Pauline de Broglie, comtesse de Pange

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Maison de Broglie.

Laure Marie Pauline de Broglie, comtesse de Pange (5 février 1888 - 29 février 1972) est une femme de lettres française.

Famille[modifier | modifier le code]

Pauline de Broglie est la seconde fille et quatrième enfant de Louis Alphonse Victor (1846-1906), 5e duc de Broglie, et de Pauline de La Forest d'Armaillé (1851-1928).

Elle est la sœur de Maurice et de Louis de Broglie, éminents savants membres de l'Académie française et Prix Nobel de physique en 1929, et la nièce de Marie de Broglie.

Sa sœur Albertine, née en 1872, épousa en 1891 le marquis de Luppé, et échappa à l'incendie du Bazar de la Charité de 1897 par un hasard heureux : enrhumée, elle avait préféré rester à la campagne, craignant d'y « avoir trop chaud ».

Son frère Philippe (1884-1890) mourut d'une crise d'appendicite foudroyante.

Elle épouse en 1910 le comte Jean de Pange, fils cadet d'une famille noble Lorraine.

Le comte de Pange est un petit-neveu de François de Pange, qui fut aimé de Madame de Staël, trisaïeule de Pauline de Broglie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avec son mari, Pauline de Broglie a consacré sa vie à la littérature et à l'histoire. Ainsi, elle créa et anima un cercle d'études sur son ancêtre, Madame de Staël.

Le comte et la comtesse de Pange, dans leur engagement européen, eurent, entre autres, comme compagnons de route Robert Schuman, Konrad Adenauer, l'Archiduc Otto de Habsbourg-Lorraine avec lesquels ils étaient liés d'amitié.

Ils eurent également des relations personnelles avec le Général et Madame de Gaulle.

Comme la plupart des membres de la Maison de Broglie, la comtesse Jean de Pange manifesta des opinions libérales tant sur le plan politique que religieux.

Son livre Comment j'ai vu 1900 est une source de renseignements sur la société aristocratique de la Belle Époque, monde auquel elle appartenait et qu'elle sut décrire avec beaucoup d'humour, « brossant » de bons portraits, entre autres celui de son grand-père maternel, le comte angevin Louis d'Armaillé (vers 1822-1882), grand collectionneur de meubles et objets d'art anciens et habile « truqueur », ami de Richard Wallace et du conservateur du Musée du Louvre, Both de Tauzia, qui le fit nommer membre du Conseil supérieur des Beaux-Arts. Une partie de sa collection fut vendue par ses héritiers lorsqu'ils quittèrent Paris pour s'installer au château familial de Broglie (Eure) :

« […] Ma mère était restée à Paris afin, je crois, de procéder à la vente sur catalogue d'un lot de meubles de la collection d'Armaillé […]. Le vocable avait fait monter les enchères des meubles et des boiseries du rez-de-chaussée (de l'hôtel familial du 40, rue de La Boétie) dont il avait fallu aussi se séparer. »

— p. 243

Elle décrit aussi le magnifique parc de Bagatelle après la mort de Wallace (1890), où elle vint jouer enfant.

Elle fut membre du jury du Prix Femina, et reçut en 1970 la cravate de commandeur de la Légion d'honneur.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Pauline de Broglie a publié plusieurs ouvrages sous le nom de comtesse Jean de Pange :

  • Madame de Staël et François de Pange, lettres et documents inédits, Paris, Plon, 1925.
  • Mme de Staël et la découverte de l'Allemagne, Paris, Malfère, 1929.
  • Monsieur de Staël, Paris, Portiques, 1931.
  • Le dernier amour de Madame de Staël, d'après des documents inédits, Genève, La Palatine, 1944.
  • Lettres de femmes du XIXe siècle choisies et présentées par la comtesse Jean de Pange, Monaco, Le Rocher, 1947.
  • Comment j'ai vu 1900, Paris, Grasset, 1962, 1965, 1968, (trois tomes); rééd. 2013-2014.
  • L'Abri du souvenir, 1967.
  • Journal 1927-1930, tome 1, 1967.
  • Journal 1931-1933, tome 2,
  • Journal 1934-1936, tome 3, 1970.