Paul von Rennenkampf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pavel Karlovitch Rennenkampf
Image illustrative de l'article Paul von Rennenkampf

Naissance 17 avril 1854
Gouvernement d'Estland
Décès 1er avril 1918 (à 64 ans)
Taganrog, Russie
Origine Russie
Arme Cavalerie
Grade IRA F8GenBranch 1917 h.png Général
Années de service 18731918
Conflits Révolte des Boxers
République de Chita
Guerre russo-japonaise
Grande Guerre
Distinctions Ordre de St-Georges IIIe classe Ordre de Saint-Georges

Ordre de Saint-Vladimir IIIe classe Ordre de Saint-Vladimir
Ordre de Sainte-Anne IIe classe Ordre de Sainte-Anne
Ordre de Saint-Stanislas Ie classe Ordre de Saint-Stanislas

Paul von Rennenkampf (en russe : Павел Карлович фон Ренненкампф, Pavel Karlovitch Rennenkampf), né le 17 avril 1854 au manoir de Konofer, dans le gouvernement d'Estland (actuelle Estonie) et mort le 1er avril 1918 à Taganrog, est un général russe ayant servi dans l'armée impériale pendant plus de quarante ans, notamment au cours de la Grande Guerre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu de la noblesse germano-balte du gouvernement d'Estland, il s'engage dans l'armée russe à 19 ans et de 1879 à 1882 étudie à l’Académie militaire d'état-major Nicolas à Saint-Pétersbourg. Dès sa sortie de l'académie, il est nommé à l’état-major et, montant rapidement en grade, il est promu major-général en 1900.

Commandant une unité de cavalerie au cours de la rébellion des Boxers en 1900-01, il est responsable de la prise de Qiqihar et de Jilin. Il participe également à la guerre russo-japonaise de 1904-1905. Lors ce conflit, il est critiqué pour sa non-assistance au général Alexandre Samsonov qui se trouvait en fâcheuse posture lors de la bataille de Moukden. Dès ce moment, un désaccord persiste entre les deux hommes et a des conséquences importantes sur le déroulement de la bataille de Tannenberg au cours de la Première Guerre mondiale.

Après la guerre russo-japonaise, Rennenkampf restaure une partie de sa réputation en écrasant des révolutionnaires de Sibérie. La suppression brutale de la république de Tchita lui ouvre les portes d'une promotion. Il est rapidement nommé chef d'état-major du district militaire de Vilnius.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Au début de la Grande Guerre, Rennenkampf est nommé commandant de la Première armée Russe pour l'invasion de la Prusse-Orientale, avançant par le Nord-Est. Son comportement lors de la bataille de Tannenberg, particulièrement son manque de soutien à Samsonov alors que la Seconde armée se faisait massacrer, lui vaut de nombreuses critiques de la part du commandant du secteur Nord du front, le général Jilinski, et de militaires du haut-commandement qui veulent que son commandement lui soit retiré.

Après un succès relatif à la bataille de Gumbinnen à la mi-août, un échec à la première bataille des lacs de Mazurie, le même mois, qui force le retrait des Russes de Prusse-Orientale et un autre échec en novembre 1914 à la bataille de Łódź, Rennenkampf est démis de ses fonctions sous le motif d'incompétence et de trahison (en raison de ses origines germaniques). Il donne sa démission de l'armée le 6 octobre 1915.

Révolution russe[modifier | modifier le code]

Au cours de la Révolution de février 1917, il est arrêté et emprisonné à la forteresse Pierre-et-Paul de Saint-Pétersbourg. Il est libéré peu de temps après la Révolution d'Octobre et part pour la ville de Taganrog sur la côte d'Azov où il vit illégalement sous le nom grec Mandousakis. Il est découvert par les bolchéviques le 6 mars 1918 qui lui offrent le commandement d'une unité de l'Armée rouge au cours de la guerre civile russe. Il décline l'offre et est rapidement arrêté et fusillé le 1er avril 1918. Il est inhumé au cimetière ancien de Taganrog.

Des objets personnels divers et des objets d'art de Rennenkampf collectionnés lors de ses campagnes en Chine sont présentés au Palais Alferaki à Taganrog.