Payen le Bouteiller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Payen et Bouteiller (homonymie).
Payen le Bouteiller
La forteresse croisée d'Al-Karak, construite autour de 1140 sous la direction de Payen le Bouteiller
La forteresse croisée d'Al-Karak, construite autour de 1140 sous la direction de Payen le Bouteiller
Fonctions
Seigneur de la Terre au delà du Jourdain
Vers 1130 – Vers 1148
Prédécesseur Romain du Puy
Successeur Philippe de Milly
Bouteiller du roi
Vers 1120
Prédécesseur Gervais
Successeur Robert Crépin
Biographie
Date de décès vers 1148

Payen, dit le Bouteiller ainsi nommé par ce qu'il avait été bouteiller du Roi est un croisé du royaume de Jérusalem au XIIe siècle[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Payen le Bouteiller apparaît dans les archives en 1120 comme bouteiller du royaume, charge qu'il occupera au moins jusqu'en 1136.

En 1132[2], le roi Foulque de Jérusalem lui confie la seigneurie d'Outre-Jourdain, confisqués à Romain du Puy et son fils, accusés de trahison[1]

Afin d'assurer la protection du nord de sa seigneurie, Payen le Bouteiller fit construire en 1142 le château d'«Al-Karak», ou «crac des Moabites», forteresse plus imposante encore que le krak de Montréal, la capitale de la seigneurie. Aussi appelé la «Pierre du Désert», le crac des Moabites, construit sur un emplacement remarquablement bien choisie par Payen[2] entre Damas et la Mer Rouge, permettait de contrôler les caravanes musulmanes entre l'Égypte et la Syrie[3]. «Al-Karak» devint la ville principale de la seigneurie ainsi que la résidence de l'archevêque de Rabbah[4]

La mort de Payen le Bouteiller se situe entre 1148, où Payen assista à la réunion des barons de Terre Sainte convoquée à Saint-Jean-d'Acre par l'empereur Conrad III de Hohenstaufen et le roi Louis VII[1], et 1152, où le titre de seigneur d'Outre-Jourdain revient à Maurice, son neveu[1]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Jack Bocar, « Les Seigneurs du Crac de Montréal », sur templierscroisades.free.fr (consulté le 11 mars 2014)
  2. a et b Maxime Goepp, « Forteresses d'Orient: le Kerak de Moab », sur www.orient-latin.com (consulté le 6 mars 2014)
  3. René Dussaud, « L' histoire du royaume de Jérusalem en fonction de ses forteresses, d'après un livre récent », Syria, no 22,‎ 1941, p. 271-283 (lire en ligne)
  4. « Seigneurie de Krak et de Montréal », sur http://www.templiers.net (consulté le 7 mars 2014) : « Sources : E. REY - Revue de l'Orient Latin. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]