Pavane pour une infante défunte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec La Havane pour un Infante défunt.

La Pavane pour une infante défunte est une pièce pour piano de Maurice Ravel, qui a été composée en 1899 et orchestrée en 1910. Elle fut dédiée à la princesse de Polignac. La création de la version pianistique eut lieu le 5 avril 1902. Son exécution dure environ six minutes.

Analyse[modifier | modifier le code]

Écrite alors que Ravel étudiait la composition avec Gabriel Fauré au Conservatoire de Paris, la Pavane évoque la danse d'une jeune princesse (infante) à la cour d'Espagne. Son titre fit l'objet de nombreux commentaires et Ravel le justifia par une allitération poétique et non par une référence à un quelconque événement historique. La pavane est traditionnellement un mouvement de danse lent, précédant habituellement une gaillarde. Ravel réutilisa plus tard cette danse dans sa suite Ma Mère l'Oye pour évoquer la Belle au Bois dormant.

Cette œuvre douce et mélancolique, qui fut toujours bien accueillie par le public, fait partie des compositions emblématiques de Ravel. Pourtant son auteur la jugeait avec sévérité : « J’en perçois fort bien les défauts : l’influence de Chabrier[1], trop flagrante, et la forme assez pauvre. L’interprétation remarquable de cette œuvre incomplète et sans audace a contribué beaucoup, je pense, à son succès[2] ».

Il existe un enregistrement de cette œuvre jouée par le musicien lui-même (sur rouleaux), disponible en CD depuis avril 2004.

La Pavane pour une infante défunte fut créée originellement pour le piano mais il existe de nombreuses versions orchestrales. Le dernier enregistrement notable dans cette configuration est celui de Pierre Boulez dirigeant l'Orchestre philharmonique de New York (1993).

Utilisation dans l'art[modifier | modifier le code]

En littérature[modifier | modifier le code]

Cette pavane a inspiré une nouvelle de Jean de La Varende, parue le 15 mai 1946 dans un recueil intitulé Dans le goût espagnol (Monaco, Éditions du Rocher, p. 223-244).

Guillermo Cabrera Infante en parodiera le titre pour son ouvrage autobiographique La Havane pour un Infante défunt.

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Une partie de l’œuvre peut être entendue au cours d'une scène du film The Dark Knight Rises (2012) de Christopher Nolan, dans laquelle Bruce Wayne danse avec Selina Kyle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. voir España
  2. Revue musicale de la S.I.M., fév. 1912, in : Orenstein A, Lettres, écrits et entretiens, Flammarion, 1989, p. 295.