Paul Personne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Personne.

Paul Personne

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Paul Personne à Paris en février 2007

Informations générales
Nom de naissance René-Paul Roux
Naissance 27 décembre 1949 (64 ans)
Argenteuil, Drapeau de la France France
Activité principale Chanteur
Instruments Guitare, voix
Site officiel www.paulpersonne.fr

Paul Personne, de son vrai nom René-Paul Roux, né le 27 décembre 1949 à Argenteuil, dans le Val-d'Oise, est un guitariste et un chanteur français de blues et de rock. Il est parfois surnommé « Doudou »[réf. souhaitée].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

René-Paul Roux passe une grande partie de son enfance à Houilles, en région parisienne. Son père est ouvrier et joue quelquefois de l'harmonica. Le jeune René découvre, quant à lui, la musique à la radio. Ses préférences vont à Charles Aznavour et Édith Piaf, jusqu'à ce qu'il entende pour la première fois du rock, auquel s'essaient Eddy Mitchell et Johnny Hallyday.

Ses parents achètent un accordéon à un voisin boulanger, mais cet instrument ne plaît pas vraiment au jeune garçon, et finira par être récupéré par sa grande sœur. Conquis par les sonorités rock découvertes à la radio, René-Paul est plutôt attiré par la batterie. Il en bricole une, et fait ses premiers pas de musicien amateur, jouant également un peu de guitare. C'est l'heure des premiers groupes montés avec ses copains de lycée.

Carrière[modifier | modifier le code]

Années 1970 : aventures collectives[modifier | modifier le code]

À 17 ans, après avoir obtenu un CAP de mécanique générale, et résolu à faire de la musique sa vie, René-Paul Roux tente de se faire un nom au sein de son groupe L'Origine. Le groupe parvient à obtenir la production d'un 45 tours par Pathé Marconi, mais le succès n'est pas au rendez-vous, et après quelques passages à la radio et un projet de concerts, l'aventure s'arrête assez rapidement.

Déçu, René-Paul commence à travailler dans une entreprise d'agroalimentaire, sans renoncer tout à fait à la musique. L'interruption sera de courte durée : une rencontre avec la troupe théâtre le « Liquid Theater » l'amène à constituer « La Folle Entreprise », un groupe d'une quinzaine de musiciens. Tournant dans les Maisons des jeunes et de la culture - un circuit qui leur permet d'exister mais guère plus - le groupe rencontre de nombreuses difficultés, et finit par se dissoudre. Un 45 tours intitulé Pas des anges, enregistré chez Vamp Record en Angleterre et paru en 1973, est aujourd'hui la seule trace tangible de son existence.

Après un nouvel essai de retour à la vie « normale » et son installation à Toulouse avec sa femme Colette et sa fille Jessica (née en 1974), Paul Personne ne peut se résoudre à renoncer à la musique. C'est à ce moment qu'il abandonne la batterie et se met définitivement à la guitare. Il devient d'abord accro aux Fender Stratocaster, puis aux Gibson Lespaul, qui ne vont plus le quitter. En 1975, il forme groupe de blues rock / boogie plein d'énergie, Bracos Band, avec un guitariste rythmique plus une basse et une batterie. Répétitions et enregistrements se font dans une ferme du Lauragais, parfois partagée avec d'autres groupes toulousains du moment (Taxi Way, Décibel…). Il repart bientôt sur les routes avec son nouveau groupe, tournant dans les clubs et les festivals régionaux. En 1977, ils parviennent à enregistrer un 45 tours (deux titres) sous le label indépendant et coopératif Speedball (Avec Benoit Blue Boy, etc.). Ce tout premier disque est produit en Bretagne par Michael Memmi (ex-The Frenchies), mais avec l'avènement du punk rock, il devient difficile de séduire les maisons de disques avec du blues rock.

Mais Paul Personne ne se décourage toujours pas et, après la séparation de Bracos Band, il recrute un bassiste et un batteur pour former Backstage. Le trio assure de nombreux concerts et finit par signer en 1979 un contrat chez le label Vogue, donnant enfin à Paul Personne l'occasion de graver un album, chanté en anglais. Après une tournée de 45 dates, le groupe retourne en studio pour un second album (également chanté en anglais) qui sort l'année suivante, y compris en Angleterre, où le prestigieux journal musical Melody Maker le chronique dans ses pages. Malheureusement, les relations avec la maison de disques se détériorent, entraînant bientôt la fin de Backstage.

Années 1980 : Premiers pas en solo[modifier | modifier le code]

Paul Personne à Paris en février 2007.

Au début des années 80, revenant sur les raisons de l'échec de ses précédents groupes, Paul Personne décide de se lancer dans une carrière solo et de tenter l'écriture en français. Un choix qui s'avère concluant : en octobre 1982, sort chez CBS le premier album signé Paul Personne. Mais après quelques passages télé et radio, l'enthousiasme retombe rapidement : les ventes ne décollent pas, et la maison de disques lui refuse l'enregistrement d'un second album.

Démoralisé, le musicien retourne vivre dans sa ferme près de Toulouse. À la demande de la chanteuse Nicoletta, il est invité lors d'une nouvelle émission de télévision. Plusieurs directeurs artistiques sont présents, et la prestation de Paul Personne, très appréciée, semble relancer sa carrière. Il négocie avec Babette Jones du label Phonogram la sortie pour 1983 d'un album, intitulé Exclusif, qui contient deux de ses titres Comme un étranger et Ça va rouler. L'album remporte un certain succès, et la carrière de Paul Personne se stabilise. Il rejoint ainsi les trois principaux représentants du blues à la française, Benoit Blue Boy, Bill Deraime et Patrick Verbeke.

En 1984, il sort son troisième album, Barjo-land. Mais, alors que les difficultés semblent être derrière lui, le décès accidentel de sa fille Jessica en août 1984 le plonge dans un grand désarroi. En 1985, sort un nouvel album, 24/24, avec entre autres le titre Faut qu'j'me laisse aller. S'ensuivent trois concerts à l'Olympia de Paris des 17 au 18 mars 1986, puis une importante tournée. Mais la distribution des disques est très mal assurée et, s'il est désormais un artiste reconnu, le succès de Paul Personne auprès du grand public reste encore limité. L'enthousiasme retombant, ses activités se ralentissent. Il passe son temps dans sa nouvelle maison du Perche (région plus proche de Paris que de Toulouse) avec sa compagne Gloria et son fils Jeremy (né en 1976).

La Chance[modifier | modifier le code]

Paul Personne en concert au festival Aux Zarbs 2008.

C'est en 1987 que Paul Personne sort enfin de sa léthargie pour reprendre en main sa carrière. Il est invité à participer au Festival d'été de Québec, où l'accueil extrêmement chaleureux du public lui redonne le goût de la scène. Cela donne, en février 1989, l'album La Chance, qui paraît sur le petit label Bird. Le premier 45 tours extrait de cet album contient des ballades bluesy (dont deux sont signées Boris Bergman, le parolier d'Alain Bashung) et s'intitule Trop tard.

En janvier 1990, Paul Personne passe trois soirs au Bataclan, puis part en tournée à travers toute la France. En septembre, il participe à la soirée blues de la Fête de l'Humanité. Persuadé que sa musique s'exprime mieux sur scène qu'en studio, Paul Personne se produit à l'Olympia pour un concert unique le 11 mars 1991, enregistrant son premier album live, La Route de la chance. La même année, il se voit décerner le Bus d'Acier, le Grand prix du rock français. La même année son label fait faillite.

Il choisit de signer chez Polydor et sort en 1992 un nouvel album, concocté seul dans son home-studio et intitulé Comme à la maison. Bien que Personne y joue tous les instruments, il s'assure également la collaboration du musicien Jacno, du parolier Boris Bergman et du comédien Gérard Lanvin. L'album est disque d'or[1] et contient un succès radio, Le bourdon.

En 1993, Paul Personne se produit deux soirées de suite l’Olympia en janvier, avant de partir pour une tournée de deux mois, puis de revenir à Paris à La Cigale pour deux concerts en février, sa participation à l'enregistrement du disque d'Eddy Mitchell Rio Grande, et aux Francofolies, pour une spéciale Fête à Paul Personne. Il joue également quelques morceaux avec Johnny Hallyday pour son concert de ses 50 ans, sur Excuse-moi partenaire (auquel s'ajoute Eddy Mitchell) et Toute la musique que j'aime.

L'artiste sort l'album Rêve sidéral d'un naïf idéal en 1994. Pour la première fois, il travaille avec un producteur anglais, Ian Taylor, qui a déjà produit Gary Moore et Bob Dylan) ou, en France, Eddy Mitchell (Rio Grande). Boris Bergman et les musiciens de la tournée de 1993 sont au rendez-vous.

Les années suivantes sont ponctuées par les albums et les tournées. Instantanés sort en 1996, produit par Ian Taylor, et rassemblant des amis comme Boris Bergman, Jean-Louis Aubert, le comédien Richard Bohringer ou Christian Dupont. En 2000 sort Patchwork Electrique, enregistré avec des musiciens anglo-saxons, dont certains ont joué avec Iggy Pop ou Eagle-Eye Cherry. En 2010, il est invité par Jean-Pierre Danel pour un duo sur son album Out of the blues.

Discographie (albums et DVD)[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Dupuy, Paul Personne, des vies en blues, Castor Astral,‎ 2014, 176 p. (ISBN 2-85920-968-9)
  • Charlie Dane, Rémi Karnauch, Paul Personne, DLM-Car rien n'a d'importance,‎ 1994, 109 p. (ISBN 2-87795-051-4)
  • Blues Again !, n° 9, avril/mai/juin 2007.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :