Paul Jenkins (peintre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jenkins.

Paul Jenkins

Nom de naissance Paul Jenkins
Naissance
Drapeau des États-Unis Kansas City (Missouri)
Décès (à 88 ans)
New York
Activités Peinture, dessin, sculpture, écriture
Formation Art Students League of New York
Mouvement artistique Abstraction lyrique, Expressionnisme abstrait, Art informel

Compléments

-->

Paul Jenkins, né le à Kansas City (Missouri) et décédé le à New York[1] est un peintre et un écrivain américain des XXe et XXIe siècle, classé par commodité dans les mouvements Abstraction lyrique, ou encore Expressionnisme abstrait alors qu'il est, selon Frank Anderson Trapp[note 1] : « un de ces artistes qu'on aurait du mal à décrire en ces termes, malgré la réciprocité d'influences entre l'Europe et l'Amérique durant l'évolution contemporaine[2]. » D'après Jean Cassou, s'il faut lui mettre une étiquette, celle d'artiste informel lui conviendrait mieux[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Le Kansas City Art Institute où Paul Jenkins a étudié l'art

Formation[modifier | modifier le code]

Jenkins commence à étudier l'art au Kansas City Art Institute, tout en travaillant avec le céramiste James Weldon qui aura par la suite une grande influence sur sa peinture. Attiré par le théâtre, il reçoit une bourse qui lui permet de s'inscrire à la Cleveland Play House[4], une école de théâtre, dans laquelle il travaille surtout sur les décors[5]. Mais la Seconde Guerre mondiale interrompt ses activités artistiques. De 1943 à 1945, il est enrôlé dans l'unité des forces de l'air du Corps des Marines des États-Unis où il sert comme pharmacien [5]. Il réussit quand même à installer une sorte d'atelier dans la bibliothèque où il peint des aquarelles, dessine, et écrit des textes. Après la guerre, il s'installe à Pittsburg, Kansas, où il fait partie d'un groupe d'artistes et d'écrivains soutenus par la mécène Gladys Schmidt. Ces artistes exposent à la galerie Outline dirigée par Elizabeth Rockwell [6]. La galerie Rockwell est le point de rencontre des artistes d'avant-garde, elle est fréquentée notamment par John Cage et Merce Cunningham[5]. En 1948 il part pour New York où il commence s'inscrit au Art Students League [7].

Premiers voyages et premières expositions[modifier | modifier le code]

En 1953, après un voyage en Italie et en Espagne, il s'installe à Paris où il rencontre Jean Dubuffet, Georges Mathieu, Pierre Soulages ainsi que d'autres artistes américains vivant à Paris parmi lesquels le peintre Sam Francis et la sculptrice Claire Falkenstein. Il travaille alors avec des pigments en poudre de Winsor Newton et du chrysochrome (sorte d'émail) En 1955, il a sa première exposition personnelle à la galerie Zoe Dusanne de Seattle, qui lui achète un tableau[8]La même année, il participe au Petit Palais de Paris à l'exposition Artistes étrangers en France[7]. La galerie Stadler de Paris accueille ses œuvres en 1956, tandis qu'à New York, la Martha Jackson Gallery lui consacre une exposition personnelle. John l.H.Baur lui achète le tableau Divining Rod, huile et émail sur toile de 137× 96 5 cm pour le Whitney Museum of American Art. Cette même année, Paul et Esther Jenkins publient chez George Wittenborn, à New York, le livre Observations of Michel Tapié. L'année suivante Peggy Guggenheim achète à la galerie Stadler de Paris le tableau Osage, huile sur toile de 129 5 × 195 6 cm[9], qu'elle donne au New Orleans Museum of Art[8].

