Paul Masseron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Masseron.
Paul Masseron
Fonctions
conseiller de gouvernement pour l’Intérieur (Drapeau de Monaco Monaco)
24 avril 2006
Biographie
Nom de naissance Paul, Marie, Masseron
Date de naissance 3 avril 1950 (64 ans)
Lieu de naissance Landerneau, Finistère, Bretagne, Drapeau de la France France, Union européenne
Nationalité Drapeau : France française
Diplômé de ENA (« énarque »)

Paul Masseron (né le 3 avril 1950 à Landerneau, Finistère) est un préfet français devenu ministre monégasque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris (IEP Paris) et ancien élève de l’ENA (promotion Guernica sortie en 1976). Il est capitaine de vaisseau de réserve (Marine nationale française).

Il a été sous-préfet d’Ussel (un des arrondissements du département de la Corrèze) à Ussel de 1977 à 1981.

Il revint en Corrèze à titre de directeur général des services du conseil général de la Corrèze (1985-1987).

Il a notamment été préfet de la Corrèze (de 1987 à 1989), de l'Orne (de 1989 à 1993), de l'Allier (de 1993 à 1998), de la Vendée (de 1998 à 2001) et du Haut-Rhin (de 2001 à 2004). De 2004 à 2006, il occupe les fonctions d'adjoint au secrétaire général du ministère de l'Intérieur et de directeur de la modernisation et de l'action territoriale.

Plusieurs fois en poste en Corrèze (1977-1981 et 1985-1989), département qui a compté Jacques Chirac parmi ses élus locaux, Paul Masseron a été qualifié de « préfet chiraquien »[1].

Depuis 2006 il est préfet détaché auprès de la principauté de Monaco en qualité de conseiller de gouvernement pour l’Intérieur[2] (équivalent monégasque du ministre de l’Intérieur français[3]) ; nomination par ordonnance souveraine du 5 avril 2006 prise par le prince souverain Albert II de Monaco[4]. Il succède à ce poste à un autre Français, Philippe Deslandes.

À ce titre il a été chargé de la sécurité lors du mariage du prince Albert II de Monaco et de Charlène Wittstock célébré les 1er et 2 juillet 2011[5].

Peu de temps avant ce mariage la police monégasque a malencontreusement entretenu la rumeur de la fuite de Charlène[6] : les Forces armées monégasques sont placées sous l’autorité du conseiller de gouvernement pour l’Intérieur.

En 2012, la principauté compte un policier pour 65 habitants[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2011/06/29/01016-20110629ARTFIG00722-monaco-la-rumeur-circulait-des-dimanche.php : site du Figaro, Jean-Marc Leclerc, « Monaco : des imprudences de la police ont nourri la rumeur », 30 juin 2011.
  2. http://www.gouv.mc/Gouvernement-et-Institutions/Le-Gouvernement/Departement-de-l-Interieur . Consulté le 21 mai 2013
  3. Paul Masseron est cité dans Liste des ministres de l’Intérieur dans sa rédaction du 26 mai 2013.
  4. http://www.lepetitjournal.com/monaco/actu-monaco/5388-communiqu-paul-masseron-a-pris-ses-fonctions-en-principaut.html . Consulté le 21 mai 2013.
  5. http://www.nicematin.com/article/derniere-minute-monaco/paul-masseron-le-monsieur-securite-du-mariage-princier.528593.html , site de Nice-Matin, Cédric Verany, « Paul Masseron, le monsieur sécurité du mariage princier », mercredi 18 mai 2011. Consulté le 21 mai 2013.
  6. http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2011/06/29/01016-20110629ARTFIG00722-monaco-la-rumeur-circulait-des-dimanche.php : site du Figaro, Jean-Marc Leclerc, « Monaco : des imprudences de la police ont nourri la rumeur », 30 juin 2011
  7. http://www.leparisien.fr/espace-premium/actu/la-securite-est-une-priorite-absolue-du-prince-21-10-2012-2251317.php : site du Parisien, interview de Paul Masseron : « La sécurité est une priorité absolue du prince », 21 octobre 2012. Consulté le 24 mai 2013.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]