Pavel Nicolaïevitch Ignatiev

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Ignatiev.
Pavel Nikolaïevitch Ignatiev
Павел Николаевич Игнатьев
Le comte Pavel Nikolaïevitch Ignatiev en 1917, Ministre de l'Instruction publique de Russie
Le comte Pavel Nikolaïevitch Ignatiev en 1917, Ministre de l'Instruction publique de Russie
Fonctions
Ministre de l'Instruction publique de Russie
22 janvier 19159 janvier 1917
Prédécesseur Lev Aristidovitch Kasso
Successeur Nikolaï Konstantinovitch Koultchitski
Biographie
Nom de naissance Pavel Nikolaïevitch Ignatiev
Date de naissance 12 juillet 1870
Lieu de naissance Constantinople
Date de décès 12 août 1945 (à 75 ans)
Lieu de décès Upper Melbourne, Québec, Canada
Nationalité Russe
Conjoint Natalia Nikolaïevna Mechtcherskaïa
Enfant(s) Nikolaï Pavlovitch
Diplômé de Sorbonne, Université de Kiev
Profession Homme d'État russe

Pavel Nicolaïevitch Ignatiev

Pavel Nikolaïevitch Ignatiev (en russe : Павел Николаевич Игнатьев), né le 30 juin/12 juillet 1870 à Constantinople, Empire ottoman et mort le 12 août 1945 à Upper Melbourne, Québec, Canada, comte et homme d'État russe. Selon l'usage de l'époque en France, son nom de famille était orthographié en français Ignatieff. Pavel Nikolaïevitch Ignatiev fut ministre de l'instruction publique du 9 janvier 1915 au 27 décembre 1916. Avant d'occuper ce poste, le comte Ignatiev fut maréchal de la noblesse dans le comté de Lipovestki (province de Kiev). En 1904, il présida le conseil rural de Kiev. Nommé gouverneur de Kiev, il occupera ces fonctions de 1907 à 1908[1].

Famille[modifier | modifier le code]

Fils de Nikolaï Pavlovitch Ignatiev, ministre de l'intérieur sous Alexandre III de Russie et de Iekaterina Leonidovna Golitsyna (1842-1917). Fille du Prince Leonid Mikhaïlovitch Golitsyne (1806-1860) et de Anna Matveevna Tolstaïa (1809-1897).

Mariage[modifier | modifier le code]

Il épousa la princesse Natalia Nikolaïevna Mechtcherskaïa (1877-1944) / (fille du prince Nikolaï Petrovitch Mechtcherski (1829-1901) et de Maria Alexandrovna Panina (décédée en 1903)[2] à l'église russe de Nice, le 16 avril 1903[3].

cinq fils naquirent de cette union :

L'un de ses petits-fils est Michael Ignatieff, ancien chef du Parti libéral du Canada.

Biographie[modifier | modifier le code]

Iouri Stepanovitch Netchaïev-Maltsov (1834-1913).

Né à Constantinople, le comte Pavel Nikolaïevitch était issu d'une famille de la noblesse russe, il eut pour ascendant Fiodor Akinfovitch Biakont[5]

En 1913, il fut avec le prince Elim Pavlovitch Demidov (1868-1943), l'héritier de Iouri Stepanovitch Netchaïev-Maltsov (1834-1913) décédé sans enfants. Cet industriel russe lui légua les usines Gousevskoï Khroustalny Zabod, une cristallerie implantée à Gous-Khroustalny (oblast de Vladimir), les verreries de Novoselski (oblast de Tver) et de Tigodski implantée près de Liouban (oblast de Léningrad)[6].

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Le comte étudia à la Sorbonne puis à l'Université de Kiev dont il sortit diplômé en 1892. La même année, il obtint un poste au Ministère de l'Intérieur. Il effectua son service militaire dans un bataillon du Régiment de la Garde dont le commandant fut le tsarevitch Nikolaï Alexandrovitch futur Nicolas II de Russie.

Administrateur[modifier | modifier le code]

Alexandre Vasilievitch Krivocheïne, Directeur général de l'agriculture et de l'aménagement du territoire en 1915.

En 1895, le comte Ignatiev fut élu maréchal de la noblesse du district de Lipovestki (province de Kiev). En 1904, il présida le zemstvo de la province de Kiev. Le 17 février 1907, il fut nommé au poste de gouverneur de Kiev. En 1908, Pavel Nikolaïevitch entra au Conseil d'État. Le 13 avril 1909, il entra au Ministère de l'Agriculture où il occupa les fonctions de Directeur du Département de l'Agriculture. En janvier 1912, il fut nommé adjoint du Directeur général de l'agriculture et de l'aménagement du territoire, Alexandre Vasilievitch Krivocheïne (1857-1921)[7].

Ministre de l'Instruction publique[modifier | modifier le code]

Le comte Ignatiev fut l'adjoint du baron Mikhaïl Alexandrovitch von Taube alors ministre de l'Instruction publique par interim, après le décès de Lev Aristidovitch Kasso survenu le 9 décembre 1914. Le 9 janvier 1915, sur la recommandation de Alexandre Vasilievitch Krivocheïne, Nicolas II de Russie lui confia le portefeuille de Ministre de l'Instruction publique. D'un esprit libéral, le comte fut très populaire au sein des milieux intellectuels et auprès du public. Pavel Nikolaïevitch Ignatiev fut surnommé : « Ministre de la Confiance du public »[1] Afin de réaliser les réformes nécessaires dans le milieu scolaire, il sut créer des liens entre son ministère, la Douma d'État, le Conseil d'État, les collectivités territoriales et l'élite intellectuelle de l'Empire russe.

Dés le début de son mandat de ministre de l'Instruction publique, le comte se heurta aux membres des forces conservatrices, ces derniers refusant toutes réformes dans l'éducation. Toutefois, il bénéficia de l'appui des progressistes, ces derniers aspiraient à des réformes drastiques dans le milieu éducatif.

En avril 1915, le comte convoqua une réunion des fiduciaires des districts scolaires de l'Empire russe (unités administratives territoriales de l'Empire russe, qui furent créées dans le cadre de la gestion des établissements d'enseignement du ministère de l'éducation publique entre 1803 et 1917. Dirigées par des syndics scolaires)[8]. Au cours de cette réunion, il décrivit la direction de la nouvelle politique scolaire qu'il avait l'intention d'appliquer. Au cours de cette réunion, les travaux de la réforme de l'enseignement secondaire furent instaurés (programme et notes explicatives) furent publiés la même année[9]. Ces documents, ainsi que d'autres programmes modèles développés par diverses commissions et les notes explicatives, après la Révolution d'Octobre, les Bolcheviks utiliseront certaines de ces parties dans la préparation des documents du programme[10].

Les réformistes du système éducatif instaurèrent une seule école (l'école secondaire), avec une scolarité d'une durée de sept ans partagée en deux étapes : Première étape : 3 ans, seconde étape : 4 ans. Dans cette dernière, l'élève étudie la langue russe, la littérature, les langues étrangères, l'histoire, les sciences humaines et classiques, la priorité est donnée à la langue et la littérature russe, à l'étude approfondie du grec et du latin, les mathématiques et les sciences naturelles seront également enseignées aux élèves. Une attention toute particulière a été accordée a la nécessité de respecter les besoins de l'enseignement secondaire, de la société et les intérêts de l'économie. Il fut reconnu comme nécessaire d'assurer la continuité du programme d'études secondaires et les phases suivantes de formation. Une composante très importante du projet de réforme du système éducatif fut la démocratisation de l'éducation nationale en Russie. Il fut également proposé la création d'un comité de l'école secondaire composé de membres de la société. Les conseils pédagogiques des écoles obtinrent le droit de développer indépendamment des cursus et des programmes pour résoudre les problèmes économiques.

Au cours de son mandat de ministre de l'Instruction publique, le comte Ignatiev organisa deux réunions avec les fiduciaires des districts scolaires (en février 1915 et mars 1916), en outre, il organisa un certain nombre de congrès pédagogiques où furent débattues les questions sur les réformes à venir. Au cours de l'une de ces réunions, Nikolaï Pavlovitch Ignatiev dit ses mots : « Nous devons promouvoir le développement des forces productives du pays: l'école devrait servir la vie et les besoins de la population »[11] Malgré l'augmentation des contraintes budgétaires du ministère au cours de la Première Guerre mondiale, le nombre d'établissements de l'enseignement secondaire et supérieur augmenta, en outre, le ministère réussit à obtenir des fonds pour soutenir un certain nombre d'écoles pour femmes et des universités privées.

En 1916, le comte Ignatiev tenta d'instaurer en Russie l'école primaire universelle et l'enseignement technique et agricole, les forces conservatrices s'opposèrent violemment à cette réforme, celles-ci furent également rejetées par le gouvernement. En conséquence, le 1er janvier 1917, le comte Ignatiev reçut le titre honorifique de maître de cavalerie de la cour. Le 9 janvier 1917, Nicolas II de Russie le démit de ses fonctions. Nikolaï Konstantinovitch Koultchitski lui succéda à ce poste.

Révolution de Février[modifier | modifier le code]

Après les événements de février 1917, la Commission d'enquête du gouvernement provisoire soumit le comte Ignatiev à un interrogatoire. elle enquêta sur de possibles activités illégales de l'ex-ministre de Nicolas II[12]. À l'automne 1917, il fut élu membre honoraire de l'Académie russe des Sciences (ce titre lui fut ôté par contumace en 1928 et à titre posthume restitué en 1990). En 1917, il fut également membre honoraire de l'Université de Petrograd.

En juillet 1917, le comte Ignatiev et sa famille s'installèrent à Kislovodsk. Au cours de son séjour dans cette ville du Caucase, il commença à écrire ses Mémoires[13]. En octobre 1918, il fut arrêté comme otage par la Tcheka et envoyé à Piatigorsk, mais grâce à son excellent travail au Ministère de l'Instruction publique, le conseil de Kislovodsk demanda sa libération[14].

L'Exil[modifier | modifier le code]

Peu de temps après l'occupation du Caucase par les troupes de l'Armée blanche, le comte Ignatiev accompagné de son épouse et de ses enfants quittèrent Kislovodsk. En janvier 1919, la famille s'installa à Novorossiisk, puis en mars 1919, elle quitta la Russie pour la Bulgarie. Le comte Ignatiev séjourna quelque temps en France puis s'installa en Grande-Bretagne (juillet 1920). Il présida l'organisation à l'étranger de la Croix-Rouge russe[15].

Émigration au Canada[modifier | modifier le code]

En 1925, la famille Ignatiev quitte la Grande-Bretagne pour le Canada. En 1928, elle s'installa définitivement à Melbourne au Québec.

Décès et inhumation[modifier | modifier le code]

Le comte Pavel Nikolaïevitch Ignatiev décéda le 12 août 1945 à Melbourne (Québec). Il fut inhumé au cimetière Saint-Andrew à Melbourne (Québec)[16]. Son épouse, ses fils, ses brus furent également inhumés dans ce cimetière.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b www.admin.tomsk.ru
  2. ru.rodovid.org
  3. ru.rodovid.org
  4. r-g-d.org
  5. www.russianfamily.ru
  6. gus-info.ru
  7. www.hrono.ru
  8. slovari.yandex.ru
  9. book-download-lib.ru
  10. Очерки по истории советской школы и педагогики: 1917-1920 Fiodor Filippovitch Korolev. 1958. page 51
  11. L'école dans la société russe 1917-1927. Ievgueni Mikhaïlovitch Balachev. Académie russe des Sciences. 2003. page 15
  12. La Chute du régime tsariste. Procès-verbaux des interrogatoires et témoignages donnés en 1917 par la Commission d'enquête extraordinaire du gouvernement provisoire. Pavel Chegolev. Éditeur Leningrad d'État Publishing House. 1926. Tome 6. page 26
  13. traslate.google.fr
  14. www.cic.gc.ca
  15. translate.google.fr
  16. www.interment.net

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Bauchpas. L'émigration blanche. Paris, 1968
  • (en) Michael Ignatieff, The Russian Album, New York, Viking, 1987
  • book.google.fr
  • book.google.fr
  • books.kb200.com La Chute du régime tsariste. Procès-verbaux des interrogatoires et témoignages donnés en 1917 par la Commission d'enquête extraordinaire du gouvernement provisoire. Pavel Chegolev