Paul Virilio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Paul Virilio est un urbaniste et essayiste français, né en 1932 à Paris. Il est principalement connu pour ses écrits sur la technologie et la vitesse dont l'alliance constitue à ses yeux une « dromosphère ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul Virilio est né en 1932 d'un père italien communiste et d'une mère bretonne catholique. Enfant, il vit les bombardements de Nantes pendant la Seconde Guerre mondiale et en garde un intérêt pour les choses de la guerre et une inquiétude pour la fragilité du monde urbain.

Il suit une formation de maître verrier à l'École des métiers d'art, à Paris, tout en suivant les cours de Vladimir Jankélévitch et de Raymond Aron à la Sorbonne. Puis, il collabore avec Henri Matisse à Saint-Paul-de-Vence et avec Georges Braque à Varengeville. Il se convertit au catholicisme en 1950. Il est appelé pendant la Guerre d'Algérie.

En 1958, il entreprend une étude phénoménologique sur les territoires militaires, en particulier sur les bunkers du Mur de l'Atlantique.

En 1963, il fonde avec Claude Parent, le groupe Architecture Principe, puis publie un premier manifeste pour une architecture oblique[1]. Tous deux professeurs à l'École spéciale d'architecture à Paris, ils forment dans leur atelier plusieurs grands noms de l'architecture contemporaine française, comme Jean Nouvel.

L'enseignement de Virilio à l'ESA évolue vers l'urbanisme et l'architecture qu'il aborde en même temps comme un vaste système de réseaux dont il s'agit de catégoriser les objets, puis pondérer la hiérarchie par leurs vitesses.

Il a mis en évidence l'importance de l'espace concret dans la vie sociale, et plusieurs auteurs qui l'ont connu ont fait une œuvre remarquable sur ce sujet, comme Espèce d'espaces de Georges Perec (1974), Énergie et équité d'Ivan Illich (1973) ou L'Art de faire de Michel de Certeau (1980).

Ses analyses sont parfois critiquées. En 1997, Alan Sokal (professeur de physique à l'université de New York) et Jean Bricmont (professeur de physique à l'université de Louvain) consacrent le neuvième chapitre de leur ouvrage Impostures intellectuelles (p. 153-158) à Paul Virilio. Ils y indiquent, exemples précisément commentés à l'appui, des pages scientifiquement fausses dont les réflexions fantaisistes font douter du sérieux de leur propos.

Activités[modifier | modifier le code]

Paul Virilio est aussi :

  • Membre fondateur du Centre interdisciplinaire de recherche de la paix et d'études stratégiques avec Alain Joxe, à la Maison des Sciences de l'Homme (en 1980).
  • Membre du Cercle de qualité pour la construction du centre de Lille : TGV - Eurotunnel avec l'architecte Rem Koolhaas.
  • Président du jury d'architecture pour le symbole France-Japon avec Isozaki, Ando, Gaudin, Portzamparc, Montès et Quéau.
  • Consultant-expert pour la mission : la Fondation européenne pour les villes et l'architecture (FEVA) présidée par François Barré (une étude pour la réalisation du futur Musée de la ville et de l'architecture de Lille).
  • Outre ses activités d'enseignant à l'ESA et d'écrivain, Paul Virilio participe à de très nombreux journaux et publications, tant en France qu'à l'étranger : Libération, L'autre Journal, Les Cahiers du Cinéma, El País (Espagne), Die Tageszeitung (Allemagne), New Statesman (Grande-Bretagne), Artforum (États-Unis), l'Illustrazione Italiana (Italie), Gaya Scienza (Japon), etc.
  • Depuis le printemps 1990, Paul Virilio est également consultant-expert à la COFRES (Compagnie française pour l'exposition de Séville). Pavillon de la France avec Régis Debray.
  • Il soutient, depuis sa création en 2001, le fonds associatif Non-Violence XXI.

