Paul Klebnikov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paul Klebnikov

Paul Klebnikov (3 juin 19639 juillet 2004) est un journaliste américain d'origine russe.

En avril 2004, il devient l'éditeur de la version russe du magazine Forbes. En juillet de la même année, il est assassiné à Moscou. Selon les conclusions du parquet général russe, il a été assassiné à Moscou le 9 juillet 2004. L'hypothèse d'un groupe criminel tchétchène, agissant sur commande du militant indépendantiste Hodj-Akhmed Noukhaev, a été émise. Ce dernier aurait été fâché par la publication d'entretiens qu'il a eu avec Klebnikov (publication en russe, sous le titre Conversation avec un barbare)[1]

Éléments de biographie[modifier | modifier le code]

Paul Klebnikov est né à New York dans une famille d'émigrés russes ayant une longue tradition militaire et politique : son arrière-arrière-grand-père Ivan Pouschine avait participé à la révolte des décembristes de 1825 et fut exilé en Sibérie. Son grand-père, un amiral de la flotte des Armées blanches de la Russie, a été assassiné par les bolcheviks.

Enfant, il est réputé casse-cou. Il va par exemple se baigner et nager durant les ouragans[2],[3].

Il fréquente la St. Bernard's School de Manhattan puis la Phillips Exeter Academy[4] et est diplômé de l'Université de Californie, Berkeley avec un baccalauréat en sciences politiques en 1984[2]. Il s'enrôle ensuite dans l'école des officiers de la marine (Officer Candidates School ; United States Marine Corps) semble-t-il pour se tester, mais refuse finalement le poste qu'on lui propose[5].

Au lieu de cela, il reprend des études pour obtenir un doctorat à la London School of Economics, où il remporte le « Prix Leonard Schapiro » pour l'excellence de ses études russes[4]. La thèse de doctorat de Klebnikov porte sur Piotr Stolypine, Premier ministre réformateur tsariste[3]. En 1987-88, il enseigne à l'Institut d'études européennes à Londres[4].

Le 22 Septembre 1991, il épouse Helen "Musa" Train, fille d'un riche banquer de Wall Street (John Train)[2] avec laquelle il aura trois enfants[6].

Relations avec la Russie[modifier | modifier le code]

En 1989, Klebnikov rejoint le magazine américain Forbes et y acquiert une réputation d'enquêteur spécialisé concernant les milieux mafieux russes, et les pratiques de corruption dans le contexte trouble de la libéralisation et des campagnes de privatisation de l'économie russe lors de la période post-soviétiques troubles, période qui a vu l'apparition d'une classe de nouveaux riches dits oligarques auxquels Klebnikov s'intéresse[3].

En 1996, la une du Magazine Forbes est un article intitulé « Parrain du Kremlin ? ", qui compare les manières du magnat russe Boris Berezovsky à celle de la mafia sicilienne. L'article est anonyme, mais Klebnikov est généralement considéré comme son auteur. Il reçoit bientôt reçu des menaces de mort. Il marque alors une pause dans ses relations à la Russie et part vivre avec sa famille à Paris[2].

Le milliardaire Berezovsky poursuit ensuite le journal Forbes pour diffamation devant un tribunal britannique. Comme l'affaire concerne un magazine américain et un citoyen russe et que la plainte est déposée au Royaume-Uni, certains parleront de diffamation touristique[7],[8],[9]. Berezovsky (en 2003) gagne un retrait partiel de l'histoire [10],[11].

Pendant ce temps, Klebnikov poursuit son enquête et publie le contenu élargi de son article dans un livre (intitulé Godfather of the Kremlin : Boris Berezovsky and the Looting of Russia[12]) publié en 2000 dans lequel il présente le magnat russe comme un parrain au Kremlin ayant contribué au pillage des actifs économiques de la Russie dans les années 1990 [3],[12]. Le contenu de ce livre pourrait avoir comme source des entretiens faits avec Alexandre Korjakov, l'ancien chef de la sécurité de Boris Eltsine quand ce dernier était président ; le livre présente l'achat des actifs russes lors de la vague de privatisation lancé par Eltsine comme « le casse du siècle ». Il détaille différents mécanismes présumés de corruption des milieux d'affaires russes, en se concentrant notamment sur Berezovsky[13].

Le livre a eu relativement peu d'écho dans les milieux journalistiques ; Un critique du New York Times l'a salué comme « très détaillé » et « réellement en colère »[13] alors que des journalistes russes ont critiqué le recours à un responsable de l'ex-KGB responsables comme source d'information. Un critique russe l'a décrit comme « une collection de ragots »[2].

En 2003, Klebnikov publie un second livre sur la région, intitulée « Conversation avec un Barbare » sous-titré « Interviews with a Chechen Field Commander on Banditry and Islamn » ; transcription d'un long entretien avec le chef rebelle tchétchène Khozh-Ahmed Noukhayev enregistré à Bakou (Azerbaïdjan) dans lequel Noukhayev donne son point de vue sur l'islam et la société tchétchène[14].

