Pavillons pirates et corsaires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Pavillon de pirates)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Drapeau noir.
Une vision classique du Jolly Roger.

Dans l'imaginaire populaire et l’imagerie traditionnelle, les pavillons pirates et corsaires sont des pavillons noirs orné d’une tête de mort surmontant deux tibias ou deux sabres entrecroisés. On utilise parfois le terme de drapeau de pirate, mais c'est un abus de langage. En effet, en langage maritime, il n'y a que des pavillons.

Ce pavillon représenterait des symboles choisis par les pirates et les corsaires pour faire passer un message sans équivoque. L'expression « Jolly Roger » serait mentionnée pour la première fois en 1700 ; la première référence imprimée serait celle de l’Oxford English Dictionary de 1724[1].

Distinction[modifier | modifier le code]

Le Jolly Roger utilisé dans une illustration pour l'opéra comique The Pirates of Penzance de Gilbert et Sullivan.

Les pavillons des pirates et des corsaires peuvent être rangés en trois catégories :

  • ceux des pirates, conventionnellement nommés Jolly Rogers ;
  • ceux des corsaires européens ou américains[2] ;
  • ceux des pirates et corsaires non européens.

Les pirates hissaient généralement le pavillon de leur nation d'origine.

Origine du Jolly Roger[modifier | modifier le code]

Le Jolly Roger n'a été utilisé par les pirates (d'origine anglaise ou nord-américaine) de l'Atlantique Nord et des Antilles que durant le premier quart du XVIIIe siècle.

L'origine du terme demeure inconnue mais des possibilités sont envisagées[3] :

  • le pavillon sans quartier appelé le « joli rouge » des boucaniers français ; la prononciation aurait été alors déformée par leurs camarades britanniques ;
  • le chef des pirates de Cannanore (océan Indien) portait le titre tamoul Ali Radjah (roi des mers) ; le titre aurait été déformé et transformé en Ally Roger, Olly Roger, Old Roger (le Diable) et Jolly Roger ;
  • en anglais, le terme « roger » qui signifie « vagabond » est proche de celui de « rogue » qui signifie « gredin ».
  • une autre hypothèse fait référence à Roger II de Sicile (1095 - 1154), lui-même surnommé "Jolly Roger", qui aurait hissé ce pavillon lors du schisme Anaclet II (anti-pape) / Innocent II, et de son combat contre les forces papales. Il aurait ensuite été désigné patron de la flotte de l'ordre du Temple par les capitaines de navires templiers qui seraient parvenus à échapper à la dissolution de l'Ordre, en signe de révolte contre Rome. Ne pouvant plus porter le pavillon templier, ceux-ci auraient hissé le Jolly Roger lorsqu'ils croisaient les navires français, anglais ou de la papauté[4].

La première utilisation documentée du Jolly Roger ne remonte cependant qu'à 1700, lorsque le français Emmanuel Wynne le hisse durant un engagement contre le HMS Poole au large de Santiago de Cuba. Le commandant du HMS Poole le décrit alors comme « une enseigne de sable avec des os croisés, une tête de mort et un sablier »[5].

Signification, symbolique et utilisation des pavillons[modifier | modifier le code]

Les boucaniers et les pirates sous le Jolly Roger[modifier | modifier le code]

Gravure représentant Stede Bonnet[6].

Les boucaniers battaient le pavillon de leur nation et le pavillon rouge « sans quartier », le fameux « joli rouge ».

Les pirates hissaient dans un premier temps leur pavillon noir pour inviter leur cible à se mettre en panne et à rendre sans combattre ; le noir étant en Occident la couleur du deuil et des enfers, il possédait un certain impact psychologique[7]. En cas de refus, les pirates hissaient le pavillon rouge, qui indiquait qu'ils attaquaient et que le combat serait sans quartier[8].

Toutefois, les usages varient d'un équipage à l'autre. En 1695, lorsque Henry Every engageait le combat, il le faisait sous la croix de Saint-George. S'il hissait ses propres couleurs (quatre chevrons d'argent sur un champ de gueules) en tête du grand-mât, il signifiait qu'il faisait quartier. S'il hissait plutôt un pavillon rouge plein, il signifiait qu'il ne faisait pas de quartier.

