Paul Mouy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mouy (homonymie).

Paul Mouy (né en 1888, mort en 1946[1]) est un philosophe français. Agrégé de philosophie[2] (1919), il fut professeur au lycée Jules-Ferry (1930-1936) puis au lycée Henri-IV (1936-…) à Paris, puis à la Sorbonne. Son domaine de réflexion était la philosophie des sciences. Il étudia avec soin l'idée de progrès et la naissance de l'esprit scientifique au Siècle des Lumières, et leur postérité. Analyste passionné des espoirs de la science, Mouy se rattache aux courants du scientisme.

La critique de René Descartes[modifier | modifier le code]

Paul Mouy a longtemps travaillé sur la révolution cartésienne. Il critiquait sévèrement Descartes, soulignant le manque, selon lui, d'une rigueur mathématique. Selon lui, la physique cartésienne développée dans les Principes de philosophie était une physique mathématique sans les mathématiques. Pour autant, Descartes ainsi que Kant restent des philosophes scientifiques, au-delà de la pensée religieuse chrétienne du temps.

Auteur de manuels[modifier | modifier le code]

Paul Mouy rédigea, dans les années 1930, un manuel répondant aux exigences élevées du programme de philosophie. Logique et philosophie des sciences de Paul Mouy, paru chez Hachette en 1934, présentait de façon succincte un éventail d’auteurs assez impressionnant. Citons dans l’ordre alphabétique en ne mentionnant que les noms les plus saillants : Ampère, Boltzmann, de Broglie, Cartan, Comte, Copernic, Coulomb, Cournot, Curie, Darwin, Descartes, Einstein, Euclide, Galilée, Gonseth, Huygens, Lamarck, Lavoisier, Linné, Lorentz, Newton, Pascal, Perrin, Poincaré, Schrödinger. Grand lecteur des philosophes, Paul Mouy n'a guère fondé de concept nouveau; cependant, il a collaboré à la diffusion critique de philosophes et de penseurs scientifiques, dans le cadre de travaux épistémologiques durables.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L’Idée de progrès dans la philosophie de Renouvier, Paris, J. Vrin, 1927 ;
  • Logique et philosophie des sciences, Paris, 1934, réédité en 1950
  • Le Développement de la physique cartésienne (1646-1712), Paris, 1934
  • Une nouvelle étude sur Pascal, 1939
  • Les Lois du choc des corps d'après Malebranche
  • Logique (Cours de philosophie), Librairie Hachette, 1944 [2° édition posthume, remaniée et augmentée par Mle Bachelard et M. Dufresne, 1952]

Traductions[modifier | modifier le code]

  • La Dissertation de 1770, par Emmanuel Kant, traduction Paul Mouy

Citations[modifier | modifier le code]

« Le calcul des probabilités n'est que le calcul d'un déterminisme partiellement inconnu au moyen des éléments qu'on en peut connaître. » ((LPS, 1934)

« La science est inégalable en tant que conscience de la pensée humaine. » (LPS, 1934)

« La pensée réelle, à la fois adaptée aux choses, et purifiée des réminiscences animales et des obsessions sociales, c'est la pensée scientifique. » (LPS, 1934)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décédé à la fin de l'année 1946, d'après Mathematics in France during World War II sur le site de l'Université de St. Andrews. Voir également l'indication donnée dans table alphabétique des auteurs de la Revue d'histoire des sciences et de leurs applications (Année 1968, vol. 21), p. 12.
  2. André Chervel, « Les agrégés de l'enseignement secondaire. Répertoire 1809-1950 », sur Ressources numériques en histoire de l'éducation (consulté le 19 juin 2014).

Sources[modifier | modifier le code]

  • Épistémologiques, philosophiques, anthropologiques, de Angèle Kremer, L'Harmattan, Paris, 2005
  • L'Usage des exemples philosophiques dans l'enseignement de la philosophie, par Fabien Chareix, IUFM de l'île de la Réunion