Cette même année 2003, Klebnikov se voit proposer le poste de premier rédacteur en chef de l'édition russe de Forbes. Parce que sa femme et ses enfants ne voulaient pas l'accompagner en Russie, Klebnikov leur promet qu'il ne prend le poste que pour un an seulement[2]. Le magazine n'a produit que 4 numéros avant sa mort, dont un un article portant sur les oligarques (les 100 personnes les plus riches de Russie), qui selon certains commentateurs, pourraient avoir été la cause de son assassinat[2].

Assassinat[modifier | modifier le code]

Le 9 Juillet 2004, alors qu'il quittait les bureaux du magazine Forbes tard dans la nuit, Klebnikov est attaqué dans une rue de Moscou par des inconnus. Ces derniers tirent sur lui à partir d'une voiture roulant lentement. Klebnikov est gravement blessé par quatre balles. Il a survécu un certain temps à ses blessures, mais est mort à l'hôpital après avoir été transporté dans une ambulance où manquait une bouteille d'oxygène, et après que l'ascenseur qui l'emmenait à la salle d'opération de l'hôpital soit tombé en panne[15].

Les autorités russes ont décrit l'attaque comme effectuée par un tueur à gages[15]. Selon l'éditeur russe du journal Forbes, son assassinat est sans aucun doute lié à ses activités de journalisme[16] Plusieurs commentateurs ont émis l'hypothèse que'un article, à l'époque récent, du magazine sur la Russie des 100 personnes les plus riches peut avoir été une des raisons de l'attaque[17].

L'enquête russe[modifier | modifier le code]

En 2006, les procureurs russes ont accusé le chef rebelle tchétchène Akhmed Khozh-Nukhayev (objet de l'un des livres de Klebnikov) d'avoir commandité l'attaque.

Trois tchétchène (Kazbek Dukuzov, Musa Vakhayev, and Fail Sadretdinov) ont été arrêtés et jugés (dans un procès à huis clos) pour cet assassinat, mais tous trois ont été acquittés.

Sadretdinov a ensuite été arrêté et condamné pour d'autres motifs à neuf ans d'emprisonnement, alors que Vakhayev et Dukuzov ont vu leur acquittement annulé par la Cour suprême de Russie, ce qui relance les poursuites contre eux[18]

En Juillet 2007, à l'occasion du « troisième anniversaire » de l'assassiner, le Département d'État américain a protesté contre l'incapacité persistante du gouvernement russe à retrouver les auteurs de ce crime, appelant à une enquête plus approfondie[19]. Le président américain George W. Bush a aussi appelé directement le président russe Vladimir Poutine à l'action[20].

Vakhayev et Dukuzov devaient être rejugé en 2007 (à nouveau dans un procès à huis clos), mais le 17 Décembre, le procès a été reporté à nouveau en raison de l'absence de Dukuzov[20],[21].

En juillet 2009, les autorités russes ont rouvert l'enquête sur cet homicide, déclarant qu'elles ne croyaient plus que Nukhayev avait orchestré l'assassinat, mais qu'il a néanmoins joué un certain rôle dans l'attaque[22].

Héritage[modifier | modifier le code]

En 2004, le Comité pour la protection des journalistes a offert à titre posthume à Klebnikov l'un des quatre premiers Prix CPJ International Press Freedom Awards [23] qui récompense les journalistes les plus courageux et intègres et défend la liberté de la presse.

Une "Fondation Paul Klebnkov" a été créé en la mémoire de P. Klebnikov ; Elle décerne un prix annuel du courage aux journalistes et aide de jeunes journalistes russes à trouver des stages dans les médias occidentaux[24],[25].

D'anciens camarades de classe de Klebnikov (d'Exeter) ont lancé un cycle de « conférence annuelle Klebnikov » pour honorer sa mémoire. La première Conférence Klebnikov a eu lieu le 12 mai 2006, notamment commentée par Jon Karp, ancien de l'école d'Exeter et correspondant du Wall Street Journal[26].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Klebnikov : Godfather of the Kremlin: The Decline of Russia in the Age of Gangster Capitalism, ISBN 0-15-601330-4 (Publié en français sous le titre Parrain du Kremlin: Boris Berezovski et le pillage de la Russie, éditions Robert Laffont, Paris, ISBN 2221094263, traduit par Pierre Lorrain).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Russie: piste tchétchène dans la mort de Klebnikov, Libération, 17 juin 2005.
  2. a, b, c, d, e, f et g Pohl, Otto (May 21, 2005). "The Assassination of a Dream" ; New York. Archived from the original on October 3, 2012. Consulté 2012-10-03.
  3. a, b, c et d "Paul Klebnikov" . The Economist. July 15, 2004. Archived from the original on October 3, 2012. Retrieved October 3, 2012.
  4. a, b et c CBS News, "Klebnikov timeline"  ; consulté 2012-10-05.
  5. Landesman, Paul (December 26, 2004). "Back to Russia, With Love" . The New York Times. Consulté 2012-10-03.
  6. Article intitulé "Helen Train Wed to Paul Klebnikov" publié par le New York Times du 1991-09-23. Consulté 2012-10-05.
  7. Delta, George B.; Matsuura, Jeffrey H. (2008). "Jurisdictional issues in cyberspace". Law of the Internet. 1 (3rd ed.). Aspen Publishers. pp. 3–92. ISBN 0-7355-7559-2. "Berezovsky is the leading case in what has come to be known as “libel tourism"
  8. Crook, Tim (2010). "Defamation law". Comparative media law and ethics. Taylor & Francis. pp. 240–241. ISBN 0-415-55161-7.
  9. Taylor, Daniel C. (November 2010). "Libel Tourism: Protecting Authors and Preserving Comity". Georgetown Law Journal (Georgetown University) 99: 194. ISSN 0016-8092. Retrieved September 23, 2011.
  10. "Shuddup" ; Journal Forbes ; 2003-03-13 ; consulté 2012-10-03.
  11. The following statement appended to the article on the Forbes website summarizes: 'On March 6, 2003 the resolution of the case was announced in the High Court in London. FORBES stated in open court that (1) it was not the magazine's intention to state that Berezovsky was responsible for the murder of Listiev, only that he had been included in an inconclusive police investigation of the crime; (2) there is no evidence that Berezovsky was responsible for this or any other murder; (3) in light of the English court's ruling, it was wrong to characterize Berezovsky as a mafia boss. "Berezovsky Vs. Forbes" Forbes March 31, 2003
  12. a et b Klebnikov, Paul (2000). Godfather of the Kremlin: Boris Berezovsky and the looting of Russia . Harcourt. p. 400. ISBN 0-15-100621-0, ISBN 978-0-15-100621-2. A 2001 edition is entitled Godfather of the Kremlin: The Decline of Russia in the Age of Gangster Capitalism.
  13. a et b Bernstein, Richard (October 13, 2000). "A Tycoon's Meteoric Rise After Russia's Collapse" . The New York Times. Archived from the original on October 3, 2012. Retrieved October 3, 2012.
  14. Myers, Steven Lee (2005-06-17). "Prosecutor Says Chechen Rebel Had Editor Killed" . The New York Times. Archived from the original on October 3, 2012. Retrieved October 3, 2012.
  15. a et b Chivers, C.J.; Arvedlund, Erin E.; Kishkovsky, Sophia (July 18, 2004). "Editor's Death Raises Questions About Change in Russia" . The New York Times. Consulté 2012-10-03.
  16. Poolos, Alexandra. "The Last Independent Newspaper in Russia" . FrontLine. PBS. (lien) Consulté 2012-10-03.
  17. Riccardi, Sherry (February/March 2007). "Iron Curtain Redux" . American Journalism Review. Consulté 2012-10-03
  18. Myers, Steven Lee "2 Suspects Absent in Moscow in Retrial Over Editor’s Killing" (1990-01-16). The New York Times (http://www.nytimes.com/2007/02/16/world/europe/16klebnikov.html?_r=2& lien) ; consulté 2012-10-05.
  19. McCormack, Sean. "Russia: Anniversary of Klebnikov Murder" (July 8, 2007). US Department of State. Consulté 2012-10-05.
  20. a et b Solovyov, Dmitry (17 December 2007). "Russia halts retrial over murdered U.S. reporter" . Reuters. (lien) Consulté 2012-10-05.
  21. Barry, Ellen (July 11, 2009) "Murder Highlights Russian System’s Flaws" ; The New York Times ; consulté 2012-10-05
  22. Brown, Heidi "Russia To Work With U.S. On New Klebnikov Inquiry" (July 10, 2009). Forbes. (http://www.forbes.com/2009/07/10/new-klebnikov-investigation-opinions-summit.html lien]) consulté 2012-10-05
  23. Committee to Protect Journalists, "International Press Freedom Awards 2004" ; Archived from the original on August 11, 2012 ; (lien)consulté 2012-08-11.
  24. "http://www.rferl.org/content/article/1062275.html Fund Gives Russian Editor First 'Courage' Prize"] . Radio Free Europe. October 20, 2005. Consulté 2012-10-05
  25. Paul Klebnikov Fund, "About the Fund", (lien) consulté 2012-10-05.
  26. Jonathan, Karp "http://phillips.exeter.edu/pdfs/karp_klebnikov_assembly.pdf Travels and Truth : In memory of Paul Klebnikov]" (12 mai 2006) (PDF). Phillips Exeter Academy. Consulté 2007-05-31.