Pauline Félicité de Mailly-Nesle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mailly (homonymie) et Nesle (homonymie).
Pauline Félicité de Mailly-Nesle, par Jean-Marc Nattier

Pauline Félicité de Mailly-Nesle, née à Paris en 1712 et morte le 9 septembre 1741, par son mariage comtesse de Vintimille (1739), est une favorite de Louis XV.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle était la fille de Louis III de Mailly-Nesle (1689-1767) et de son épouse Armande Félice de La Porte Mazarin (1691-1729), elle-même petite-fille d'Hortense Mancini et lointaine nièce du cardinal Jules Mazarin.Elle passa son enfance et reçut son éducation au couvent de port royal.

Comme ses trois de ses quatre sœurs, Louise Julie, comtesse de Mailly, Diane-Adélaïde, duchesse de Lauraguais, et Marie-Anne, marquise de la Tournelle puis duchesse de Châteauroux, elle fut la maîtresse de Louis XV.

Peu jolie, mais hardie et spirituelle, elle avait annoncé, dès le couvent que le roi l'aimerait et qu'elle gouvernerait la France et l'Europe. Sa sœur, la comtesse de Mailly, la présente à la cour en septembre 1738. La comtesse pensait innocemment faire entrer dans le cercle du roi une de ses proches qui lui permettrait de distraire le roi, jeune homme mélancolique, timide et blasé. Cette jeune femme célibataire n'eut aucun scrupule à supplanter sa sœur et même à la faire chasser de la cour.

Le roi la marie en 1739 à Jean-Baptiste Hubert Félix, comte de Vintimille (1720-1777), un neveu de l'archevêque de Paris. Ils n'eurent pas d'enfant légitime. En revanche, elle donna un fils à Louis XV, Charles de Vintimille (1741-1814), marquis du Luc, dit « Demi-Louis » car il ressemblait beaucoup à son père naturel.

Mais elle meurt à la suite de son accouchement. Louis XV fut très ému de sa disparition.Louis aurait fait après sa mort, un moulage de son visage. Il rappela la comtesse de Mailly qui, toujours aussi bonne, appela près d'elle une autre de ses sœurs, la marquise de La Tournelle qui, à son tour, la supplanta et la fit, à son tour, quitter la cour.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

http://favoritesroyales.canalblog.com/archives/2011/06/12/21376552.html