Réalisations[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Grand Prix National de la critique architecturale (1987) décerné par le ministère de l'Équipement, du Logement, de l'Aménagement du Territoire et des Transports.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Le pourrissement des sociétés, collectif, Union générale d'éditions, 1975
  • Bunker Archéologie. étude sur l'espace militaire européen de la Seconde Guerre mondiale, éd. CCI, 1975. Rééd. Galilée, 2008.
  • Essai sur l'insécurité du territoire : essai sur la géopolitique contemporaine, éd. Stock, 1976, réédité en 1993 aux éditions Galilée
  • Vitesse et Politique : essai de dromologie, éd. Galilée, 1977.
  • Nomades et vagabonds, collectif, Union générale d'éditions 1977.
  • Défense populaire et luttes écologiques, éd. Galilée, 1978.
  • Esthétique de la disparition : essai sur le cinématisme, éd. Balland, 1980.
  • Accident catastrophe, collectif, avec Jean Baudrillard et Georges Sebbag, Aubier, 1982.
  • La crise des dimensions : la représentation de l'espace et la notion de dimension, Ecole spéciale d'architecture, 1983.
  • « Logistique de la perception », Cahiers du Cinéma, éd. de l'Etoile, 1984.
  • L'espace critique : essai sur l'urbanisme et les nouvelles technologies, éd. Christian Bourgois, 1984.
  • L'Horizon négatif : essai de dromoscopie, éd. Galilée, 1984.
  • « L'inertie polaire », Reinhard Mucha : Glabeck : Musée national d'art moderne, Editions du Centre Pompidou, 1986.
  • La Machine de vision : essai sur les nouvelles techniques de représentation, éd. Galilée, 1988.
  • De l'instabilité, collectif, Centre national des arts plastiques, 1989.
  • L'Inertie polaire : essai sur le contrôle d'environnement, éd. Christian Bourgois, 1990.
  • L'Écran du désert : chroniques de guerre, éd. Galilée, 1991.
  • L'Art du moteur, éd. Galilée, 1993.
  • La vitesse de libération, éd. Galilée, 1995.
  • Architecture principe : 1966 et 1996, avec Claude Parent, les Ed. de l'Imprimeur, 1996.
  • Un paysage d'événements, éd. Galilée, 1996.
  • Cybermonde, la politique du pire : entretien avec Philippe Petit, les éd. Textuel, 1996.
  • Voyage d'hiver : entretiens, Ed. Parenthèses, 1997.
  • La Bombe informatique : essai sur les conséquences du développement de l'informatique, éd. Galilée, 1998.
  • Portraits. Réel/Virtuel, collectif, avec Catherine Ikam, Louis Fléri, Jean-Paul Vargier, Maison Européenne de la Photographie, 1999.
  • Klasen : études d'impact, Expressions contemporaines, 1999.
  • Stratégie de la déception : à partir du conflit au Kosovo, réflexion sur la stratégie militaire du contrôle et de désinformation tous azymuths, éd. Galilée, 2000.
  • La procédure silence, éd. Galilée, 2000.
  • Ce qui arrive, éd. Galilée, 2002.
  • Discours sur l’horreur de l’art, entretiens avec Enrico Baj, Atelier de création libertaire, 2003[2].
  • Ville panique: Ailleurs commence ici, éd. Galilée, 2003, (ISBN 271860591X)
  • L'Art à perte de vue, éd. Galilée, 2005.
  • L'accident originel, éd. Galilée, 2005.
  • L'Université du Désastre, éd. Galilée, 2007.
  • Le Futurisme de l’instant : stop-eject, éd. Galilée, 2009.
  • Terre natale : ailleurs commence ici, collectif, Actes sud, 2009
  • « Accident de tempo » in Regards sur la crise. Réflexions pour comprendre la crise… et en sortir, ouvrage collectif dirigé par Antoine Mercier avec Alain Badiou, Miguel Benasayag, Rémi Brague, Dany-Robert Dufour, Alain Finkielkraut, Élisabeth de Fontenay…, Paris, Éditions Hermann, 2010.
  • Le Grand Accélérateur, éd. Galilée, 2010.
  • L'administration de la peur, entretien avec Bertrand Richard, éd. Textuel, 2010.
  • Regards sur le sport, collectif, dirigé par Benjamin Pichery et François L'Yvonnet, Le Pommier/INSEP 2010, 256 p. (ISBN 9782746504844)
  • La pensée exposée : textes et entretiens pour la Fondation Cartier pour l'art contemporain, Actes Sud, 2012.
  • Le littoral, la dernière frontière, entretien avec Jean-Louis Violeau, Sens & Tonka, 2013.

Expositions[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

  • Claude Parent-Paul Virilio, film de Gilles Coudert (124 min / 1996 / a.p.r.e.s production) Conférence-entretien entre l’architecte Claude Parent et le philosophe Paul Virilio organisé par l'Université François-Rabelais et le Centre de Création Contemporaine de Tours.
  • Regards sur le sport : Paul Virilio, philosophe, en compagnie de François L'Yvonnet, film réalisé par Benjamin Pichery, INSEP, Paris, 2010, 140'
  • " Paul Virilio : Penser la vitesse" un film de Stéphane Paoli (documentaire 90 min / 2008 / La Générale de Production / ARTE France) De façon inédite, cette histoire fulgurante de la pensée de Paul Virilio se confronte à la réflexion de philosophes, d'acteurs politiques de journalistes comme Rifkin, Yunus, Bender, Klein, Jean Nouvel.
  • " A PROPOS DU XXIème SIECLE - Prospectives rencontre avec Paul Virilio ", Film de Martine Stora et Benoît Labourdette / 1996 / Primé au Festival du Nouveau Cinéma de Montréal 1996.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vivre à l'oblique, avec Claude Parent, 1970, et Le Cœur de l'oblique, rééditions poche en 2004 et 2005, Jean-Michel Place, Paris.
  2. .Discours sur l’horreur de l’art

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :