Paul Lebaudy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paul Lebaudy
Fonctions
Député de Seine-et-Oise
16 février 189031 mai 1910
Biographie
Date de naissance 4 juillet 1858
Date de décès 17 octobre 1937
Nationalité Française

Marie Paul Jules Lebaudy est un industriel et homme politique français né à Enghien le 4 juillet 1858 et mort au château de Rosny à Rosny-sur-Seine le 17 octobre 1937.

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul Lebaudy est élève au lycée Turgot. Héritier du château de Rosny en 1889, il succède à son père, Gustave Lebaudy, comme député de l'arrondissement de Mantes-la-Jolie. Il est élu pour la première fois le 16 février 1890 et est réélu les 20 août 1893, 8 mai 1898, 27 avril 1902 et 6 mai 1906.

Il épouse :

  • en premières noces (1886) : Virginie Adélaïde Désirée Hersent (1864-1886) ;
  • en secondes noces (1890) : Marie Pauline Adolphine Clotilde Murat (1868-1949), fille du comte Joachim Murat (1828-1904) et de la comtesse née Marguerite Marie Georgina Barrot (fille d'Adolphe Barrot). De ce second mariage, il a un fils Jean Gustave Marie Georges Joachim Lebaudy (1894-1969) qui épousera Henriette Émilie Eugénie de Ganay (1898-1983).

Pionnier de l'aérostation, il fait construire avec son frère Pierre, à partir de 1902 une série de dirigeables semi-rigides, dont l'un effectue la seconde traversée de la Manche (26/10/1910).

Amateur de chasse à courre, il fonde l'équipage Lebaudy (1891-1936) qui découple l'été en forêt de Rosny et l'hiver à Avon, près de Fontainebleau (Seine-et-Marne). Il fait aménager les communs du château pour héberger ses écuries. Vers la fin du XIXe siècle, il fait recréer des jardins à la française par le célèbre paysagiste Achille Duchêne.

À Paris, Paul Lebaudy possède un hôtel particulier (détruit) au n° 15, avenue Foch.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Adolphe Robert, Edgar Bourloton, Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Bourloton, Paris, vol. III, 1891, pp. 8-9

Articles connexes[modifier | modifier le code]