. Cependant, son coéquipier Toranosuke Takagi est remplacé par Jos Verstappen. Le premier Grand Prix de la saison, en Australie se termine dès le sixième tour pour de la Rosa ; il s'accroche avec la Jaguar d'Eddie Irvine et casse sa suspension avant[28],[Biblio 2]. Toutefois, sa désillusion est vite compensée par une huitième place honorable, derrière Vestappen, au Grand Prix de Malaisie 2000[29]. Les Arrows font preuve de combativité, notamment à Saint-Marin où elles effectuent de nombreuses attaques[Biblio 3]. Néanmoins, de la Rosa est victime d'une sortie de piste, conséquence d'une rupture de suspension, et doit abandonner[30],[31]. En Grande-Bretagne, les deux monoplaces oranges sont les premières à abandonner du fait d'un soucis électrique[32].

Pour le Grand Prix d'Espagne, de la Rosa parvient à placer sa voiture à la neuvième place sur la grille de départ[33]. Avec son coéquipier Vestappen qui prend la douzième place, le pilote espagnol déclare que « c'est sans doute notre meilleure séance d'essais depuis le début de la saison »[34]. Toutefois, son temps de qualification est annulé par les commissaires de course car il a utilisé un carburant non conforme à la réglementation et doit donc démarrer à la dernière place[34]. Lors du deuxième tour, il tente un dépassement sur Jean Alesi, à bord de sa Prost, mais les deux se touchent et terminent leur course en dehors de la piste[34],[35]. De la Rosa accuse Alesi de « [l'avoir] bloqué comme un fou » pensant que le français « ne [l]'a peut-être pas vu dans ses rétros, sans doute trop concentré à essayer de maintenir sa voiture sur la piste »[34]. Lionel Froissart penche plutôt pour une erreur du jeune pilote et écrit, un an après l'accident, que « De la Rosa [s'est] emmêlé les roues avec la Prost de Jean Alesi »[36].

Deux semaines après cet accident, de la Rosa parvient à décrocher son premier point de la saison ainsi que le premier de l'écurie pour 2000, au Grand Prix d'Europe, terminant sixième de la course[37]. Il ne parvient pas à confirmer à Monaco car il est percuté par Jenson Button lorsque de la Rosa tente de le dépasser dès le premier tour[38]. Ensuite, au Canada, il montre de belles choses, notamment en remontant jusqu'au onzième rang, avant de s'accrocher avec Pedro Diniz et d'être envoyé en dehors de la piste, conséquence d'un « violent accrochage » entre les deux pilotes[39],[Biblio 4]. De la Rosa affirme, après le Grand Prix, que « [Diniz] l'a poussé dans l'herbe » et que « c'était un geste très dangereux de sa part »[39]. Après un problème de transmission en France[40], il est obligé d'abandonner en Autriche à cause de sa boîte de vitesses[41].

Au Grand Prix d'Allemagne, il crée la surprise en plaçant son Arrows sur la troisième grille après une cinquième place lors des qualifications[42]. Il parvient à terminer sixième et à engranger son deuxième point dans ce championnat du monde[42],[43]. De la Rosa termine les deux courses suivantes, dernier en Hongrie et avant-dernier en Belgique[44],[45].

Lors du Grand Prix d'Italie, un accident impliquant plusieurs voitures, dont celle de l'espagnol, entraîne la mort d'un pompier volontaire, Paolo Ginslinberti, touché à la tête par une roue[46],[47]. La voiture de de la Rosa fait plusieurs tonneaux, endommageant son casque, avant de s'arrêter près de la monoplace de Rubens Barrichello[47],[48]. Le substitut du procureur de Monza Salvatore Dell Omol ordonne l'ouverture d'une enquête après la mort de Ginslinberti ainsi que la saisie de l'Arrows du pilote, suspectant la roue ayant tué le trentenaire italien d'appartenir à sa monoplace[47],[48]. Il se révèle finalement que c'est la roue arrière gauche de la Jordan de Jarno Trulli qui est responsable de cette tragédie[49].

Pedro de la Rosa termine la saison à la dix-septième place du classement des pilotes.

2001-2002 : titulaire chez Jaguar Racing[modifier | modifier le code]

Monoplace vert foncé, vue de profil, à la sortie d'un virage.
Pedro de la Rosa au volant de la Jaguar R2 lors du Grand Prix du Canada 2001

Début 2001, Pedro de la Rosa semble parti pour disputer une troisième saison chez Arrows mais l'écurie se sépare de lui et de Repsol peu avant le début du championnat. Lors de l'hiver 2000-2001, Alain Prost engage de la Rosa chez Prost Grand Prix comme pilote-essayeur, dans l'optique qu'il remplace prochainement l'argentin Gastón Mazzacane[36]. Avant même la signature de son contrat avec l'équipe française, il rejoint l'écurie Jaguar Racing, tout d'abord comme pilote-essayeur, puis en tant que titulaire, en remplacement du Brésilien Luciano Burti, à partir du Grand Prix d'Espagne[36]. Son nouveau coéquipier Eddie Irvine regrette le départ de Burti ; de la Rosa affirme qu'il n'a pas le même tempérament que l'irlandais mais qu'il « [n'a] jamais eu de problème avec [ses] équipiers [et qu'] il n'y a pas de raison que ce soit différent avec Eddie »[36]. Immédiatement performant dans sa nouvelle équipe et parfois plus rapide que son coéquipier Eddie Irvine, Pedro de la Rosa inscrit trois points en championnat.

