Paul Lucas (voyageur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne l'auteur des Voyages de Paul Lucas au Levant. Pour le généalogiste Paul Lucas, voir Paul Lucas (généalogiste).

Paul Lucas, est un voyageur et écrivain français du XVIIe siècle. Peut être, comme son contemporain Jean Chardin, était-il joaillier comme certains l'écrivent. Il y avait en tous cas à Paris une famille d'orfèvres de ce nom à cette époque[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naquit à Rouen le 31 août 1664, se maria en 1720 et mourut à Madrid le 12 mai 1737.

Il aurait commencé très jeune ses voyages, et d'aucuns pensent qu'il aurait débuté comme corsaire. Son premier voyage au Levant aurait eu lieu de 1688 à 1696 pour acquérir des pierres précieuses.

Il bénéficia rapidement de protections à la Cour et c'est à Madame qu'il dédia son premier ouvrage. En 1711 il devint officier de la Maison de la Duchesse de Bourgogne, épouse de Monseigneur.

Il reçut en 1714 le titre d'« antiquaire du roi ».

Il fut envoyé en 1699, comme « antiquaire du Roi » pour enrichir de ses trouvailles les cabinets du roi et de sa belle-sœur allemande la Princesse Palatine ainsi que pour relever des inscriptions grecques et latines.

Il publia en 1704, chez l'imprimeur-éditeur Guillaume Vandive, imprimeur du Dauphin, le compte rendu du voyage effectué de juin 1699 à juillet 1703, en un livre somptueux orné de nombreuses gravures. Selon Dirk Van der Cruysse, le récit de ce voyage est un des plus captivants de l'époque. Le titre en est: Voyage du Sieur Paul Lucas au Levant (Paris, G. Vandive, 1704, deux tomes).

Il publia en 1712, chez Nicolas Simart, successeur de feu Guillaume Vandive, son nouveau voyage d'octobre 1704 à septembre 1708. Le titre de ce second ouvrage est: Voyage du Sieur Paul Lucas fait par ordre du Roy dans la Grèce, l'Asie Mineure, la Macédoine et l'Afrique (Paris N. Simart, 1714, deux tomes).

Ces livres furent traduits en anglais et en allemand. Paul Lucas effectua également un quatrième et un cinquième voyage au Levant de mai 1714 à novembre 1717, ce qui lui fournit l'occasion de publier un Troisième voyage du sieur Paul Lucas, fait en 1714, par ordre de Louis XIV dans la Turquie, l'Asie, la Syrie, la Palestine, la Haute et Basse-Egypte, etc (Rouen, R. Machuel le jeune, 1719).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Duranton, Introductions et notes à la réédition de 1998 du Voyage du Sieur Paul Lucas dans le Levant, Université de Saint-Étienne, 1998.
  • Dirk Van der Cruysse, Le noble désir de courir le monde. Voyager en Asie au XVIème siècle, Paris, Fayard, 2002.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Lire à leur sujet : Michèle Bimbenet-Privat, Les orfèvres et l'orfèvrerie de Paris au XVIIe siècle, tome I, Paris, 2002, pp. 428 à 430 qui cite André Lucas, Antoine Lucas, François Lucas, Guillaume Lucas, Jean Lucas, Mathieu Lucas. L'orfèvre Guillaume Lucas, maître en 1664, avait épousé Marie Martinot, frère de l'horloger Henri Martinot et cousin de l'horloger Balthazar Martinot grand père de l'imprimeur Guillaume Vandive qui fut le premier éditeur des voyages de Paul Lucas.