Il est à noter donc que les pavillons unis, qu'ils soient noirs ou rouges, étaient les plus courants (et aussi les plus simples à réaliser). Toutefois, certains préféraient le Jolly Roger, plus facilement identifiable. Leurs symboles (le plus souvent en blanc) sur fond noir évoquent à la fois la mort et l’absence de quartier[9] :

  • le crâne et les tibias sont des symboles macabres anciens et connus, déjà propres aux ossuaires ou à certaines armées européennes depuis le XVe siècle ;
  • le sablier renvoie à la notion du temps qui s'écoule, qui rapproche de la mort ou s'achève par elle (Emanuel Wynne) ;
  • la symbolique guerrière menaçante des sabres et des armes (Thomas Tew) ;
  • parfois, des cœurs ou des gouttes de sang (Edward Teach) ;
  • plus rarement des lettres ou des inscriptions (Bartholomew Roberts[10]).

Certains pavillons de pirates se présentaient au contraire comme un champ blanc avec un squelette noir, ou avec des couleurs vives supportant une imagerie explicite (Christopher Moody).

Les corsaires européens ou américains sous les couleurs nationales[modifier | modifier le code]

Bien qu'étant des unités de commerce par définition, la spécificité des corsaires en faisait des auxiliaires des flottes de guerre des diverses nations. De fait, plutôt que d'utiliser le pavillon marchand de leur état ou de leur ville, ils arboraient volontiers celui de leur marine de guerre pour impressionner. Ainsi, en Angleterre au XVIIIe siècle, les corsaires arboraient les couleurs de la prestigieuse Royal Navy: Red Ensign à la poupe, la flamme de guerre au grand mât et l'Union Jack au beaupré, et ce malgré une ordonnance de 1634 qui l'interdisait.

Plus rarement, certaines nations dotaient leurs corsaires de pavillons propres, à la fois pour les différencier de leur Marine d'État et pour leur donner des couleurs plus prestigieuses que celles des marchands. C'est le cas du Budgee Flag[11] en Angleterre. L'Espagne confirme par une ordonnance de 1781 un pavillon utilisé depuis au moins 1748 par ses corsaires[12] Plus tard, elle suivra le modèle du pavillon marchand adopté par Charles III d'Espagne. Le gouvernement mexicain de Morelos adopte le 14 juillet 1815 un pavillon aux armoiries de l'État au milieu des couleurs de la Révolution française.

La planche 89 de La connoissance des pavillons ou bannières que la plupart des nations arborent en mer de Nicolas Aubin[13] : « Il est rouge, chargé au milieu d'un bras aïant au poing un Sabre d'azur, à la garde d'or, & au-dessus du coude une bande d'or bordée d'azur ; du côté du bâton, d'un sable monté dans une boîte à jour qui est de bois doré, & aîlée d'azur ; & de l'autre côté vers le bout, ou la pointe du Pavillon, d'une tête & de deux os du devant des jambes d'un mort ; le tout d'or, couvert, ou couronné de Laurier ».

Les corsaires et pirates non européens[modifier | modifier le code]

Des corsaires comme des pirates non européens suivent les traditions vexillologiques différentes.

Les barbaresques suivaient les règles des pavillons en vigueur dans les pays musulmans : dominantes de vert et de rouge avec des croissants évoquant les enseignes de la Sublime Porte. Le vert, visible de loin, poussait souvent l'équipage à abandonner le navire, de peur d'être réduits en esclavage.

En Asie et plus particulièrement en Chine, le propriétaire des jonques (pirates comme marchandes) dessinaient les idéogrammes qui orneraient les bannières flammées. Cette pratique perdurera jusqu'à la modernisation de la Chine.

Galerie d'exemples[modifier | modifier le code]

La plupart des pavillons attribués aux personnages célèbres sont des inventions récentes ou des interprétations modernes réalisées à partir de descriptions anciennes et parfois incomplètes.

De nos jours[modifier | modifier le code]

L'équipage du HMS Utmost brandit son Jolly Roger avec son tableau de chasse.
Le Nieuport 17 de Nungesser
Un Grumman F-14 Tomcat de l'escadron VF-84.

Charles Nungesser, célèbre as de l'aviation française de la Première Guerre mondiale, fit peindre sur son appareil Nieuport 17 son insigne personnel: une tête de mort aux tibias entrecroisés, surmontée par un cercueil entouré de deux chandeliers, le tout dessiné dans un cœur noir. Il fit ensuite mettre ce même insigne sur l'Oiseau blanc, appareil avec lequel il tenta en vain en 1927 avec François Coli, de faire le premier vol Paris New-York sans escale.

Depuis la Première Guerre mondiale, des sous-marins s'ornent d'un pavillon noir inspiré de celui des pirates pour signifier que la mission était exécutée et exhiber leurs tableaux de chasse en rentrant à leur base[14].

Une unité de l'US Navy est appelée Jolly Roger. La VF-17 (en) utilisa ce surnom à dater du 1er janvier 1943. Après sa dissolution en 1944, certains de ses vétérans rejoignirent la VF-84 (en) et ils la renommèrent comme la précédente le 1er mai 1944 jusqu'en 1995, année de la dissolution de l'unité. La VFA-103 (en) reprit le surnom de Jolly Roger. Les avions étaient facilement reconnaissables par leurs dérives peintes entièrement en noir avec un crâne et des tibias qui s'entrecroisent en blanc[15].

Intrinsèquement lié à l'image du pirate, le Jolly Roger est intensivement utilisé au cinéma, dans la littérature, la bande dessinée et la musique.

Avant de se styliser en « P », le Jolly Roger était le symbole du Parti pirate. Il reste, toujours dans une version dérivée, le symbole de Piratbyrån et de The Pirate Bay[16].

En sport, les Buccaneers de Tampa Bay ont adapté le pavillon de Calico Jack en y rajoutant un ballon de football. Les Raiders d'Oakland utilisent encore une autre variation, plus proche du pavillon de Richard Worley. Même chose avec les Pirates de Pittsburgh où une tête de pirate domine deux battes de baseball croisées. À Hambourg, les supporteurs du Fußball-Club Sankt Pauli ont adopté avec enthousiasme l'un des logos du club appuyée lui aussi sur une variante du pavillon de Richard Worley. Le Jolly Roger est également le nom d'un pub dirigé par les supporteurs du FC St Pauli. Les exemples sont encore nombreux : les Pirates de Paisley et les Buccaneers de Paisley (hockey), les East Kilbride Pirates (football américain), les Buccaneers d'Edinburgh (basketball), les Orlando Pirates de Johannesburg (football).

Dans le domaine vidéo-ludique, le jeu vidéo Banjo-Tooie contient un personnage nommé Jolly Roger (traduit en français par «Joyeux Roger»), barman et maire du lagon qui porte son nom, et qui ironiquement n'a rien de joyeux puisque sa partenaire s'est faite manger par un poisson géant. Son côté excentrique et enjoué réapparaît lorsque le joueur sauve son amie.

Le pavillon de l'ONG Sea Shepherd Conservation Society ressemble au drapeau pirate. Créé par Geert-Jan Vons en collaboration avec Paul Watson, il est composé d'une crosse de berger (shepherd signifiant berger), du trident de Neptune (faisant écho aux actions interventionnistes de l'organisation), le crâne symbolisant la mort infligée par les humains aux animaux, et sur le front du crâne, le dauphin et la baleine épousant la forme du yin-yang pour signifier l'équilibre naturel des océans.

De nos jours, des bateaux de plaisance arborent parfois de manière humoristique le pavillon pirate. Aucun texte réglementaire n'en interdit l'usage[17].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gilbert Buti et Philippe Hrodej, Dictionnaire des corsaires et des pirates, CNRS Éditions, 2013 (ISBN 978-2-271-06808-8), page 616
  2. Privateers en anglais
  3. Gilbert Buti et Philippe Hrodej, Dictionnaire des corsaires et des pirates, CNRS Éditions, 2013 (ISBN 978-2-271-06808-8), page 616, article d'Olivier Corre
  4. Hatcher Childress 2003, p. 58-61
  5. Olivier Corre (dans le Dictionnaire des corsaires et des pirates de Gilbert Buti et Philippe Hrodej, CNRS Éditions, 2013 (ISBN 978-2-271-06808-8), page 618
  6. Dans l'Histoire générale des plus fameux pyrates de Charles Johnson (probablement Daniel Defoe)
  7. Le Capitaine Snelgrave rapporte qu'en 1718, en Gambie, « le capitaine Howell Davis vint dans le fleuve avec un pavillon noir hissé, lequel était destiné à effrayer d'honnêtes marchands afin qu'ils se rendent sous peine de mort » (dans le Dictionnaire des corsaires et des pirates de Gilbert Buti et Philippe Hrodej, CNRS Éditions, 2013 (ISBN 978-2-271-06808-8), page 616).
  8. Olivier Corre (dans le Dictionnaire des corsaires et des pirates de Gilbert Buti et Philippe Hrodej, CNRS Éditions, 2013 (ISBN 978-2-271-06808-8), page 616) cite l'exemple du capitaine Richard Hawkins capturé par des pirates dans les Antilles en 1724. Hawkins rapporte que « quand ils combattent sous le Jolly Roger ils faisaient quartier, ce qu'ils ne faisaient pas lorsqu'ils combattaient sous le pavillon rouge ».
  9. Charles Johnson (probablement Daniel Defoe), Title: A General History of the Pyrates: From Their First Rise and Settlement in the Island of Providence, to the Present Time. With the Remarkable Actions and Adventures of the Two Female Pyrates Mary Read and Anne Bonny to Which Is Added. a Short Abstract of the Statute and Civil Law, in Relation to Pyracy, General Books LLC, 2010 (ISBN 9781152925083)
  10. Sur le second pavillon de Bartholomew Roberts se trouvent des initiales : « ABH » pour « « A Barbadian Head » » qui se traduit en français par « Une tête barbadiennee » et « AMH » pour « « A Martinican Head » » qui se traduit par « Une tête martiniquaise ». Bartholomew Roberts aurait noté ces initiales en référence au serment qu'il fit de se venger des deux seules îles des Caraïbes qui s'opposèrent à lui : la Barbade et la Martinique.
  11. Nommé d'après le port de Bougie en Méditerranée.
  12. L'enseigne blanche des Bourbons à la croix de Bourgogne écotée est surchargée par les grandes armes du royaume, en principe réservées à l'Armada.
  13. Nicolas Aubin, La connoissance des pavillons ou bannières que la plûpart des nations arborent en mer, publié chez Jaques Van den Kieboom, 1737. Référence relevée par Olivier Corre dans le Dictionnaire des corsaires et des pirates de Gilbert Buti et Philippe Hrodej, CNRS Éditions, 2013 (ISBN 978-2-271-06808-8)
  14. Ce fut le cas du HMS Upholder, sous-marin à diesel durant la seconde Guerre mondiale.
  15. Afin de se mettre aux normes de camouflage de l'US Navy, le noir fut retiré pour ne laisser que les dérives grises avec l'insigne en blanc.
  16. Confère l'article Home Taping Is Killing Music.
  17. Réglementation maritime pour prévenir les abordages en mer

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Didier Pouillaude, Le Grand livre des aventuriers des mers, éditions Orphie,‎ 2005.
  • Richard Platt, Corsaires et pirates, Gallimard.
  • Alain Decayeux, « Le pavillon noir et le Jolly Roger », sur Pirates et Corsaires, Écumeurs des Sept Mers,‎ 1999 (consulté le 25 mars 2010).
  • Gilbert Buti et Philippe Hrodej, Dictionnaire des corsaires et des pirates, CNRS Éditions, 2013 (ISBN 978-2-271-06808-8).
  • Charles Johnson (probablement Daniel Defoe), Title: A General History of the Pyrates: From Their First Rise and Settlement in the Island of Providence, to the Present Time. With the Remarkable Actions and Adventures of the Two Female Pyrates Mary Read and Anne Bonny to Which Is Added. a Short Abstract of the Statute and Civil Law, in Relation to Pyracy, General Books LLC, 2010 (ISBN 9781152925083).
  • Nicolas Aubin, La connoissance des pavillons ou bannières que la plûpart des nations arborent en mer, publié chez Jaques Van den Kieboom, 1737 (consulter en ligne).
  • (en) David Hatcher Childress, Pirates and the Lost Templar Fleet : The Secret Naval War Between the Knights Templar and the Vatican, Adventures Unlimited Press,‎ 2003, 288 p. (lire en ligne)