Évolution de la pensée[modifier | modifier le code]

Alors qu'il étudiait encore à la Students League, Jenkins s'intéressait déjà aux théories du mystique russe Georges Gurdjieff, en particulier à ses théories sur la transcendance spirituelle et sur sa définition de l'art objectif. Par la suite, Jenkins ayant étudié Carl Gustav Jung et Sigmund Freud, il aurait dû se détacher de sa fascination pour Gurdjieff[10]. Mais Jenkins n'en continue pas moins d'adhérer à la mise en cause de l'art subjectif comme le faisait le maître de l'ésotérisme[11]. Jenkins découvre ensuite les enseignements du bouddhisme zen en même temps que le I Ching traduit du chinois par Richard Wilhem. Sans toutefois comprendre toute la philosophie qui était à la base de l'art oriental exposé dans la William Rockhill Nelson Art Gallery de Kansas city, le jeune artiste s'y attache profondément. Plus tard, il est encore très impressionné par le livre d'Eugène Herrigel Le Zen dans l'art chevaleresque du tir à l'arc (ou selon les versions : Zen et l'Art du tir à l'arc[12].) Dans cet art oriental, Jenkins trouve « quelque chose d'accessible[12]. » qui est à la base de sa recherche artistique.« La beauté qui recèle une violence latente (...), la vie est dangereuse, et ce danger est en partie associé à la beauté[13]. »

Œuvre[modifier | modifier le code]

Les influences[modifier | modifier le code]

Inspiré tout d'abord par l'expressionnisme abstrait de la deuxième génération, Jenkins ne se rattache pas vraiment à ce courant, selon Frank Anderson Trapp, qui pense que cette étiquette ne lui convient pas davantage que « celle d'impressionniste de deuxième génération ne conviendrait à un Gauguin, un Van Gogh ou un Seurat(…) Il est extrêmement intéressant de constater que Jenkins quittait les États-Unis pour l'Europe, au moment même où New York était reconnu comme le principal centre d'innovation dans les arts visuels[13]. »

Bien que proche de Jackson Pollock ou de Mark Rothko, Jenkins préfère s'inspirer de Henri Matisse, Vassily Kandinsky. Il étudie également Gauguin Whistler, Mary Cassatt et il se sent « autant chez lui en Europe qu'aux États-Unis, passant facilement d'un pays à l'autre[13]. »

Technique du peintre[modifier | modifier le code]

Son travail est un mélange des procédés utilisés pour l'émail de potier qu'il a appris avec le céramiste James Weldon, mais également de ceux qu'il a employés pour les décors de théâtre et l'aquarelle. Alain Bosquet a décrit la façon très personnelle qu'avait le peintre d'inventer des méthodes, tout en faisant de son geste une sorte de chorégraphie : « La plus originale consistait à verser les couleurs dans le creux de la feuille ou de la toile qu'il avait incurvée. Ensuite, balancée(…) repliés légèrement ou dépliée, elle forçait les couleur à se concentrer (…) et partant, à trouver leur forme. La chorégraphie s'augmentait ainsi de la chorégraphie imposée par le peintre[14]. » Bosquet décrit aussi une autre invention de Jenkins : l'utilisation d'une baguette qui tenait lieu de pinceau, ou même d'un couteau d'ivoire pour corriger les formes[15]. Toujours selon Bosquet, il ne faut y voir aucun rapport avec l'action painting.

Phénomènes et prismes[modifier | modifier le code]

Dès ses premières peintures, l'artiste qui est aussi philosophe, intitule ses tableaux Phénomènes (Phenomena) par association aux noumènes dans le sens que donnait à ce mot Emmanuel Kant, le potentiel nouménal donnant la substance phénoménale [16].« La couleur est une sensation et non une manifestation extérieure de la nature(…) Je veux démentir l'idée que les concepts formels n'ont aucun rapport avec les exigences informelles. La couleur n'est pas une chose simple (…) elle doit être dotée de signification (…) elle n'est pas interchangeable(…) aucune autre couleur ne doit pouvoir la remplacer sur la toile car elle est unique en soi[17]. »

