Pediculus humanus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pediculus humanus est le pou de l'humain, un insecte parasite. L'infestation par les poux est nommée "pédiculose".

Pediculus humanus comprend deux sous-espèces parasites de l’homme : Pediculus humanus humanus = P. h. corporis (pou de corps) et Pediculus humanus capitis (pou de tête), mais non pas le pou du pubis.

Morphologie[modifier | modifier le code]

Modèle pédagogique présentant, fortement grossi, un « pou de corps », tel que ceux qui infestait les soldats dans les tranchées durant la Première Guerre mondiale

Pediculus humanus humanus mesure 2 à 4 mm de long ; Pediculus humanus capitis quant à lui est plus petit : de 1 à 2,5 mm. Chez ces 2 espèces, la femelle est plus grande que le mâle. En dehors de la taille, les autres caractéristiques morphologiques sont semblables.

La tête est allongée et porte 2 yeux ainsi qu’une paire d’antennes à 5 articles. Le thorax est réduit et les segments fusionnés ; les pattes sont fortes et trapues, elles forment une pince avec la griffe du tarse et une forte dent située sur le tibia (le « pouce »). L’abdomen est formé de 9 segments dont 7 sont visibles, le dernier est échancré chez la femelle et muni d’un pénis conique chez le mâle. La larve ressemble à l’adulte en plus petit.

Cycle de développement[modifier | modifier le code]

Les poux se reproduisent très vite. Le cycle se déroule entièrement sur l’hôte, et dure au total 18 jours environ.

Les poux femelles s’accouplent plusieurs fois au cours de leur vie d’adulte qui peut varier d’une dizaine à une quarantaine de jours.

La femelle pond des œufs ovoïdes (4 à 10 œufs (ou lentes) par jour, et ce pendant 3 à 5 semaines - 200 à 300 au cours de sa vie) de 1 mm de long à coque ponctuée et pourvue d’un opercule : les lentes, qui sont collées sur un support (cheveu pour P. humanus capitis ; et fibres textiles des vêtements au contact de la peau pour P. humanus humanus).

L’incubation dure de 6 à 9 jours en fonction de la température, et l’éclosion libère une petite larve, une nymphe qui mesure 1 à 2 mm de long, qui migre peu et est peu contaminante. Elle effectue 3 mues en 8 à 12 jours à la surface de la peau. L'adulte (imago) peut s'accoupler 10h après la dernière mue.

Habitat et nutrition[modifier | modifier le code]

Les poux sont des parasites permanents et spécifiques (P. humanus humanus est localisé sur le corps, P. humanus capitis sur le cuir chevelu), toute leur vie s’effectue dans une ambiance stable quant à la température et l’humidité : celle du tégument humain, sous les vêtements ou dans la chevelure. Ils ne quittent pas volontiers leur hôte car ils ne peuvent aller loin et meurent en quelques jours s’ils ne rencontrent pas une autre "victime". La dissémination s’effectue par contact entre chevelures ou avec un objet contaminé (peigne, bonnet, oreiller) pour le pou de tête, et par contact avec des vêtements parasités pour le pou de corps.

Pediculus humanus est strictement hématophage à tous les stades et dans les deux sexes, sa piqûre est solénophage ; les adultes effectuent 1 repas sanguin chaque jour, leur résistance au jeûne est très faible (1 à 2 jours). Ils peuvent vivre jusqu’à 40 jours.

Origine, aspects évolutifs[modifier | modifier le code]

Le pou de corps (ou de vêtement) de l'être humain (Pediculus humanus corporis) proviendrait de la prolifération du poux de tête qui migrent dans les plis de vêtements sales et s'y adaptent. La divergence entre les deux types de parasites Pediculus humanus corporis et Pediculus humanus capitis s'est produite vers 72 000 +/- 42 000 ans, suggérant un changement de mode de vie chez l'homme liée à un usage fréquent des premiers vêtements[1]. Les scientifiques sont parvenus, indirectement, à évaluer la date d’apparition des tout premiers vêtements.

En 2010, une équipe internationale de chercheurs séquence le génome du pou du corps humain et publie ses résultats dans la revue PNAS : ce séquençage montre un nombre réduit de gènes de détection ou de réaction à l'environnement, en lien avec la simplicité de son mode de vie. Il montre également « le plus petit nombre d'enzymes de désintoxication observés dans n'importe quel autre insecte », ce qui est intéressant pour l'étude de la résistance aux insecticides et d'autres mécanismes de défense[2].

Aspect médical[modifier | modifier le code]

La pédiculose du cuir chevelu est due à la sous-espèce capitis, et la pédiculose corporelle est due au sous-type corporis.

Les poux de corps sont aussi des vecteurs de trois bactéries pathogènes : Rickettsia prowazekii, Borrelia recurrentis et Bartonella quintana, responsables respectivement du typhus exanthématique, de la fièvre récurrente à poux et de la fièvre des tranchées.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Ralf Kittler, Manfred Kayser et Mark Stoneking, « Molecular Evolution of Pediculus humanus and the Origin of Clothing », Current Biology, vol. 13, no 16,‎ 19 août 2003, p. 1414-1417 (DOI 10.1016/S0960-9822(03)00507-4)
  2. « Séquençage du génome du pou du corps humain », Les Échos,‎ 21 juin 2010 (consulté le 22 juin 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]