Paul Wenz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wenz.

Paul Wenz est un écrivain australien de langue française né à Reims le 18 août 1869, mort à Forbes, Nouvelle-Galles du Sud, Australie, en 1939.

Écrivain australien de langue française et grand voyageur. Il écrivit tout d'abord sous le pseudonyme de Paul Warrego, puis sous son propre nom. Quasiment inconnu en France, il est devenu un auteur « classique » en Australie. En effet, c'est au début du siècle que Paul Wenz émigra aux antipodes, exerçant divers métiers (berger, éleveur) dans le bush, et écrivant plusieurs de ces romans et nouvelles situés dans le bush des Nouvelles-Galles du Sud.

Paul Wenz fut, avec Pierre Louÿs, condisciple d'André Gide à l'École Alsacienne à Paris, puis à la maison Sainte-Beuve. Il renoua les liens avec ce dernier et leur correspondance a été publiée par Jean-Paul Delamotte à la fin du volume Le Pays de leurs pères, réédité récemment. Gide fit publier dans la NRF de 1910 une nouvelle de Paul Wenz, Le charretier.

Eugène Dupont, dans son « Panorama de quelques âmes rémoises », 9e séance, 1936, nous donne le portrait que Gide traça de Wenz dans ses Nouveaux Prétextes et dont une version plus complête figure en avant-propos de l'édition de 1986 de L’Écharde :

« Avant de repartir pour l’Australie, où il dirige des cultures, Wenz est venu me revoir. Il y a quinze ans, avant son avant-dernier passage en Europe, je ne l’avais vu qu’un instant : nos derniers souvenirs communs remontent à plus loin encore, souvenirs de classe, souvenirs enfantins. J’étais pensionnaire avec lui dans la maison de Sainte-Beuve ; il ne songeait déjà qu’à partir. Il s’est fait d’abord colon en Afrique, mais les fonctionnaires algériens rebutèrent ses efforts. À présent, il est installé entre Sydney et Melbourne. Il a fait quatre fois le tour du monde, mais ce qu'il a vu lui paraît peu en regard de ce qu'il veut voir encore. Je contemple avec admiration ce colosse superbe, sous qui tous les fauteuils semblent plier. Son visage puissant exprime une énergie calme et douce ; il est beau tout entier. Il me parle longuement de de ces pays où peut-être je n'irai qu'en rêve, où pourtant il m'affirme qu'il n'est pas difficile d'aller ... Hé! non, je le sais bien! le difficile n'est que de partir; on n'a qu'à se laisser porter. Mais comme elle tient après nous, notre propre amarre! et que les dérisoires efforts que je fais pour l'allonger un peu sont lassants. Il parle de Java, de Pékin, des silences profonds dans les forêts de Nouvelle-Zélande; et, dans l'île du Pacifique, de la tombe de Stevenson. Il parle de sa ferme aux pacages immenses, où des eucalyptus géants se dressent isolés, arbres abandonnés, en ruine, dont l’intérieur pourri forme cheminée jusqu'au ciel; pour fêter l'arrivée d'un ami on en sacrifie quelques-uns qu'on allume; il parle de la sauvage étrangeté, dans la nuit vaste, de ces torches immenses. Il m'invite à l'aller retrouver là-bas.

Je songe, après qu'il m'a quitté, je songe longuement à Sinbad, à Crusoé, à Rimbaud, à ceux au cœur de qui Dieu attache cet instinct nomade, cet amour inquiet, impatient du convenu, toujours en quête d'aventure, comme il attache un aileron léger pour l'essor, à certaines graines qui quitteront le sol natal et que le premier souffle emportera… »

Paul Wenz fit aussi la connaissance à Sydney de Jack London. Une amitié se noua et Paul Wenz fut le traducteur de The Love of Life, L'Amour de la vie, récemment réédité.

Paul Wenz était le frère d'Émile Wenz, pionnier de la photographie aérienne, et du peintre Frédéric Wenz.

Aujourd'hui, pour rendre hommage à cet auteur Rémois de naissance, une rue de Reims a été baptisée de son nom dans le secteur de la Neuvillette

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • À l'autre bout du monde
  • Contes australiens, Paris, Plon, 1911.
  • Diary of a new chum
  • Bonnes Gens de la Grande Guerre, Berger-Levrault, Nancy, 1919.
  • Choses d'hier, Berger-Levrault, Nancy, 1919.
  • Le Jardin des coraux, roman, Calmann-Lévy, Paris, 1929. - rééd. Zulma, 2012
  • Il était une fois un gosse, Éditions de la Vraie France, Paris, 1930.
  • L'Écharde, roman, 1931, réédité par La Petite Maison, 1986 et Zulma, 2010.
  • L'Homme qui resta debout, conte, illustré par Léon Carré, L'Illustration, Noël 1935.
  • La Clef d'or, conte, in Suzette en vacances, Éditions Gautier-Languereau, Paris, 1935.
  • Un australien tout neuf (1908), La Petite Maison, 1989.
  • L'Homme du soleil couchant, roman, La Petite Maison, 1993.
  • Le Pays de leurs pères, roman, La Petite Maison, 1996.
  • Récits du bush, trois nouvelles australiennes, La Petite Maison, 1998.
  • Paul Wenz (1869-1939), sa vie, son œuvre, par Jean-Paul Delamotte, La Petite Maison, 1998.
  • Paul Wenz et André Gide, par Michaël Tilby, in Bulletin des Amis d'André Gide, n° 129, janvier 2001.
  • Paul Wenz, écrivains d'Australie, in La Nouvelle Revue Française, juin 2003, n° 566, NRF.

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article contient tout ou partie d'un document provenant du site La Vie rémoise.


Liens externes[modifier | modifier le code]