Le , l'écurie Jaguar présente sa nouvelle monoplace, la Jaguar R3, et confirme Irvine et de la Rosa aux postes de pilotes titulaires[50].

En 2002, Niki Lauda remplace Bobby Rahal à la tête de l'équipe et ne fait pas de De la Rosa, dont les rapports sont très conflictuels avec Irvine, sa priorité.

2003-2006 : essayeur puis titulaire chez McLaren[modifier | modifier le code]

Pedro de la Rosa dont le contrat n'est pas, comme attendu, reconduit par Jaguar à la fin de la saison 2002, est laissé sur la touche. Visitant l'usine de McLaren Racing à Woking en janvier, un porte-parole déclare toutefois que De la Rosa « ne fait pas partie des plans » de l'écurie britannique[51]. Malgré l'absence de contrat entre les deux parties, le pilote espagnol réalise des essais pour McLaren en mars 2003[52], avec un certain succès puisqu'il pointe souvent en haut de la feuille des temps des essais privés[note 1],[53]. Finalement, après avoir participé à de longues journées d'essais privés, De la Rosa signe enfin avec McLaren en avril, en tant que pilote essayeur, aux côtés d'Alexander Wurz confirmé depuis plusieurs mois[54].

Chez McLaren, il se forge une réputation d'excellent metteur au point, combinée à une rapidité et un excellent retour technique[3]. Le , alors qu'il rencontre plusieurs problèmes techniques, il bat le record du circuit permanent de Jerez, au volant d'une McLaren MP4-19, dans le cadre d'essais hors-saison[55]. Au mois de janvier 2004, Juan Pablo Montoya et Ralf Schumacher, sur leurs Williams FW26, échouent à battre le record du pilote espagnol[56],[57].

Monoplace grise et noire, vue de trois-quarts, sur des vibreurs rouges et blancs.
Pedro de la Rosa au volant de la McLaren MP4-20 au Canada en 2005.

Après une saison 2004 ponctuée par des séances occasionnelles d'essais privés, De la Rosa est promu pilote de réserve chez McLaren, et peut donc participer aux premières séances d'essais libres de chaque Grand Prix de la saison 2005[58]. Toutefois, De la Rosa retrouve la Formule 1 comme pilote titulaire, lors du Grand Prix de Bahreïn 2005, où il doit remplacer Juan Pablo Montoya, indisponible à cause d'une blessure à l'épaule[59]. Devançant son coéquipier Kimi Räikkönen en qualifications, De la Rosa réalise, dans ce qu'il considère comme « la meilleur course de [s]a vie »[60], le meilleur tour en course et se montre comme l'animateur de la course, plaçant de nombreuses attaques en bout de ligne droite[3] : il termine finalement cinquième, à l'issue d'une dernière passe d'armes avec Mark Webber[3]. Pour le Grand Prix de Saint-Marin, Montoya n'est toujours pas rétabli : McLaren décide de faire rouler son autre pilote de réserve, Alexander Wurz[61], qui terminera troisième de l'épreuve[note 2]. Pour le reste de la saison, Pedro de la Rosa continue son rôle de troisième pilote, réalisant la plupart des premières séances d'essais libres de la saison, avec un certain succès car il termine souvent en tête de ces séances[62],[63].

Rejoint par Gary Paffett au poste de pilote essayeur de McLaren, De la Rosa continue toujours son travail de développement de la voiture de l'équipe britannique. Toutefois, à mi-saison, le titulaire Juan Pablo Montoya annonce sa reconversion en NASCAR pour 2007[64]. Le lendemain de l'annonce, McLaren et Montoya se séparent, propulsant ainsi De la Rosa en tant que titulaire pour le reste de la saison, soit pour les huit dernières courses de la saison[65],[66]. Connaissant la « McLaren MP4-21 mieux que personne »[65], De la Rosa est donc préféré à Lewis Hamilton, en tête du championnat GP2, couvé par McLaren depuis son enfance[65].

Monoplace gris argenté, vue de profil, en sortant des stands.
Pedro de la Rosa au volant de la McLaren MP4-21 sur le Hungaroring en 2006.

Lors du Grand Prix de France, Pedro de la Rosa effectue un mauvais départ et une stratégie quelque peu ratée, à trois arrêts, mais arrache tout de même les deux points de la septième place[67]. La course suivante est encore pire pour l'espagnol qui doit terminer prématurément ce Grand Prix d'Allemagne, à cause d'un problème mécanique[68]. Lors du Grand Prix de Hongrie, De la Rosa se fait tout d'abord une frayeur dans le tour de formation, où il réalise un tête-à-queue, puis, avec une météo changeante, où les pneus pluie et secs sont successivement utilisés, De la Rosa décroche finalement le premier podium de sa carrière, avec une deuxième place derrière Jenson Button[69]. Au Grand Prix de Turquie, De la Rosa sauve son week-end avec une cinquième place, obtenue notamment grâce à une stratégie osée, à un seul arrêt[70]. Après un problème moteur en Italie, Pedro de la Rosa retrouve la cinquième place en Chine, à l'issue de nombreuses passes d'armes dans le peloton[71]. Au Japon, le niveau du pilote catalan décline et De la Rosa est dépassé par ses concurrents, terminant onzième de l'épreuve[72]. Alors que la place de Pedro de la Rosa est mise en doute pour le dernier Grand Prix de la saison, au Brésil, au profit de Lewis Hamilton, ayant réalisé de très bons essais, McLaren confirme De la Rosa pour l'ultime course du championnat[73]. Au terme d'une course relativement anonyme, Pedro de la Rosa termine huitième de l'épreuve[74]. Avec huit Grands Prix réalisés sur les 18 du championnat, De la Rosa termine à la onzième place, avec un total de 19 points[75].

2007-2009 : de nouveau essayeur chez McLaren[modifier | modifier le code]

Photographie de quatre hommes discutant. Celui de gauche est habillé en pilote automobile, le deuxième est assis, et les deux de droite l'écoutent.
Pedro de la Rosa avec Lewis Hamilton, Paul di Resta et Bruno Spengler, en 2007.
Voiture gris argenté aux bords rouges, vue de haut, de trois-quarts, sur une piste sèche.
Pedro de la Rosa en test pour McLaren en 2008

Un temps pressenti pour devenir, en 2007, l'équipier de son compatriote Fernando Alonso, l'espoir britannique Lewis Hamilton, depuis toujours dans le giron McLaren, lui est préféré[76]. Il retrouve son rôle de pilote-essayeur, une fonction qu'il partage comme en 2006 avec Gary Paffett.

À ce titre, il est impliqué dans l'affaire d'espionnage opposant Ferrari à son écurie, accusée d'avoir utilisé des données techniques confidentielles appartenant à l'écurie italienne. À l'issue d'une procédure de plusieurs semaines, la Fédération internationale de l'automobile prouve que plusieurs membres de l'équipe McLaren, dont Pedro de la Rosa et Fernando Alonso, ont utilisé les données de Ferrari tout en ayant connaissance de leur provenance frauduleuse. Ayant collaboré à l'enquête de la FIA, ils ne sont pas sanctionnés, à l'inverse de leur écurie, condamnée à une amende de 100 millions de dollars et au retrait des points au championnat des constructeurs. Il devient début 2008, président de la Grand Prix Drivers' Association, l'association des pilotes de Formule 1 et exerce cette fonction jusqu'au Grand Prix d'Italie 2010.

2010 : titulaire chez Sauber puis essayeur pour Pirelli[modifier | modifier le code]

Monoplace blanche et noire, vue de profil, non-parallèle à la piste.
Pedro de la Rosa au Grand Prix d'Espagne 2010.

En 2010, Peter Sauber recrute de la Rosa pour piloter une BMW Sauber C29[77]. Après un début de saison en demi-teinte marquée par une malchance récurrente et des problèmes techniques à répétition, il est nettement dominé par son coéquipier Kamui Kobayashi qui inscrit le premier point de la saison pour Sauber au septième Grand Prix[78]. Il inscrit ses uniques points de la saison lors du douzième Grand Prix de l'année, en Hongrie où il se classe septième.

Souffrant de la comparaison avec son coéquipier pourtant moins expérimenté, Pedro de la Rosa est remplacé par Nick Heidfeld après le Grand Prix d'Italie[79],[80]. Il se classe dix-septième du championnat du monde, avec 6 points.

Le 23 septembre, le manufacturier Pirelli le recrute en remplacement de Nick Heidfeld pour poursuivre les tests des pneumatiques destinés à la saison 2011 du championnat du monde aux côtés du Français Romain Grosjean[81].

2011 : retour comme essayeur chez McLaren[modifier | modifier le code]

Trois voitures dont deux de la même livrée, sont proches l'une de l'autre, en piste.
Pedro de la Rosa au Grand Prix du Canada 2011

En 2011, il retourne chez McLaren en tant que pilote de réserve[82],[83]. Néanmoins, après la première séance d'essais libres du Grand Prix automobile du Canada, Sauber, son ancienne écurie, le contacte pour effectuer pige après que leur pilote titulaire, Sergio Pérez, avoue n'être pas remis de son violent accident au Grand Prix de Monaco. Peter Sauber rencontre Martin Whitmarsh, le directeur de l'écurie McLaren Racing, qui accepte de libérer son pilote de réserve[84],[85].

Sous le déluge de Montréal, de la Rosa, qui n'a encore jamais encore piloté la Sauber C30, se qualifie en dix-septième position sur la grille de départ et se classe douzième de la course quand Kamui Kobayashi, son coéquipier du week-end se classe septième après s'être qualifié treizième. Durant la course, sous régime de voiture de sécurité, il évite de justesse un commissaire qui ramassait les débris de la voiture de Lewis Hamilton[86].

2012 : titulaire chez HRT[modifier | modifier le code]

Monoplace blanche au liserets rouges et or, vue de haut, de trois-quarts, proche des vibreurs.
Pedro de la Rosa au Grand Prix de Malaisie 2012

Le , Pedro de la Rosa signe un contrat de pilote, pour deux ans, au sein de la jeune écurie espagnole HRT Formula One Team qui a fait ses débuts en 2010 et n'a pas inscrit le moindre point dans la discipline[87]. Pedro de la Rosa ne se fait pas d'illusion sur les performances à attendre de son écurie mais souhaite lui apporter son expérience, trouvant ce projet « fascinant[88] ». Si certains considèrent cela comme un retour en arrière pour le pilote catalan, ce dernier répond que « ce n'est pas du tout un retour en arrière. [...] L'objectif est [...] de progresser[89]. »

Parallèlement, De la Rosa redevient président de la Grand Prix Drivers' Association après le départ de Rubens Barrichello sans volant en Formule 1 depuis son éviction de Williams F1 Team[90].

La saison commence en catastrophe pour Pedro de la Rosa et HRT qui échouent à se qualifier pour le Grand Prix d'Australie, à plus d'une seconde des 107% du meilleur temps en qualifications[note 3],[91],[92].

Durant l'ensemble de la saison, de la Rosa se qualifie en fond de grille, sa meilleure performance étant une vingtième place obtenue à trois reprises. En course, il fait preuve de constance puisqu'il n'abandonne qu'à quatre reprises, dont trois fois à cause d'un problème technique de sa monoplace. Il réussit à trois reprises à se classer dix-septième, au Grand Prix d'Europe, à Singapour et au Grand Prix de clôture au Brésil.

Au terme de la saison, il se classe vingt-cinquième et dernier du championnat du monde. Bien que titulaire d'un contrat pour 2013, son avenir en Formule 1 s'assombrit dès la fin 2012 lorsque le groupe Thesan Capital, propriétaire de l'écurie, annonce son souhait de se séparer de l'équipe et cherche un hypothétique repreneur. Pedro de la Rosa, lui-même semble très pessimiste concernant la présence de HRT sur les grilles de Formule 1 en 2013[93]. Malgré les rumeurs de reprise par un consortium nord-américain, Scorpion Racing[94], HRT est finalement liquidée et laisse de la Rosa sans volant[95].

2013-2014 : pilote d'essais chez Ferrari[modifier | modifier le code]

Monoplace rouge, vue de profil, avec de la fumée près des roues arrière
Pedro de la Rosa au volant de la Ferrari F10, dans le cadre d'une démonstration à Goodwood, en 2014.

Le 16 janvier 2013, la Scuderia Ferrari recrute Pedro de la Rosa comme pilote d'essais, aux côtés de Marc Gené, Giancarlo Fisichella et Davide Rigon. Fort de son expérience acquise chez McLaren, il participe au développement de la nouvelle monoplace, principalement en simulateur[96],[97]. Fernando Alonso s'étant blessé au dos au Grand Prix automobile d'Abou Dabi 2013, certaines rumeurs annoncent que De la Rosa pourrait le remplacer au Grand Prix des États-Unis, où Alonso tient finalement sa place et termine cinquième de l'épreuve[98].

En parallèle, il rejoint la même année la chaîne espagnole de télévision, Antena 3, qui diffuse les Grands Prix de Formule 1 en Espagne, en tant que commentateur et analyste[99].

Reconduit chez la Scuderia pour la saison 2014, il déclare, en octobre 2013 après avoir pris connaissance des plans de la future Ferrari, que les monoplaces de la saison 2014 seront « moches. »[100]. Toujours président de la Grand Prix Drivers' Association, il annonce, lors du premier Grand Prix de la saison, qu'il souhaite quitter son poste[101].

Au Grand Prix de Grande-Bretagne 2014, Kimi Räikkönen subit une violente sortie de piste dans le premier tour de course ; l'impact a été mesuré à 47 g. Après s'être difficilement extrait de sa monoplace, il est évacué vers le centre médical du circuit où les médecins ne l'autorisent pas à participer aux essais de Silverstone qui se tiennent deux jours plus tard à cause de ses contusions aux genoux et aux chevilles[102]. Pedro de la Rosa et Jules Bianchi sont chargés de le suppléer pour les deux journées[103].

Le pilote espagnol a ainsi l'occasion de piloter pour la première fois la F14 T après de nombreuses heures dans le simulateur à l'usine. De la Rosa se concentre spécifiquement sur le comportement des pneumatiques Pirelli qui équiperont les monoplaces en 2015. Malgré un problème de refroidissement puis une fuite d'eau qui ont émaillé ces tests, de la Rosa se déclare satisfait de la voiture[104].

Après avoir longtemps déclaré vouloir quitter son poste de président du Grand Prix Drivers' Association, le pilote autrichien Alexander Wurz le remplace, début octobre 2014, peu avant le dramatique Grand Prix du Japon qui voit le grave accident de Jules Bianchi, membre de la Scuderia Ferrari[105].

En décembre 2014, l'importante restructuration de la Scuderia Ferrari provoque son remplacement par Jean-Éric Vergne[106].

Résultats en compétition automobile[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Résultats en sport automobile[modifier | modifier le code]

Tableau synthétique par saison de la carrière de Pedro de la Rosa avant la Formule 1
Saison Compétition Équipe Courses Pole positions Victoires Points inscrits Classement
1989 Championnat d'Espagne de Formule Fiat Uno Ofensiva Uno 7 2 Champion
1990 Championnat d'Espagne de Formule Ford 1600 Racing for Spain 10 8 Champion
1990 Coupe du monde de Formule Ford Racing for Spain Finaliste
1991 Formule Renault Racing for Spain 10 4e
1992 Championnat de Grande-Bretagne de Formule Renault Racing for Spain 14 3 Champion
1992 Eurocup Formula Renault 2.0 Racing for Spain 3 2 Champion
1993 Championnat de Grande-Bretagne de Formule 3 Racing for Spain 17 6e
1994 Championnat de Grande-Bretagne de Formule 3 Racing for Spain 17 -
1995 Championnat du Japon de Formule 3 TOM'S 9 8 8 54 Champion
1996 Formula Nippon Team Nova 10 0 0 13 8e
1997 Formula Nippon Team Nova 10 6 6 82 Champion
1997 Super GT Castrol TOM'S Toyota Supra 2 67 Champion

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Tableau synthétique des résultats de Pedro de la Rosa en Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Records du tour Podiums Dans les points Abandons Points inscrits Classement
1999 Repsol Arrows A20 Arrows V10 Bridgestone 16 0 0 1 11 1 17e
2000 Arrows F1 Team A21 Supertec V10 Bridgestone 17 0 0 2 11 2 15e
2001 Jaguar Racing R2 Ford Cosworth V10 Michelin 13 0 0 2 6 3 16e
2002 Jaguar Racing R3 Ford Cosworth V10 Michelin 17 0 0 0 9 0 21e
2005 Team McLaren Mercedes MP4-20 Mercedes V10 Michelin 1 1 0 1 0 4 19e
2006 Team McLaren Mercedes MP4-21 Mercedes V8 Michelin 8 0 1 5 2 18 11e
2010 BMW Sauber F1 Team C29 Ferrari V8 Bridgestone 13 0 0 1 6 6 17e
2011 Sauber F1 Team C30 Ferrari V8 Pirelli 1 0 0 0 0 0 20e
2012 HRT Formula 1 Team F112 Cosworth V8 Pirelli 19 0 0 0 2 0 25e


Tableau complet des résultats de Pedro de la Rosa en Grand Prix
Saison Écurie Châssis Moteur 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 Classement Points
1999 Repsol Arrows Arrows A20 Arrows T2-F1 3.0 V10 AUS
6
BRÉ
Abd
SMR
Abd
MON
Abd
ESP
11
CAN
Abd
FRA
11
GBR
Abd
AUT
Abd
ALL
Abd
HUN
15
BEL
Abd
ITA
Abd
EUR
Abd
MAL
Abd
JPN
13
18e 1
2000 Arrows F1 Team Arrows A21 Supertec FB02 3.0 V10 AUS
Abd
BRÉ
8
SMR
Abd
GBR
Abd
ESP
Abd
EUR
6
MON
Abd
CAN
Abd
FRA
Abd
AUT
Abd
ALL
6
HUN
16
BEL
16
ITA
Abd
USA
Abd
JPN
12
MAL
Abd
16e 2
2001 Jaguar Racing Jaguar R2 Cosworth CR-3 3.0 V10 AUS MAL BRÉ SMR ESP
Abd
AUS
Abd
MON
Abd
CAN
6
EUR
8
FRA
14
GBR
12
ALL
Abd
HUN
11
BEL
Abd
ITA
5
USA
12
JPN
Abd
16e 3
2002 Jaguar Racing Jaguar R3 Cosworth CR-3 3.0 V10 AUS
8
MAL
10
BRÉ
8
SMR
Abd
ESP
Abd
AUT
Abd
MON
10
CAN
Abd
EUR
11
21e 0
Jaguar R3B Cosworth CR-4 3.0 V10 GBR
11
FRA
9
ALL
Abd
HUN
13
BEL
Abd
ITA
Abd
USA
Abd
JPN
Abd
2005 West McLaren Mercedes McLaren MP4-20 Mercedes FO 110R 3.0 V10 AUS MAL BHR
5
SMR ESP MON EUR CAN USA FRA GBR ALL HUN TUR ITA BEL BRÉ JPN CHN 20e 4
2006 McLaren Mercedes McLaren MP4-21 Mercedes FO 108S 2.4 V8 BHR MAL AUS SMR EUR ESP MON GBR CAN USA FRA
7
ALL
Abd
HUN
2
TUR
5
ITA
Abd
CHN
5
JPN
11
BRÉ
8
11e 19
2010 BMW Sauber F1 Team BMW Sauber C29 Ferrari 056 2.4 V8 BHR
Abd
AUS
12
MAL
N.p.
CHN
Abd
ESP
Abd
MON
Abd
TUR
11
CAN
Abd
EUR
12
GBR
Abd
ALL
14
HUN
7
BEL
11
ITA
14
SIN JPN COR BRÉ ABU 17e 6
2011 Sauber F1 Team Sauber C30 Ferrari 056 2.4 V8 AUS MAL CHN TUR ESP MON CAN
12
EUR GBR ALL HUN BEL ITA SIN JPN COR IND ABU BRÉ 20e 0
2012 HRT F1 Team Hispania F112 Cosworth CA2012 V8 AUS
NQ
MAL
21
CHN
21
BHR
20
ESP
19
MON
Abd
CAN
Abd
EUR
17
GBR
20
ALL
21
HUN
22
BEL
18
ITA
18
SIN
17
JPN
18
COR
Abd
IND
Abd
ABU
17
USA
21
BRÉ
17
25e 0