La matière peinture est pour Jenkins un sujet en elle-même. Elle ne représente pas quelque chose, elle « est » (dans le sens : exister)[18]. L'intensité prismatique des couleurs se retrouve dans toutes ses toiles, quel que soit le titre qu'il leur donne (Phénomène ou Phénomène prisme), ce qui exclut toute possibilité de description formelle. « Ses œuvres font plutôt penser à des objets naturels, à des feuilles, par exemple[19] »

Phenomena Prism Emissary [20], (1984, 236,2 × 198,1 cm, est réalisé sur un fond de verni qui réagit au contact de la peinture produisant un effet de tache d'huile dans l'eau[19]. Phenomena Astral Tundra (1985-1986), acrylique sur toile 195 5 × 401 cm[21] par ses dimensions et sa composition est proche du mural, avec des lignes horizontales sur la partie gauche, et d'autres verticales sur la partie droite. Celle de la partie droite ont un très fort effet figuratif qui est brisé par l'intervention, au milieu du tableau, d'une ligne rouge très forte côté droit et une ligne plus faible, noire et grise côté gauche. Le tableau est présenté sur le site de la Redfern Gallery sous le titre Les Anglonautes [22]

Ces lignes séparatrices sont une manière de canaliser les forces créatrices et de leur imposer une discipline, car pour l'artiste, « Ce n'est pas la méthode qui est signifiante. Elle n'est que la grammaire de l'intention, de la pensée, et de l'idée (...) Mais il y a d'abord la sensation, à la fois perceptive et réceptive. Et avec elle, l'expérience de découvrir et de connaître ce que l'on n'a pas le temps de s'expliquer dans l'instant même[23]. »

Sélection d'œuvres majeures[modifier | modifier le code]

le Palais des beaux-arts de Lille où Paul Jenkins a été exposé en 2005

Il est possible de voir les œuvres de Paul Jenkins exposées au Palais des beaux-arts de Lille du 17 septembre au 20 novembre 2005 sur le site de la « Fondation Demeures du Nord »

Sélection d’expositions :

Paul Jenkins, rétrospective, Museum of Fine Arts, Houston, 1971

Paul Jenkins, rétrospective, San Francisco Museum of Art, San Francisco, 1972

Paul Jenkins, œuvres majeures, Musée Picasso, Antibes, 1987

Paul Jenkins, œuvres majeures, Palais des Beaux-Arts, Lille, 2005

Un Art Autre autour de Michel Tapié, Christie’s Paris, 2012

Paul Jenkins, Galerie Diane de Polignac, Paris, février-mai 2014

Œuvres localisées[modifier | modifier le code]

Chrysler Museum of Art de Norfolk (Virginie).

Œuvres non localisées[modifier | modifier le code]

  • Taino 1953, huile et chrysochrome sur toile 129,5 × 79 cm, non localisé[47]
  • Shooting the Sun 1956, huile et chrysochrome sur toile 162,5 ×129,5 cm, non localisé[48]
  • Eyes of the Dove 1958, huile et chrysochrome sur toile 101 × 76 cm, non localisé[49]
  • Lunar Moth 1958, huile et chrysochrome sur toile 99 × 89 cm, non localisé[50]
  • Phenomena Missing Trinity 1961, acrylique sur toile, 139 × 97 cm, collection privée, Paris[51].
  • Phenomena Leopard Pass 1964, acrylique sur toile 70,5 × 160 cm, collection privée Paris[52]
  • Phenomena Fly Sphinx (1966-1967), acrylique sur toile, 101 × 66 cm, collection privée, Paris[53].
  • Phenomena Track the Wind (1980), acrylique sur toile, 91,5 × 61 cm, collection privée, New York[41].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Kenneth B.Sawyer et Pierre Restany, The Paintings of Paul Jenkins, Paris, Two Cities,‎ 1961, 125 p.
    les éditions Two Cities ont édité une revue bilingue de 1959 à 1964 : Two Cities
  • Alain Bosquet, Paul Jenkins, Paris, Henri Veyrier - Librairie de l'avenue,‎ 1982 et 1990, 63 p. (ISBN 978-2851992734)
  • Paul Jenkins, œuvres : catalogue de l'exposition au Musée Picasso d'Antibes 18 mai- 28 juin 1987, ouvrage collectif, Antibes,‎ 1987, 104 p. (ISBN 2-7186-0321-X6)
    l'ouvrage comporte des textes de Frank Anderson Trapp, André Verdet, Paul Veyne, Édouard Jaguer, Michel Tapié, Paul Jenkins, Pierre Restany, Jean Cassou
  • Jean Cassou et Paul Jenkins, Jenkins : Dialogue entre Paul Jenkins et Jean Cassou, Paris, Éditions de la Galerie Karl Flinker,‎ 1967, 67 p.
  • (en) Albert Edward Elsen, Paul Jenkins, New York, Abrams,‎ 1974, 288 p. (ISBN 978-081090215X)
  • Albert E. Elsen, Paul Jenkins, Paris, Éditions Horay, 1973

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. mort en 2005, Trapp a a été pendant vingt ans directeur du Mead Art Museum à Amherst (Massachusetts)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décès du peintre américain Paul Jenkins
  2. Frank Anderson Trapp section "Prismes brisés" Collectif Antibes 1987, p. 15
  3. Cassou-Jenkins, p. 10
  4. site officiel de la Cleveland Play House
  5. a, b et c Frank Anderson Trapp chapitre Prismes brisés Collectif Antibes 1987, p. 9
  6. notice sur la galerie d'Elizbeth Rockwell
  7. a et b Cassou-Jenkins, p. 66
  8. a et b Collectif Antibes 1987, p. 98
  9. voir Osage
  10. Elsen, p. 52
  11. Elsen, p. 53
  12. a et b Elsen, p. 56
  13. a, b et c Frank Anderson Trapp section "Prismes brisés" Collectif Antibes 1987, p. 14
  14. Bosquet 1982, p. 38
  15. Bosquet 1982, p. 40
  16. Bosquet 1982, p. 42
  17. Bosquet 1982, p. 45
  18. Frank Anderson Trapp section "Prismes brisés" Collectif Antibes 1987, p. 20
  19. a et b Frank Anderson Trapp section "Prismes brisés" Collectif Antibes 1987, p. 22
  20. voir Phenoma prism emissary
  21. Frank Anderson Trapp section "Prismes brisés" Collectif Antibes 1987, p. 12-13
  22. voir les Anglonautes, tout en bas de l'image figure le titre original
  23. Elsen, p. 159
  24. Elsen, p. 184
  25. Elsen, p. 193
  26. Elsen, p. 185
  27. Elsen, p. 199
  28. Cassou-Jenkins, p. 63
  29. Cassou-Jenkins, p. 67
  30. Elsen, p. 97
  31. Elsen, p. 163
  32. Collectif Antibes 1987, p. 80
  33. Elsen, p. 111
  34. Elsen, p. 113
  35. Elsen, p. 119
  36. Elsen, p. 131
  37. Collectif Antibes 1987, p. 30
  38. Elsen, p. 175
  39. Collectif Antibes 1987, p. 35
  40. Collectif Antibes 1987, p. 34
  41. a et b Collectif Antibes 1987, p. 31
  42. ancienne Fondation Van Gogh
  43. voir la reproduction
  44. Collectif Antibes 1987, p. 28
  45. Collectif Antibes 1987, p. 37
  46. Collectif Antibes 1987, p. 17
  47. Collectif Antibes 1987, p. 55
  48. Collectif Antibes 1987, p. 53
  49. Collectif Antibes 1987, p. 52
  50. Collectif Antibes 1987, p. 56
  51. Restany Sawyer 1961, p. 64
  52. Collectif Antibes 1987, p. 70
  53. Collectif Antibes 1987, p. 81

Liens externes[modifier | modifier le code]