Peder Sørensen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sørensen.

Peder Sørensen (en latin Petrus Severinus) est un médecin et alchimiste danois, né vers 1540 à Ribe et mort le . Il est largement connu sous son nom latin, Petrus Severinus[1] (1542–1602) et fut l'un des disciples de Paracelse les plus brillant.

Il fait des études à Padoue, en 1566, et à Wittenburg (Allemagne), en 1569. Il obtient son titre de docteur en médecine en France vers 1570. Il devient chirurgien-sergent sous le commandement de Frédéric II (1534-1588) en 1571 puis, plus tard, sous Christian IV (1577-1648).

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Peder Sørensen, plus connu sous son nom de Petrus Severinus, est né dans la ville Danoise de Ribe sur la côte ouest du Jutland vers 1542 ou 1540. Ces deux années sont citées dans les textes du XVIIe siècle. Ribe était une ville florissante du fait de l'importance du commerce entre les fermes du Jutland et les marchés du sud. C'était aussi un port qui supportait le commerce régulier avec la Hollande, l'Angleterre, et d'autres ports de la côte Frisonne. Ribe était aussi un centre administratif avec le gouvernement de la cathédrale qui était l'un des plus important au XVIe siècle au Danemark[2]. Les parents de Severinus étaient probablement prospères et avaient une bonne position, et comme d'autres enfants, Severinus fut enrôlé dans l'école Latine de la cathédrale de Robe avant d'aller à l'université à l'étranger ou à Copenhague. Après la Reforme, la hiérarchie Catholique fut remplacée par des maitres Luthériens et des administrateurs, mais le curriculum[Quoi ?] avait peu changé. La cathédrale de Ribe était administrée par quelques-uns des plus grands humanistes reformés du XVI et XVIIe siècle, et en particulier Hans Tausen, Peder Hegelund, and Jens Dinesen Jersin qui donnèrent à Severinus la meilleure éducation disponible au Danemark à cette époque[3].

Sorensen est l’auteur de Idea medicinæ philosophicæ (1571). Il améliore notamment l’idée de Paracelse (1493-1541) sur la présence d’agents invisibles, causes des maladies qui assoit la supériorité des idées de Paracelse sur celles de Galen[4]. Severinus fut un membre de l’élite intellectuelle du Danemark. Son éducation fut supportée par la couronne Danoise et ses appointements comme médecin royal lui conférant statut et autorité pour son travail et ses opinions. Il fut un contemporain et un associé personnel de Tycho Brahe qui lui aussi est associé à l'évolution de la chimie durant le XVIIe siècle. Daniel Sennert, un professeur à Wittenberg écrivit en 1619 que la plupart des médecins chimistes suivaient l'enseignement de Severinus et même se référaient « l'école de Severius » pour la théorie médicale, qui était basée sur la philosophie de Paracelse[5]. Des étudiants actuels, qui comprennent Jole Shackelford et Hiro Hirai[6] ont affirmé que Severinus est un prédécesseur important tant de Jean-Baptiste Van Helmont que de Pierre Gassendi.

références[modifier | modifier le code]

  1. Peder Soerenssen, Petrus Severinus, Peter Severinus.
  2. Ibid., 23.
  3. Ibid., 24-25.
  4. PARACELSUS: The Medical Chemistry of the Paracelsians
  5. Jole Shackelford, A Philosophical Path for Paracelsian Medicine: The Ideas, Intellectual Context, and Influence of Petrus Severinus (1540/2-1602) (Copenhagen: Museum Tusculanum Press, 2004), 14.
  6. Le concept de semences dans les théories de la matière à la Renaissance, 2005

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jole Shackelford A Philosophical Path for Paracelsian Medicine: The Ideas, Intellectual Context, and Influence of Petrus Severinus (1540-1602) (2004)

Lien externe[modifier | modifier le code]