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les essais privés sont des essais réalisés en dehors du championnat. La plupart ou la totalité des écuries peuvent participer à ces séances, sans quelconque enjeu, dans le seul but de développer la voiture.
  2. Initialement, Wurz termine quatrième, mais la disqualification des voitures du British American Racing, font grimper Wurz à la troisième place.
  3. Pour participer au Grand Prix, il faut être dans les 107% du temps réalisé par le pilote le plus rapide. Si un pilote est hors des 107%, il peut être repêché par les commissaires. Ici, les deux pilotes HRT ne le sont pas.

Références extraites de la bibliographie[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Froissart 2000, p. 66
  2. Froissart 2000, p. 10
  3. Froissart 2000, p. 25
  4. Froissart 2000, p. 63

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en)« Australian GP: Pedro de la Rosa celebrates 10th anniversary », sur rds.ca,‎ (consulté le 4 mai 2015)
  2. a, b et c (es) « Sauber da un volante a De la Rosa », sur elmundo.es,‎ (consulté le 4 mai 2015)
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Michael Delaney, « La course de leur vie #17 : Pedro de la Rosa, Bahreïn 2005 », sur f1i.com,‎ (consulté le 3 mai 2015)
  4. a, b et c « Pedro de la Rosa », sur montrealrules.com (consulté le 4 mai 2015)
  5. (en) « 30+ Years of EFRA Race History » [PDF], sur efra.ws (consulté le 2 mai 2015)
  6. (es) « "Racing for Spain", becas de la RFEDA para pilotos de Karting », sur autopista.es,‎ (consulté le 3 mai 2015)
  7. (en) Ben Anderson et Edd Straw, « Pedro de la Rosa sorry to see Formula Renault UK go », sur autosport.com,‎ (consulté le 4 mai 2015)
  8. (es) Àlex Garcia, « Fórmula 3 japonesa 1995: Pedro de la Rosa y los demás », sur motorpassionf1.com,‎ (consulté le 3 mai 2015)
  9. (es) Àlex Garcia, « Fórmula Nippon 1997: la obra maestra de Pedro de la Rosa y el nacimiento de "Nippon Ichi" », sur motorpassionf1.com,‎ (consulté le 2 mai 2015)
  10. (es) Àlex Garcia, « Japan GT Championship 1997: Pedro de la Rosa hace el doblete y se convierte en el número uno de Japón », sur motorspassionf1.com,‎ (consulté le 3 mai 2015)
  11. a, b et c (pt) « Austrália-1999: De la Rosa estreia e faz história com top 6 », sur contosdaf1.wordpress.com,‎ (consulté le 4 mai 2015)
  12. (en)« GRAND PRIX RESULTS: BRAZILIAN GP, 1999 », sur grandprix.com (consulté le 4 mai 2015)
  13. « Résultats du Grand Prix de Monaco 1999 », sur statsf1.com (consulté le 4 mai 2015)
  14. (en)« Résultats du Grand Prix d'Espagne 1999 », sur statsf1.com (consulté le 4 mai 2015)
  15. « Résultats du Grand Prix du Canada 1999 », sur statsf1.com (consulté le 4 mai 2015)
  16. (en)« Résultats du Grand Prix de France 1999 », sur statsf1.com (consulté le 4 mai 2015)
  17. « Takagi Disqualified », sur crash.net (consulté le 4 mai 2015)
  18. « Résultats du Grand Prix de Grande-Bretagne 1999 », sur statsf1.com (consulté le 4 mai 2015)
  19. (en)« GRAND PRIX RESULTS: BRITISH GP, 1999, 1999 », sur grandprix.com (consulté le 4 mai 2015)
  20. « Résultats du Grand Prix d'Autriche 1999 », sur statsf1.com (consulté le 4 mai 2015)
  21. « Résultats du Grand Prix d'Allemagne 1999 », sur statsf1.com (consulté le 4 mai 2015)
  22. « Résultats du Grand Prix de Hongrie 1999 », sur statsf1.com (consulté le 4 mai 2015)
  23. « Résultats du Grand Prix de Belgique 1999 », sur statsf1.com (consulté le 4 mai 2015)
  24. « Résultats du Grand Prix d'Italie 1999 », sur statsf1.com (consulté le 4 mai 2015)
  25. « Résultats du Grand Prix d'Europe 1999 », sur statsf1.com (consulté le 4 mai 2015)
  26. « Résultats du Grand Prix de Malaisie 1999 », sur statsf1.com (consulté le 4 mai 2015)
  27. « Résultats du Grand Prix du Japon 1999 », sur statsf1.com (consulté le 4 mai 2015)
  28. « Résultats du Grand Prix d'Australie 2000 », sur statsf1.com (consulté le 5 mai 2015)
  29. « Résultats du Grand Prix de Malaisie 2000 », sur statsf1.com (consulté le 5 mai 2015)
  30. « Résultats du Grand Prix du Brésil 2000 », sur statsf1.com (consulté le 5 mai 2015)
  31. Michele Lupini, « The San Marino GP Review », sur atlasf1.autosport.com (consulté le 5 mai 2015)
