Pavlo Skoropadsky

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pavlo Petrovitch Skoropadsky
Павло́ Петро́вич Скоропа́дський
Pavlo Skoropadsky en uniforme de Hetman d’Ukraine
Pavlo Skoropadsky en uniforme de Hetman d’Ukraine

Naissance 3 mai 1873
Wiesbaden, Allemagne
Décès 26 avril 1945 (à 71 ans)
monastère de Metten, Allemagne
Origine Drapeau de la Russie Impériale Empire russe
Allégeance Drapeau de la Russie Impériale Empire russe
Drapeau de l'Ukraine Hetmanat
Arme Cavalerie
Grade Général
Années de service 18931918
Conflits Guerre russo-japonaise, Première Guerre mondiale, guerre civile russe
Distinctions Ordre de Saint-Georges IVe classe Ordre de Saint-Georges

Ordre de Saint-Vladimir IIIe classe Ordre de Saint-Vladimir
Ordre de Sainte-Anne IIe classe Ordre de Sainte-Anne
Ordre de Saint-Stanislas IIe classe Ordre de Saint-Stanislas
Ordre de l'Aigle rouge Ordre de l'Aigle rouge

Autres fonctions Hetman d’Ukraine

Emblème

Pavlo Skoropadsky (en ukrainien : Павло Петрович Скоропадський, en russe : Павел Петрович Скоропадский), né le 3 mai 1873 à Wiesbaden en Allemagne et décède le 26 avril 1945 à la clinique du monastère de Metten en Bavière, est un homme politique ukrainien. Il se rallia tardivement au mouvement national ukrainien et représenta son aile droite.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pavlo Skoropadsky est un aristocrate et un général décoré de l'armée impériale russe, qui devient un chef conservateur dans la lutte de l'Ukraine pour l'indépendance durant la révolution russe de 1917. Il fut un des membres de la loge maçonnique nommée « Jeune Ukraine » qui se constitua durant cette période[1] puis intégra la loge des Martinistes de Kiev[2].

Le 29 avril 1918, lors d'un coup d'État contre la Rada Centrale, Skoropadsky est proclamé Hetman (chef) du gouvernement d'un « État ukrainien » (Ukrayinska Derzhava). Son gouvernement, et sa période au pouvoir, sont également connus comme « l'Hetmanat ».

Techniquement, la République populaire ukrainienne a été abolie par un Congrès des fermiers de tous les Ukrainiens. Dans la réalité, le coup d'État a été sanctionné par l'armée allemande, qui occupe Kiev et d'autres parties de l'Ukraine au printemps 1918. Cette occupation a lieu avec l'accord du gouvernement républicain ukrainien, afin de repousser l'invasion des forces russes bolcheviques. En retour, le gouvernement républicain s'engage à fournir aux forces allemandes des stocks de nourriture réquisitionnés. Rapidement, le commandement de l'armée allemande est mécontent de l'inefficacité et de l'incompétence du gouvernement républicain, qui peine régulièrement à fournir le ravitaillement à temps, peut-être parce que cet accord est resté largement impopulaire.

Pavlo Skoropadsky au centre droit de la photo

Les autres politiciens ukrainiens accusent Skoropadsky d'être la marionnette des Allemands, supportée par une grande partie des propriétaires fonciers locaux. Il est également jugé trop pro-russe et dictatorial : il forme un nouveau cabinet comprenant surtout des monarchistes russes, favorables à une fédération avec une future Russie non-Bolchevique.

En dépit de ces critiques, par contraste avec le Rada socialiste précédente, son gouvernement a réussi à créer une organisation administrative effective, établi des relations diplomatiques avec de nombreux pays, conclu un traité de paix avec la Russie soviétique et bâti plusieurs écoles et universités.

En novembre 1918, Skoropadsky est chassé du pouvoir lors d'un soulèvement mené par Simon Petlioura. Ce soulèvement restaure nominalement la République populaire ukrainienne, mais le pouvoir est tenu par un Directoire, un corps non-élu de cinq directeurs présidé par Volodymyr Vynnytchenko.

Bien qu'évincé du pouvoir, Skoropadsky n'a jamais renoncé à son titre d'Hetman. Installé en Allemagne, il maintient des liens étroits avec le gouvernement allemand et les officiels de l'armée, auxquels le lient des liens personnels d'amitié remontant aux années de formation à l'école militaire. Skoropadsky s'enfuit devant l'avancée des forces soviétiques avec l'armée allemande en retraite. Il meurt en exil en Allemagne après avoir été blessé par une bombe alliée.

Son mouvement continue jusqu'au début des années 1980. Celui-ci présente depuis les années vingt un programme ukrainien monarchiste héréditaire basé sur le modèle Britannique tout en se référant à l'Hetmanat cosaque. Il disparaît avec le vieillissement des communautés émigrées de l'est de l'Ukraine.

La fille de Skoropadsky, Olena Ott-Skoropadska, est regardée comme l'héritière de ses titres et honneurs. Résidant en Suisse, elle a visité l'Ukraine à plusieurs reprises et a été récompensée pour ses écrits historiques.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Wolodymyr Kosyk, La politique de la France à l'égard de l'Ukraine Mars 1917 - Février 1918, Publications de la Sorbonne, Paris, 1981, p. 244
  2. (en) Bohdan Kravtsiv et Oleksander Ohloblyn, Encyclopedia of Ukraine, 1984, vol. 1 [lire en ligne sur encyclopediaofukraine.com]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :