Paul de Chomedey, sieur de Maisonneuve

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maisonneuve.
Paul de Chomedey,
sieur de Maisonneuve
Portrait de Paul Chomedey de Maisonneuve,huile, XXe siècle, par Ozias Leduc,Montréal, Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours.
Portrait de Paul Chomedey de Maisonneuve,
huile, XXe siècle, par Ozias Leduc,
Montréal, Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours.

Naissance
Neuville-sur-Vanne
Décès (à 64 ans)
Paris
Nationalité Drapeau du Royaume de France Royaume de France

Pays employeur(s) France
Hommage Boulevard de Maisonneuve

Paul de Chomedey, sieur de Maisonneuve ( - ) est un officier français. On lui doit, avec Jeanne Mance, la fondation de la ville de Montréal.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vitrail de Paul de Chomedey dans l'église de Brouage.

Paul de Chomedey, le fils aîné de Louis de Chomedey, seigneur de Chavannes et de Neuville, et de Marie de Thomelin, est baptisé en l'église Saint-Martin de Neuville-sur-Vanne le [1], à 25 km de Troyes. Son acte de baptême est rédigé ainsi : « Le 15 février 1612 a été baptisé Paul, fils de Louis de Chomedey, escuyer, sieur de Chavannes, Parrain pour le nom, Paul Janson, lieutenant au bailliage de Villemor et Gabriel de Campan, Marraine Jehanne Chabert[1]. »

Paul de Chomedey devient sieur de Maisonneuve quand son père le dote du domaine de Maisonneuve par acte du — mais, que l'on sache, il a toujours signé « Paul de Chomedey », sans jamais utiliser le titre « de Maisonneuve »[2].

Soldat, il combat dans des guerres européennes. Lecteur des Relations des jésuites, il souhaite participer à l'évangélisation de la colonie. Il rencontre Jérôme Le Royer, cofondateur de la Société Notre-Dame de Montréal, qui le recrute pour prendre possession de leur concession dans le Nouveau Monde (l'Amérique). Choisi pour fonder une colonie sur l'île de Montréal, il arrive en Nouvelle-France en 1641.

En 1642, il travaille à la construction de la fortification et de divers édifices de Ville-Marie fondée officiellement le 17 mai, sur l'actuelle Pointe-à-Callière. Il plante une croix au sommet du Mont Royal en 1643. Cette ville devient plus tard Montréal.

Au printemps de 1651, les attaques des Iroquois, pour stopper la colonisation, sont si fréquentes que les habitants de Ville-Marie croient leur fin arrivée. Maisonneuve fait se réfugier tous les habitants dans l'enceinte du fort. En 1652, la colonie de Montréal est si réduite, qu'à l'instigation de Jeanne Mance, il doit retourner en France pour recruter des volontaires. Il retourne à Montréal l'année suivante avec 116 personnes dont Marguerite Bourgeoys qui met en place l'enseignement dans la nouvelle ville. On appellera ce groupe La Grande Recrue qui va assurer la survie de Montréal. Si l'effort du sieur de Chomedey avait échoué, Montréal aurait été abandonnée et les survivants auraient été relocalisés à Québec. Lors de l'arrivée des nouveaux colons, la population de Montréal était à peine de 50 habitants, incluant Jacques Archambault, qui creusa le premier puits d'eau sur l'île en 1658, à la requête de Maisonneuve.

Avec le temps, la colonie se développe et devient assez populeuse pour résister à la menace iroquoise. Le contrôle de la colonie est pris par la société missionnaire et repris par la couronne en 1663. Maisonneuve n'a pas l'appui du nouveau gouverneur Augustin de Saffray de Mézy. En septembre 1665, Maisonneuve reçoit de l'intendant, Alexandre de Prouville de Tracy, l'ordre de retourner en France pour une période indéfinie. Après vingt-quatre ans à la tête de la colonie, il quitte Montréal pour de bon.

Il s'installe à Paris où il vécut dans l'ombre. En 1671, Marguerite Bourgeoys lui rend visite et fut chaudement reçue dans sa demeure[3]. Il meurt en 1676. À son chevet se tiennent son jeune ami Philippe de Turmenys et son dévoué serviteur, Louis Fin. Le 10 septembre, les funérailles ont lieu dans l'église des Pères de la Doctrine chrétienne, située non loin de l'abbaye de Saint-Étienne-du-Mont, là où il est enterré au cimetière de Ville-Marie, à côté de son père.

Commémoration[modifier | modifier le code]

Paul de Chomedey de Maisonneuve a été désigné personnage historique national le 1er juin 1985 par la commission des lieux et monuments historiques du Canada[4]. Il a été désigné personnage historique par le ministère de la Culture et des Communications, le 17 mai 2013[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Chomedey de Maisonneuve, Paul », au fichier Origine, avec copie numérisée de l'acte de baptême.
  2. Mariane Engrand, « 15 février 2012 : 400e anniversaire de naissance de Paul de Chomedey, sieur de Maisonneuve », site des Bibliothèques de Montréal, le 13 février 2012.
  3. Robert Derome, « Son logis chez les Pères de la Doctrine chrétienne [(1665-1676)] », sur le site La pratique du luth en Nouvelle-France par Paul Chomedey de Maisonneuve.
  4. « Personnage historique national de Paul de Chomedey de Maisonneuve », Annuaire des désignations patrimoniales fédérales, sur Parcs Canada (consulté le 18 mai 2013)
  5. « Chomedey de Maisonneuve, Paul de », sur Répertoire du patrimoine culturel du Québec (consulté le 18 mai 2013)

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles, dossiers
Ouvrages, chapitres
  • Rachel Lamarre, Chomedey de Maisonneuve, Montréal : Lidec, 1994, 57 p.
  • Lucien Campeau, « Ville-Marie sous Jérôme Le Royer, sieur de La Dauversière », in Jean-Rémi Brault (dir.), Les origines de Montréal. Actes du colloque organisé par la Société historique de Montréal, Montréal : Leméac, 1993, p. 63-82.
  • Marcel Trudel, « Paul Chomedey de Maisonneuve : pour un renouvellement de la question », in Jean-Rémi Brault (dir.), Les origines de Montréal. Actes du colloque organisé par la Société historique de Montréal, Montréal : Leméac, 1993, p. 105-112.
  • Léo-Paul Desrosiers, Paul de Chomedey, sieur de Maisonneuve, Montréal : Fides, 1967, 322 p.
  • Gustave Lanctot, Montréal sous Maisonneuve, 1642-1665, Montréal : Librairie Beauchemin, 1966, 333 p.
  • Pierre Benoit, Maisonneuve, Paris : Mame, 1960, 189 p.
  • François Dollier de Casson, Histoire du Montréal. 1640-1672, 1868, 138 p. (en ligne)
  • Pierre Rousseau, Histoire de la vie de M. Paul de Chomedey, Sieur de Maisonneuve, fondateur et premier gouverneur de Villemarie, 1640-1676, Montréal : Librairie Saint-Joseph, 1886, 290 p. (en ligne)
  • Honoré Julien Jean-Baptiste Chouinard, Paul de Chomedey, sieur de Maisonneuve, fondateur de Montréal : étude historique et biographique, 1640-1665, Québec : A. Coté, 1882, 119 p. (en ligne)
Romans, musique

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]