Paul Otchakovsky-Laurens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paul Otchakovsky-Laurens au Salon du livre de Paris en mars 2010

Paul Otchakovsky-Laurens, né à Valréas (Vaucluse) le [1], est un éditeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Paul Otchakovsky est le fils du peintre Zelman Otchakovsky connu sous le nom de Zelman qui fit partie du groupe Témoignage. Son père, issu d'une famille juive originaire de Bessarabie dans l'actuelle Moldavie, meurt de la tuberculose lorsqu'il a l'âge de trois mois[1]. Il est alors confié à une famille d'adoption, les Laurens, dont il accole le nom à son patronyme[1].

Parcours[modifier | modifier le code]

Après des études secondaires au lycée Sainte-Croix de Neuilly puis des études de droit, Paul Otchakovsky-Laurens se dirige vers le domaine de l'édition, milieu dans lequel il débute en tant que stagiaire, puis lecteur chez Christian Bourgois.

Dans les années 1960, il participe à la revue Jeune Cinéma et à la Fédération Jean-Vigo des ciné-clubs, ainsi qu’à Télé-Ciné.

Paul Otchakovsky-Laurens crée, au début des années 1970 à la demande d'Henri Flammarion[1], la collection « Textes » aux éditions Flammarion, puis en 1977 la collection « POL » chez Hachette (qui publie La Vie mode d'emploi de Georges Perec en 1978), avant de fonder, en 1983, sa propre maison d'édition : P.O.L.

Il a fait découvrir de nouveaux auteurs remarqués, dont les plus connus sont Emmanuel Carrère, Marie Darrieussecq, Camille Laurens ou encore Guillaume Dustan. Il a également publié des auteurs confirmés, tels que Georges Perec et Marguerite Duras avec La Douleur (1985) qui sera son premier grand succès d'édition.

En 2009, sort un documentaire autobiographique réalisé par Paul Otchakovsky-Laurens intitulé Sablé-sur-Sarthe, Sarthe.

Paul Otchakovsky-Laurens est aussi président du Festival international du documentaire de Marseille.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Éditeur, en trois lettres par Odile Benyahia-Kouider dans Libération du 20 octobre 1998.