  32. « Résultats du Grand Prix de Grande-Bretagne 2000 », sur statsf1.com (consulté le 5 mai 2015)
  33. « Qualifications du Grand Prix d'Espagne 2000 », sur statsf1.com (consulté le 5 mai 2015)
  34. a, b, c et d Lionel Froissart, « Lignes de pilote. Pedro de la Rosa. », Libération,‎ , p. 20
  35. « Résultats du Grand Prix d'Espagne 2000 », sur statsf1.com (consulté le 6 mai 2015)
  36. a, b, c et d Lionel Froissart, « De la Rosa chicane un brin », Libération,‎ , p. 28.
  37. « Résultats du Grand Prix d'Europe 2000 », sur statsf1.com (consulté le 6 mai 2015)
  38. (en)« GRAND PRIX RESULTS: MONACO GP, 2000 », sur grandprix.com (consulté le 6 mai 2015)
  39. a et b (en)« GRAND PRIX RESULTS: CANADIAN GP, 2000 », sur grandprix.com (consulté le 6 mai 2015)
  40. « Résultats du Grand Prix de France 2000 », sur statsf1.com (consulté le 6 mai 2015)
  41. « Résultats du Grand Prix d'Autriche 2000 », sur statsf1.com (consulté le 6 mai 2015)
  42. a et b (en)« GRAND PRIX RESULTS: GERMAN GP, 2000 », sur grandprix.com (consulté le 6 mai 2015)
  43. « Résultats du Grand Prix d'Allemagne 2000 », sur statsf1.com (consulté le 6 mai 2015)
  44. « Résultats du Grand Prix de Hongrie 2000 », sur statsf1.com (consulté le 6 mai 2015)
  45. « Résultats du Grand Prix de Belgique 2000 », sur statsf1.com (consulté le 6 mai 2015)
  46. « Le Grand Prix d'Italie fait une victime », sur rds.ca,‎ (consulté le 3 mai 2015)
  47. a, b et c « La mort au tournant », L'Humanité,‎ , p. 20.
  48. a et b Pierre Lepidi, « Michael Schumacher sort vainqueur des chicanes de Monza », Le Monde,‎ , p. 30.
  49. « GRAND PRIX RESULTS: ITALIAN GP, 2000 », sur grandprix.com (consulté le 3 mai 2015)
  50. « F1 : Jaguar présente sa nouvelle R3 », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ .
  51. (en) « McLaren Turn Down de la Rosa Test Seat Offer », sur autosport.com,‎ (consulté le 4 mai 2015)
  52. (en) « De la Rosa to Test for McLaren at Jerez », sur autosport.com,‎ (consulté le 4 mai 2015)
  53. (en) « De la Rosa Impressive at Barcelona - Day Two », sur autosport.com,‎ (consulté le 4 mai 2015)
  54. (en) « De la Rosa lands McLaren test role », sur autosport.com,‎ (consulté le 4 mai 2015)
  55. « Le beau temps était de retour et Pedro De La Rosa a battu le record du circuit sur la MP 4-19. », L'Équipe,‎ , p. 14.
  56. « Les McLaren- Mercedes sont entrées en scène hier à Jerez. », L'Équipe,‎ , p. 11.
  57. « Ralf Schumacher n'a pas été loin de battre le record de la piste, hier, n'échouant qu'à 149 millièmes du temps de Pedro De la Rosa sur la MP4/19 de la fin de l'an dernier. », L'Équipe,‎ , p. 18.
  58. (en) « Although today (February 15) is McLaren test driver Alexander Wurz' 31st birthday, it is teammate Pedro del a Rosa who has (seemingly) got the present. », sur pitpass.com,‎ (consulté le 4 mai 2015)
  59. (en) « De la Rosa to stand in for Montoya in Bahrain », sur motorsport.com,‎ 1er avril 2005 (consulté le 3 mai 2015)
  60. (en) Alan Baldwin, « De la Rosa Celebrates 'Best F1 Race' », sur autosport.com,‎ (consulté le 3 mai 2015)
  61. (es) « McLaren apuesta por Wurz en Imola en detrimento de De la Rosa », sur abc.es,‎ (consulté le 4 mai 2015)
  62. (en) « De la Rosa fastest in first free practice », sur gpupdate.net,‎ (consulté le 4 mai 2015)
  63. (en) « De la Rosa top in British GP first practice », sur motorsport.com,‎ (consulté le 4 mai 2015)
  64. Jean-Philippe Jourdan, « Sport Auto : Formule 1 - Juan Pablo Montoya rejoint la NASCAR - Montoya dit adieu à l'Europe », sur challenges.fr,‎ (consulté le 5 mai 2015)
  65. a, b et c « De la Rosa remplace Montoya », sur eurosport.fr,‎ (consulté le 5 mai 2015)
  66. « F1 - De La Rosa remplace Montoya ! », sur pitstop.com.fr,‎ (consulté le 5 mai 2015)
  67. (en) « GRAND PRIX RESULTS: FRENCH GP, 2006 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 5 mai 2015)
  68. (en) « GRAND PRIX RESULTS: GERMAN GP, 2006 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 5 mai 2015)
  69. (en) « De la Rosa survives scare for first podium », sur autosport.com,‎ (consulté le 5 mai 2015)
  70. (en) « GRAND PRIX RESULTS: TURKEY GP, 2006 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 5 mai 2015)
