Paul Monnier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paul Monnier, 1975

Paul Monnier, né en 1907 à Montana-Vermala et mort à Genève en 1982, est un peintre suisse originaire de Grimentz[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Entre 1924 et 1930 Paul Monnier est à l'École des beaux-arts à Genève. Membre de l'École des Pâquis[2].

« L'École des Pâquis est arrivée simplement et sans effort en laissant naturellement de côté toute vanité encombrante et tout débordement de personnalité. ...Ils (ces artistes) appartiennent à cette génération d'après-guerre où l'on ne rêve plus de surhomme. Ils préfèrent les subtilités du métier aux théories esthétiques. Aussi lorsque la paresse, les alcools, la bohème et les combines ne les tentent pas trop, sont-ils capables d'efforts autrement disciplinés que ceux que nous avons fait depuis plus de 30 ans. En somme vive la jeunesse d'après guerre dont on a trop médit[3]. »

Entre 1930 et 1932 il voyage aux Indes, Indochine, Tonkin.

Il écrit: « Je perds mon temps en essayant de supprimer ce métier de ma vie. La peinture c'est mon métier, mon vrai et seul métier. » (Vizagapatam, 3 juin 1931. Lettre à C. J.).

Entre 1932 et 1936 il réside à Genève; puis de 1936 à 1949 à Sierre. De 1949 à 1970 à Lausanne et enfin, de 1970 à 1982, à Genève.

Expositions[modifier | modifier le code]

  • Suisse : Genève; Sion; Sierre; Martigny; Zurich.
  • Italie : Milan, Ve Triennale.
  • Espagne : Madrid, Exposition internationale d'art artisanal.
  • Autriche : Salzbourg, Kirchliche Kunst.
  • URSS : Moscou, Artistes suisses.
  • France : Paris, Salon international de l'Art libre; Paris, Salon des Artistes français (invité).

Décorations - Vitraux - Mosaïques[modifier | modifier le code]

Illustrations[modifier | modifier le code]


Galerie d'images[modifier | modifier le code]


« L'œuvre de Paul Monnier c'est d'abord et surtout de la peinture. Ce truisme recèle en effet une démarche constante, éminemment fidèle à elle-même et au métier-ce qui n'est pas un mince exploit dans un monde où, de plus en plus, l'activité créatrice parait séquestrée par les manipulateurs de concepts et les jongleurs du verbe!

Mouvement aboli, vibration suspendue, objets et personnages immobilisés dans leur solitude intime, la composition devient, dans notre regard, poème sans parole, musique insonore. La boucle du parcours créateur est dès lors bouclée et la peinture rejoint son propre mystère[4]. »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Humbert Anthonioz, Paul Monnier, illustrateur, dans Almanach du Cheval Ailé 1947, Editions du Cheval Ailé, Genève, 1947.
  • Maurice Zermatten, Paul Monnier, peintre, Éditions de la Baconnière, Neuchâtel, 1938.
  • Bernard Zumthor, Paul Monnier, Éditions de la Matze, Sion, 1975.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de Paul Monnier, site SIKART, consulté le 21 juillet 2010.
  2. E. Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, tome 9, Gründ, Paris, 1999.
  3. Alexandre Cingria, catalogue de l'exposition L'Ecole des Pâquis, Locarno, 1929
  4. Bernard Zumthor,Paul Monnier, Editions de la Matze, collection Peintres de chez nous, Sion, 1975.

Lien externe[modifier | modifier le code]

site de référence sur Paul Monnier