Paul Lacombe (compositeur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Paul Lacombe.

Paul Lacombe

Description de cette image, également commentée ci-après

Paul Lacombe en 1897, à Paris.

Naissance
Carcassonne
Décès
Carcassonne
Lieux de résidence Carcassonne et Montolieu (Aude)
Activité principale compositeur
Style Musique classique
Romantique
Collaborations Société nationale de musique
Éditeurs Hamelle, Leduc, Breitkopf
Maîtres Georges Bizet
Distinctions honorifiques Membre de l'Institut de France

Paul Lacombe est un compositeur français né le à Carcassonne et mort le (à 89 ans).

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1871, Lacombe devient un des membres fondateurs de la Société nationale de musique où il fera très souvent entendre ses œuvres. À partir de ces années suivant la guerre de 1870, il ne cessera de composer des trios, symphonies, quatuors et de nombreuses pièces pour piano. En 1887, l'Académie des beaux-arts lui décerne le Prix Chartier pour sa musique de chambre. Il sera joué régulièrement aux concerts Colonne et Pasdeloup. Sa musique fort appréciée par ses pairs, ne passera pas à la postérité car Lacombe n'a jamais voulu quitter Carcassonne pour Paris. Seule, l'Aubade printanière composée pour le Casino de Bagnères-de-Bigorre connaîtra un grand succès populaire, bien loin de la réelle valeur des plus de 150 autres compositions du maître.

En 1901, il est élu à l'Académie des beaux-arts et promu Chevalier de la Légion d'honneur. Paul Lacombe meurt dans la nuit du 4 au 5 juin 1927 à Carcassonne dans sa maison de la rue Aimé Ramond. Il est ensuite inhumé au Cimetière Saint-Michel de la ville. Le 21 juillet 1929, une souscription permet l'édification d'un monument à sa mémoire dans sa ville natale où une rue porte son nom.

Le monument en hommage au compositeur, érigé en 1929. Il est visible dans le jardin de l'auditorium de Carcassonne

Hommage[modifier | modifier le code]

La ville de Carcassonne lui a rendu hommage en juin 1984 au travers d'une grande exposition à la bibliothèque municipale et un concert dans la cour de l'hôtel de ville. Une conférence suivie d'un récital de ses plus belles mélodies a été donné le 28 juillet 2010 par Martial Andrieu (ténor et biographe du compositeur)[1] dans le cadre du Festival de Carcassonne. En 2011, Christine Tranchant enregistre un CD auto-produit de pièces pour piano, premier enregistrement d'œuvres du compositeur. Mars 2013, une biographie totalement inédite a été écrite et publiée dans la collection "Musique et patrimoine" par Martial Andrieu: "Paul Lacombe, le testament musical d'un grand symphoniste français."

Sépulture de Paul Lacombe au cimetière St-Michel de Carcassonne

Œuvres[modifier | modifier le code]

Orchestre[modifier | modifier le code]

  • Ouverture symphonique op. 22
  • 1re Symphonie en si bémol op. 30 (couronnée par la Société des compositeurs en 1879)
  • Suite pastorale op. 31
  • Prélude pour un drame lyrique
  • 2e symphonie en ré op. 34
  • Ouverture dramatique
  • Aubade printanière op. 37
  • Sérénade catalane op. 39
  • Divertissement pour piano et orchestre op. 40 (couronné par la Société des compositeurs en 1886)
  • Intermède-Gavotte op. 43
  • Ronde languedocienne op. 44
  • Sérénade op. 47
  • 3e symphonie en la op. 48 (couronnée par la Société des compositeurs en 1887)
  • Scène au camp op. 49
  • Marche élégiaque op. 50
  • Rapsodie op. 51
  • Suite pour piano et orchestre op. 52
  • Parade hongroise op. 53
  • Etc...

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

  • 1re Sonate op. 8 pour violon et piano
  • 3 morceaux op. 10 pour violoncelle et piano
  • 1er trio op. 12 pour piano, violon et violoncelle
  • 4 morceaux op. 14 pour piano et violon
  • 2e sonate op. 17 pour violon et piano
  • 3 airs de ballet pour piano et violon ou violoncelle
  • Sérénade op. 47 pour piano, flûte et hautbois
  • Rapsodie op. 51 pour violon et piano
  • 2e trio op. 90 pour piano, violon et violoncelle
  • Sérénade humoristique op. 93
  • 3e sonate op. 98 pour violon et piano
  • Sonate op. 100 pour piano et violoncelle
  • Quatuor op. 101 pour piano, violon, alto et violoncelle
  • 6 pièces op. 107 pour piano et violon
  • Méditation op. 124 pour piano et violon
  • Aubade à Ninon op. 125 pour piano et violon
  • Morceau de fantaisie op. 133 pour piano et alto
  • 3e trio op. 134 pour piano, violon et violoncelle
  • Chanson d'Espagne op. 142 pour violoncelle et piano

Mélodies[modifier | modifier le code]

  • Je ne sais pas de fleur
  • La première rose
  • Les âmes des petits enfants
  • Madone
  • Amours posthumes
  • Chanson triste
  • Où tu n'es pas
  • L'exilé
  • Je me pleure
  • La chanson des lèvres
  • La saison des roses
  • Nuit d'hyménée
  • Comme l'eau
  • Brises de montagne (4 mélodies dont Si j’étais blanche lune, poésie de Fortuné Henry)
  • A Elvire
  • Mandoline
  • La bonne mante
  • Les matins blonds
  • Aubade
  • Bruyère jolie
  • Fleur meurtrie
  • Sonnet à l'amie

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Christine Tranchant, Portrait en quelques touches, enregistrement CD, 2010

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Martial Andrieu, Paul Lacombe, le testament musical d'un grand symphoniste français, Musique et patrimoine, Mars 2013
  • Jean Louis H. Bonnet, Carcassonne d'hier à aujourd'hui, Éditions de La Tour Gile, 2005, p. 559
  • Martial Andrieu, Mémoire en images, Carcassonne. Tome 2, Éditions Alan Sutton, 2008, p. 2
  • Léon Moulin, Paul Lacombe, un classique français du piano, 1917
  • Georges Favre, Paul Lacombe, un compositeur languedocien oublié, Société de musicologie de Béziers, 1987
  • Léon Moulin, Paul Lacombe et son œuvre : étude critique, Au Ménestrel, 1924
  • Hugues Imbert, Profils d'artistes contemporains, Fischbacher, 1897
  • Léon Moulin, La nouvelle revue française, Paul Lacombe et ses amis, octobre 1937, n°177
  • Marie-Françoise Santoul, "Paul Lacombe, Compositeur Audois à travers sa correspondance conservée à la Bibliothèque Municipale de Carcassonne et à la Bibliothèque Nationale de Paris".Université de Toulouse Le Mirail, U.E.R. de Lettres Modernes, Section Musique, Année 1992-1993, Directeur de recherche du mémoire de maitrise Robert Fajon.

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]