Peñón de Ifach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Peñón de Ifach
Le Peñon de Ifach
Le Peñon de Ifach
Géographie
Altitude 332 m
Coordonnées 38° 38′ 02″ N 0° 04′ 34″ E / 38.634, 0.07638° 38′ 02″ Nord 0° 04′ 34″ Est / 38.634, 0.076  
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Communauté valencienne
Province Alicante
Géologie
Roches Calcaire

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
Peñón de Ifach
Parc naturel du Peñón de Ifach
Catégorie UICN V (paysage terrestre/marin protégé)
Identifiant 15478
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autononme Communauté valencienne
Coordonnées 38° 38′ 02″ N 0° 04′ 34″ E / 38.634, 0.07638° 38′ 02″ Nord 0° 04′ 34″ Est / 38.634, 0.076  
Superficie 0,47 km2
Création 28 janvier 1987

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
Parc naturel du Peñón de Ifach

Le Peñón de Ifach (en castillan) ou Penyal d'Ifac (en valencien), littéralement « Le rocher d'Ifac(h) », est une grande masse calcaire dominant la ville de Calp, aux flancs escarpés se jetant dans la mer Méditerranée depuis ses 332 mètres de hauteur maximale et rejoignant la terre par un isthme détritique. Depuis l'ouverture en 1918 d'un tunnel d'une cinquantaine de mètres traversant une de ses parois par la face Nord-Est, on peut remonter par un sentier au sommet du Peñón. Jusqu'à ce tunnel, l'accès pavé est accessible à tous. Après ce passage, les indications présentes sur place recommandent de bonnes chaussures et déconseillent la poursuite aux jeunes enfants. Le sentier constitué surtout de roches saillantes rend en effet la progression plus technique, mais des aménagements tels des cordes de maintien permettent tout de même d'accéder sans trop de peine au sommet, sous réserve de ne pas être hypersujet au vertige.

Dans les environs, on remarque les marais salants de Calp qui s'étendaient du temps des grecs depuis le rocher jusqu'au montagnes les plus proches selon Jessen. L'étang est devenu un marais salant abandonné au XVIIe siècle et récupéré depuis.

Avec ses 45 hectares, le parc naturel del Peñón de Ifach est l'un des plus petits en Europe. Cependant, ses caractéristiques bioclimatiques, la nature de ses sols basiques, sa situation et son orientation confèrent une grande singularité à sa faune et sa flore.

Il est le parc naturel le plus visité de la Communauté valencienne avec plus de cent mille visiteurs par an. C'est également un site d'escalade mondialement réputé.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sur le Peñón de Ifach se sont établis différentes populations depuis les temps les plus reculés. Au pied du massif, sur le versant occidental, s'est établie une population ibérique entre les IVe et IIIe siècles av. J.-C.

À l'époque romaine, les habitants sont descendus sur l'isthme reliant le rocher au continent. Des restes de céramiques et des pièces de monnaie qui ont été retrouvées permettent d'affirmer que les versants du rocher ont été habités pendant le Moyen Âge. Les attaques des navigateurs par la mer ont cependant obligé les habitants du Peñón à descendre jusqu'au village de Calp et à créer un système de surveillance pour prévenir des incursions pirates.

Le Peñón de Ifach a appartenu à la commune de Calp jusqu'en 1862, année où il est devenu une propriété privée. Après avoir appartenu à de nombreux propriétaires, il a été racheté par le Gouvernement de Valence, avant d'être classé Parc naturel en 1987.

Flore[modifier | modifier le code]

Le Peñón regroupe différentes communautés végétales. Sur les grandes parois de roches se développe une végétation rupicole spécialisée dans la colonisation des crevasses, des fissures et des saillies où s'accumulent un peu de terre. On observe également de nombreux endémismes qui font partie de cette végétation, tels que le Silène d'Ifach, espèce rare de thym quasiment disparue, le teucrium d'Ifach, la scabieuse rupestre ou la violette des rochers.

Sur les niveaux moyen et haut du versant septentrional se développe une végétation arbustive de bordure, comme le palmier nain ou le genévrier rouge. Cette communauté arbustive se compose également d'alaterne ou de raisin de mer. Elle est intéressante à observer car isolée dans le Peñón, à l'abri de l'invasion de quercus (chêne vert, chêne, etc).

Sur la partie basse du versant septentrional, on retrouve d'autres espèces arbustives telles que le chèvrefeuille, l'asperge sauvage, le genévrier, la garance, le jasmin de montagne ainsi que des palmiers nains.

À la base du Peñón, une végétation nitrophile se développe et on trouve également des restes de culture de caroubiers ou d'amandiers.

Faune[modifier | modifier le code]

Comme le reste de la Marina Alta, le Peñón présente une richesse malacologique remarquable de par la variété d'espèces de mollusques pulmonés terrestres (escargots). la présence de coléoptères est aussi intéressante.

Il existe quelque quatre-vingt espèces différentes d'oiseaux parmi lesquels des nicheurs, des migrateurs et des errants. A souligner la présence du faucon d'Eléonore, du cormoran huppé et d'étourneaux. Les oiseaux les plus présents sont le martinet pâle, le goéland leucophée et la crécelle.

Les rapaces et les nombreux goélands font leurs nids dans les creux de la face méridionale ensoleillée tandis que les cormorans et les mouettes font les leurs au pied du rocher.

Plus insolite, des chats ont également investi le sommet du Peñón, à l'affût de toute nourriture transportée par les randonneurs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Parc Natural del Penyal d'Ifac, Generalitat Valenciana, 2007.

Lien externe[modifier | modifier le code]