Pavot de Californie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pavot de Californie

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Illustration d’Eschscholzia californica dans "Favorite Flowers of Garden and Greenhouse", 1896

Classification APG III (2009)
Règne Plantae
Clade Angiospermes
Clade Dicotylédones vraies
Ordre Ranunculales
Famille Papaveraceae
Sous-famille Eschscholzioideae
Genre Eschscholzia

Nom binominal

Eschscholzia californica
Cham., 1820

Le Pavot de Californie ou Pavot d'Amérique[1] (Eschscholzia californica Cham.) est une plante herbacée de la famille des Papaveraceae couramment cultivée dans les jardins d'ornement. C'est une plante originaire de la Californie et du sud-ouest des États-Unis où elle couvre de vastes étendues à proximité des forêts de séquoïas.

Description[modifier | modifier le code]

Appareil végétatif[modifier | modifier le code]

Appareil reproducteur[modifier | modifier le code]

Petite fleur de couleur jaune ou jaune-orangé très vive.

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

Floraison d'Eschscholzia californica dans la Réserve du Pavot de Californie d'Antelope Valley

Outre son aire d'origine sur la façade pacifique des États-Unis, on la retrouve dans tout le Canada méridional. Le pavot de Californie s'acclimate en effet très facilement, on le trouve aussi bien au Chili que dans le sud ou l'ouest de la France ; elle peut devenir envahissante.

De culture facile, cette annuelle se ressème spontanément dans le jardin. C'est une plante non rustique au gel mais ses graines le sont.

Le pavot de Californie aime le plein soleil, il prospère dans un sol pauvre, léger et bien drainé.

Nomenclature et taxonomie[modifier | modifier le code]

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le genre botanique Eschscholzia (sans t entre le l et le z), auquel appartient le pavot de Californie, a été désigné en 1820 en l'honneur de Johann Friedrich von Eschscholtz, médecin, botaniste et naturaliste allemand germano-balte par le poète et botaniste franco-allemand Adelbert von Chamisso qui participa avec lui à la première expédition autour du monde (1815) dirigée par Otto von Kotzebue.

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

Selon Catalogue of Life (10 juillet 2013)[2], NCBI (10 juillet 2013)[3] et Tropicos (10 juillet 2013)[4], il existe deux sous-espèces :

  • sous-espèce Eschscholzia californica subsp. californica
  • sous-espèce Eschscholzia californica subsp. mexicana (Greene) C. Clark

Usage[modifier | modifier le code]

Les Amérindiens l'utilisaient traditionnellement pour soigner les maux de tête ou de dents et pour aider à l'endormissement des enfants.
Aujourd'hui, elle est utilisée pour apaiser les enfants excitables et pour traiter les spasmes douloureux, tels les coliques, les irritations de l'intestin, les douleurs de la vésicule biliaireetc.[5]

Composition[modifier | modifier le code]

L'eschscholtzia renferme des alcaloïdes, tant dans ses racines (à hauteur de 2 à 3 %) que dans ses parties aériennes (à hauteur de 0,5 %). Certains de ses alcaloïdes lui sont spécifiques : eschscholtzine et californidine, tandis que d'autres sont communs à d'autres membres des papaveraceae : fumarine, sanguinarine, norargémonine, etc.[6]
Elle contient également d'autres composés : caroténoïdes, flavonoïdes, phytostérols, linamarine, etc.[6]

Pharmacopée[modifier | modifier le code]

  • Propriétés : antinévralgique, hypnotique et sédative, légèrement antispasmodique
  • Usage : énurésie, psoriasis, migraine, névralgie, insomnie, déprime, certaines maladies de peau.

BIen qu'elle soit anxiolytique et sédative,l'usage de la plante ne provoque ni accoutumance ni assuétude[7]. Son usage est toutefois déconseillé chez la femme enceinte à cause de la présence de certains alcaloïdes (eschscholtzine, californidine). L'escholtzia Californica apporte un sommeil réparateur en accélérant la phase d'endormissement et en améliorant considérablement la qualité du sommeil[8].


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Trudel, Jardins et décors : fleurs d'été, Saint-Laurent (Québec), Livre-Loisirs Ltée, 65 p. (ISBN 2-89210-229-4), couverture intérieure
  2. Catalogue of Life, consulté le 10 juillet 2013
  3. NCBI, consulté le 10 juillet 2013
  4. Tropicos, consulté le 10 juillet 2013
  5. (en) Susan G. Wynn et Barbara Fougère, Veterinary herbal medicine, [Health Sciences],‎ 2007, 714 p. (ISBN 9780323029988, lire en ligne), p. 504
  6. a et b http://www.phytomania.com/eschscholtzia.htm Phytomania
  7. 120 Plantes Médicinales - Composition, Mode D'action Et Intérêt Thérapeutique - De L'ail À La Vigne Rouge Max Rombi
  8. 120 Plantes Médicinales - Composition, Mode D'action Et Intérêt Thérapeutique - De L'ail À La Vigne Rouge Max Rombi

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :