Pays des Illinois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte du Pays des Illinois à l'époque de la Nouvelle-France et de la Louisiane française.

Le Pays des Illinois ou Haute-Louisiane était une subdivision administrative et politique de la Louisiane à l'époque de la Nouvelle-France. Le chef-lieu du Pays des Illinois était Fort de Chartres, au point de rencontre du fleuve Mississippi et du Meramec. La région, peuplée de colons canadiens, connut une effervescence plus marquée entre les confluents du Mississippi, du Meramac et de la rivières des Kaskaskias. Vivant d'étroites fréquentations avec les Amérindiens, la population était regroupée en plusieurs villages : Kaskaskia, Sainte-Geneviève, Cahokia, Prairie du Rocher, et Vincennes un peu plus à l'est, aux abords de l'Ohio. En 1752, la population s'était élevée à 2,573 habitants sans Vincennes[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Le Pays des Illinois fut gouverné par le Canada, mais par ordonnance du Roi Louis XV le 27 septembre 1717, le Pays des Illinois fut rattaché à la province royale de la Louisiane, et comme frontière au nord, la rivière Illinois. En 1721, le septième district militaire de la Louisiane fut nommé Illinois. Ce territoire incluait la moitié de l'État actuel de l'Illinois, ainsi que les terres entre la rivière Arkansas et le 43e parallèle nord, et le territoire entre les montagnes Rocheuses et le fleuve Mississippi. En 1723, la région autour de la rivière Wabash devenu un district séparé. Pendant cette période, le Pays des Illinois était référé comme la Haute Louisiane, même si ce terme impliquait le territoire à l'ouest du Mississippi, avec Le Pays des Illinois à l'est du Mississippi et au nord de la rivière d'Ohio. Cette distinction fut plus éclaircie au Traité de Paris en 1763, lorsque les Britanniques acquirent les terres à l'est du Mississippi, et l'Espagne la Louisiane à l'ouest du Mississippi. Plusieurs Canadiens traversèrent la rivière pour éviter d'être sous tutelle britannique.

Fort St-Louis[modifier | modifier le code]

Carte des villages et des forts aux Pays des Illinois

René-Robert Cavelier de La Salle construit le Fort St-Louis sur une butte le long de la rivière Illinois durant l'hiver de 1682[2].

Fort de Chartres[modifier | modifier le code]

Le 1er janvier, 1718, le monopole pour la région fut donné à John Law de Lauriston et sa Compagnie d'Occident qui devenue la Compagnie perpétuelle des Indes en 1719. En espérant faire fortune dans les métaux précieux, un contingent militaire fut envoyé de La Nouvelle-Orléans. La construction commença sur le fort en 1718 et complété en 1720.

Autres Habitations[modifier | modifier le code]

  • Peoria fut le premier établissement au sud de la Nouvelle-France. Les intérêts de la France pour Preoria remontait à plus de cent ans lorsque les explorateurs arrivèrent par l'entremise de la rivière Illinois en 1673. .
  • Cahokia, établi en 1699 par des missionnaires en provenance de Québec, fut un des premiers établissements dans la région.
  • Kaskaskia, établi en 1703, était une station missionnaire. Elle devint la première capitale de l'Illinois entre 1818-1820. Un fort fut construit en 1721, et fut détruit par les Britanniques en 1763.
  • En 1720, Philip François Renault, Directeur des opérations minières pour la Compagnie de l'Occident, arriva avec 200 travailleurs et mécaniciens, ainsi que 500 esclaves de Santo Domingo pour travailler dans les mines. Cependant, les mines n'offraient que du charbon et du plomb, qui n'étaient pas profitables pour que la compagnie puisse survivre. En 1723, Renault, avec ses travailleurs et esclaves, établit le village de Saint-Philippe. À trois miles du Fort de Chartres, le village devint très productif et il y avait un surplus de produits qui fut vendu au sud de la Louisiane.
  • Sainte-Geneviève fut établi aux alentours de 1750 le long des rives du Mississippi. Ce village était peuplé principalement de fermiers et de marchands canadiens venant des établissements du côté est du fleuve Mississippi.
  • Saint Louis (Missouri) fut fondé en 1764 par des trappeurs canadiens. En 1765, Saint-Louis est devenu la capitale de la Haute Louisiane, et après 1767, la région fut contrôlée par les Espagnols[3].

Référence[modifier | modifier le code]

  1. Guy Frégault, Le Grand Marquis: Pierre de Rigaud de Vaudreuil et la Louisiane (Montréal, 1952), pp. 129–130
  2. "The Illinois Archaeology - Starved Rock Site", Museum Link - Illinois State Museum, 2000, accessed June 15, 2011.
  3. Usgennet.org Attack On St. Louis: May 26, 1780.

Bibliographie[modifier | modifier le code]