Paul Seitz (évêque)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Paul Léo Seitz mep, né le 22 décembre 1906 au Havre et mort à Paris au Val de Grâce le 24 février 1984, est un missionnaire catholique français qui fut évêque au Viêt Nam.

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul Seitz est le troisième enfant d'une famille d'origine alsacienne ayant opté pour la France en 1871. Il entre au séminaire de Fontgombault en 1925 puis effectue son service militaire au Maroc. Il est admis au séminaire des Missions étrangères de Paris en septembre 1929 et il est ordonné prêtre le 4 juillet 1937, après des études interrompues par deux séjours en sanatorium. Il est envoyé au vicariat apostolique d'Hanoï (Indochine française).

Il apprend la langue à Ke-So, puis est envoyé en août 1938 à la mission de Cô-Liêu près du petit séminaire du lieu. En février 1939, Mgr Chaize le nomme vicaire à la paroisse franco-vietnamienne de Hanoï et deux ans plus tard, il est en plus aumônier du lycée Albert-Sarraut d'Hanoï. L'Indochine française se trouve alors sous occupation japonaise qui laisse relativement les mains libres à l'administration coloniale. L'aumônier construit et organise un camp de jeunesse au mont Bavi pour les jeunes Français et Indochinois qui - fort de son succès - est visité par les autorités le 9 août 1941. En décembre 1943, le camp est transformé en « centre d'accueil Sainte-Thérèse » pour l'enfance abandonnée, après que le dépot de mendicité d'Hanoï y eut envoyé 90 petits enfants abandonnés. Rapidement Paul Seitz est surnommé le « don Bosco d'Hanoï ».

En mars 1945, les Japonais mettent fin au protectorat français et les Américains imposent un blocus qui provoque une famine dans le nord et le centre du pays où des centaines de milliers de personnes trouvent la mort. De plus le Vietminh communiste appuyé par les Chinois s'infiltre dans une grande partie du pays. Paul Seitz replie son orphelinat de garçons à Son-Tây, puis à Hanoï à cause des graves difficultés de ravitaillement, d'abord à l'école Puginier, puis à la Maison Lacordaire en banlieue.

En 1946, c'est le début de la guerre d'Indochine avec l'envoi de troupes françaises pour repousser le Vietminh. Paul Seitz acquiert un terrain en 1951 à Hanoï où il bâtit un orphelinat neuf appelé « la Cité du Christ-Roi ». Il laisse sa charge de vicaire de la paroisse franco-vietnamienne à un autre prêtre des Missions étrangères pour s'occuper à plein temps de sa fondation. Les réfugiés affluent alors que les combats font rage en montagne et dans les rizières. Le 26 février 1952, il est nommé supérieur régional des Missions étrangères de Paris pour le Nord-Indochine. Quatre mois plus tard, le Saint-Siège le nomme évêque titulaire (in partibus) de Catula et vicaire apostolique de Kontum dans une région montagneuse de peuplades ethniquement non-vietnamiennes.

Cathédrale de Kontum

Mgr Seitz est consacré le 3 octobre 1952 à la cathédrale Saint-Joseph de Hanoï des mains du délégué apostolique Mgr Dooley. Il arrive à Kontum le 2 novembre 1952, jour de la Commémoration des fidèles défunts, et il est intronisé le 6 novembre suivant. Il étudie tout de suite la langue bahnar et commence à visiter les vingt-quatre missions de son district.

Les troupes Viêt Minh attaquent la région de façon de plus en plus violente. Kontum doit être évacuée en janvier 1954. Mgr Seitz se replie dans plusieurs endroits du Sud Viêt Nam, dont Saigon et Dalat. Il retourne dans son vicariat le 31 août 1955, alors qu'arrivent par dizaine de milliers des réfugiés du Nord (800 000 Nord-Vietnamiens fuient le Nord dont 600 000 chrétiens). Il fonde de nouvelles paroisses avec des prêtres vietnamiens pour les accueillir et des œuvres sociales et éducatives en conséquence, dont un collège des Frères des écoles chrétiennes. Certaines de ses œuvres sont transférées dans les années 1970 dans des régions plus sûres à cause de l'intensité de la guerre du Vietnam. Ainsi il fait ouvrir à Saigon un centre universitaire en 1974 pour accueillir les étudiants des ethnies montagnardes qui ne pouvaient demeurer dans les hauts plateaux du Viêt Nam à cause de la guerre.

Dès 1957, il fait ouvrir grâce à l'aide financière de donateurs américains un hôpital à Kontum où des coopérants viennent s'engager. Comme tous les autres vicariats, Kontum est érigé en diocèse en novembre 1960 par Jean XXIII et il en est nommé évêque. Il remet un mémoire sur la situation de son diocèse lors d'une audience privée avec Paul VI en 1967, où il fait état de trente-trois paroisses totalement détruites. Un an plus tard, elles sont au nombre de 192 avec 45 000 réfugiés[1]. La ville est bombardée en 1968. Elle tombe avec le reste du Sud Viêt Nam en avril 1975. Dès le 27 mars, il consacre son successeur, Mgr Alexis Pham-van-Loc. Il est expulsé du Viêt Nam en août 1975.

Il consacre le reste de sa vie à des conférences, à des études et à des publications sur sa vie et son œuvre de missionnaire.

Quelques publications[modifier | modifier le code]

  • Les devoirs des parents envers leurs enfants / Mandement adressé aux Montagnards, par son Excellence Mgr Paul Seitz, évêque de Catula, vicaire apostolique de Kontum., in « Echos de la Mission », organe officiel de la Mission de Kontum, (Centre Viêtnam), n°76, mars 1958.
  • Le Devoir d'apostolat envers les Montagnards/ Mandement de son Excellence Mgr Paul Seitz, évêque de Catula, vicaire apostolique de Kontum, in « Echos de la Mission », organe officiel de la Mission de Kontum (Centre Viêtnam), 17ème année, N°77, avril 1958.
  • Des hommes debout: les Montagnards du Sud Viêtnam , Paris : éd. Saint-Paul, 1975
  • Le temps des chiens muets, Paris : Flammarion, 1977.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. cf Notice biographique des Missions étrangères de Paris

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dom Jean-Louis de Robien, Missionnaire intrépide, Paul Seitz, 1906-1984, éd. du Jubilé, 2014 (ISBN 978-2-86679-557-3)

Liens externes[modifier | modifier le code]