  71. (en) « GRAND PRIX RESULTS: CHINESE GP, 2006 », sur grandprix.com,‎ 1er octobre 2006 (consulté le 5 mai 2015)
  72. (en) « GRAND PRIX RESULTS: JAPANESE GP, 2006 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 5 mai 2015)
  73. (en) « McLaren confirm de la Rosa for Brazil », sur autosport.com,‎ (consulté le 5 mai 2015)
  74. (en) « GRAND PRIX RESULTS: BRAZILIAN GP, 2006 », sur grandprix.com,‎ (consulté le 5 mai 2015)
  75. (en) « 2006 Formula 1 standings », sur gpupdaet.net (consulté le 5 mai 2015)
  76. (en) « Hamilton gets 2007 McLaren drive », sur bbc.co.uk,‎ (consulté le 2 mai 2015)
  77. « De la Rosa rejoint Kobayashi », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 2 mai 2015)
  78. « Le temps des questions », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 2 mai 2015)
  79. « F1 : Heidfeld remplace de la Rosa chez Sauber », sur lemonde.fr,‎ (consulté le 2 mai 2015)
  80. « Heidfeld a signé », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 2 mai 2015)
  81. « F1: de la Rosa chez Pirelli aux côtés de Grosjean », sur lepoint.fr,‎ (consulté le 2 mai 2015)
  82. « De la Rosa en doublure », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 2 mai 2015)
  83. Pascal Michel, « Pedro de la Rosa reprend son poste de pilote d’essais McLaren », sur leblogauto.com,‎ (consulté le 2 mai 2015)
  84. Olivier Ferret, « De la Rosa remplace Perez au Canada », sur nextgen-auto.com,‎ (consulté le 2 mai 2015)
  85. Vincent Lalanne-Sicaud, « F1 - De la Rosa remplace Pérez », sur toilef1.com,‎ (consulté le 2 mai 2015)
  86. « Un commissaire manque de se faire écraser au Canada pendant la course ! », sur motorsinside.com,‎ (consulté le 2 mai 2015)
  87. « De la Rosa signe pour deux ans », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 2 mai 2015)
  88. « De la Rosa : «C'est fascinant» », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 2 mai 2015)
  89. « De La Rosa ne regrette pas », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 2 mai 2015)
  90. (en) Andrew van Leeuwen, « Pedro de la Rosa appointed GPDA chairman for 2012 F1 season », sur autosport.com,‎ (consulté le 2 mai 2015)
  91. « GP Australie : Pas de HRT au départ », sur franceinfo.fr,‎ (consulté le 3 mars 2015)
  92. (en) Keith Collantine, « HRT fail to qualify in Melbourne », sur f1fanatic.co.uk,‎ (consulté le 3 mai 2015)
  93. « 2013 : De La Rosa n'y croit plus trop », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 2 mai 2015)
  94. Grégory Demoen, « Scorpion Racing, un projet mort-né ? », sur f1i.com,‎ (consulté le 2 mai 2015)
  95. Thierry Brochard, « F1 : HRT ne reviendra pas en 2014 », sur tf1.fr,‎ (consulté le 2 mai 2015)
  96. « De la Rosa au pôle développement », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 2 mai 2015)
  97. Guillaume Navarro, « F1 - Ferrari signe Pedro de la Rosa comme pilote de tests », sur autoblog.com,‎ (consulté le 2 mai 2015)
  98. Jacques-Armand Dupuis, « F1 – Bianchi ou de la Rosa pour remplacer Alonso à Austin ? », sur autohebdo.fr,‎ (consulté le 2 mai 2015)
  99. (en) « De la Rosa joins Spanish television coverage », sur gpupdate.net,‎ (consulté le 4 mai 2015)
  100. (en) « Ferrari's de la Rosa admits 2014 car 'ugly' rumours », sur motorsport.com,‎ (consulté le 2 mai 2015)
  101. Alex Brémond, « Pedro de la Rosa souhaite quitter la présidence du GPDA », sur motorsinside.com,‎ (consulté le 2 mai 2015)
  102. Olivier Ferret, « F1 - Raikkonen forfait pour les essais de Silverstone (+ vidéo) », sur nextgen-auto.com,‎ 6 juilelt 2014 (consulté le 2 mai 2015)
  103. (es) « Pedro de la Rosa y Bianchi sustituirán a Kimi Raikkonen en los test de Silverstone », sur elconfidencial.com,‎ (consulté le 8 juillet 2014)
  104. « F1 - De la Rosa a beaucoup apprécié sa 1ère fois avec la Ferrari F14 T », sur nextgen-auto.com,‎ (consulté le 8 juillet 2014)
  105. Olivier Ferret, « F1 - Wurz devient le nouveau président du GPDA », sur nextgen-auto.com,‎ (consulté le 4 octobre 2014)
  106. Basile Davoine, « Officiel - Vergne pilote d’essais chez Ferrari ! », sur toilef1.com,‎ (consulté le 19 décembre 2014)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :