Pauvres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pauvres
Église Saint Timothée
Église Saint Timothée
Blason de Pauvres
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Ardennes
Arrondissement Vouziers
Canton Machault
Intercommunalité Communauté de communes de l'Argonne Ardennaise
Maire
Mandat
André Malvaux
2014-2020
Code postal 08310
Code commune 08338
Démographie
Population
municipale
185 hab. (2011)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 24′ 42″ N 4° 29′ 34″ E / 49.4117, 4.4928 ()49° 24′ 42″ Nord 4° 29′ 34″ Est / 49.4117, 4.4928 ()  
Altitude Min. 99 m – Max. 163 m
Superficie 12,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pauvres

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pauvres

Pauvres est une commune française, située dans le département des Ardennes en région Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Dans le sud-ouest du département des Ardennes, à l'est de Rethel.

Histoire[1][modifier | modifier le code]

Pauvres, comme toutes les communes du pays d'Ardenne, appartenait, jusqu'au Ve siècle à la Gaule romaine. Jules César est le premier à faire mention de l'Ardenne dans les Commentaires sur la Guerre des Gaules. Tacite parle de la région d'« Arduennasis ». Les Celtes appelaient « Arduem » l'immense forêt couvrant le Nord de la Gaule. Pauvres aurait appartenu au « Pagus Rémensis », ou pays rémois qui s'étendait jusqu'à la rivière Aisne. La voie romaine de Reims à Aix-La-Chapelle passant au nord de son territoire porte la trace d'une villa gallo-romaine.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les avis sont partagés sur l'origine de ce nom de « Pauvres ». Pauvres est à la limite de la Champagne, dans la Champagne dite pouilleuse. Ce dernier mot étant défini dans le sens de pauvre, misérable. C'était le cas jusqu'au XVIIe siècle. Pauvres, que l'on a vu souvent écrire « Pauvre », tient certainement son nom de pouilles ou paure, synonymes de misérable. On trouve trace de « Paure en Champagne » au XIVe siècle. Une dernière hypothèse aussi plausible viendrait du mot latin porcea, donc de l'élevage ancien de pourceaux dans cet environnement de taillis et de chênaies qui devait exister à l'époque romaine. En revanche, on rejette aujourd'hui la légende selon laquelle le village devrait son nom à Napoléon Ier, qui passant par là lors de la Campagne de France en janvier-février 1814, se serait écrié : « Ah les pauvres gens ».

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours André Malvaux[2]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 185 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
253 245 304 315 509 557 613 575 587
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
596 408 425 363 343 334 308 300 335
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
313 229 276 249 241 267 273 235 212
1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2011 -
208 201 196 187 178 170 188 185 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Pauvres

Les armes de Pauvres se blasonnent ainsi :

de gueules à la croix d’argent chargée, en cœur, d’une tiercefeuille de sinople, cantonnée, en chef à dextre d’un râteau démanché de six dents, en chef à senestre, d’une clé à l’anneau en losange, en pointe à dextre d’une fleur de lys et en pointe à senestre de trois épis de blé liés, le tout d’or[5].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Timothée

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sources : Si Pauvres m'était conté paru en 2000 - Guy Lénel (et les habitants)
  2. Conseil général des Ardennes consulté le 23 juin (fichier au format PDF)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  5. Banque du Blason

Liens externes[modifier | modifier le code]