Paul Hankar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paul Hankar
Image illustrative de l'article Paul Hankar
Maison Hankar (1893) à Saint-Gilles (Bruxelles)
Présentation
Naissance 11 décembre 1859
Frameries, Belgique
Décès 17 janvier 1901 (à 42 ans)
Bruxelles, Belgique
Nationalité Drapeau de la Belgique Belgique
Mouvement(s) Art nouveau
Activité(s) Architecte
Œuvre
Réalisations Maison Hankar
Hôtel Ciamberlani

Paul Hankar, architecte et designer belge né le 11 décembre 1859 à Frameries et mort le 17 janvier 1901 à Bruxelles, a été l’un des principaux représentants de l’Art nouveau à Bruxelles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hôtel Ciamberlani (1897) à Ixelles après restauration
Monument Willems (1899) à Gand, par le statuaire Isidore De Rudder. Le piédestal est conçu par Hankar

Après une formation de sculpteur, il étudia à l'Académie des beaux-arts de Bruxelles où il rencontre Victor Horta avec qui il se lie d'amitié avant de devenir un de ses concurrents. Il étudia également la technique du fer forgé qu’il utilisera dans la plupart de ses projets.

En 1896 Hankar eut une première consécration officielle lorsque le Cercle Artistique lui dédia une exposition ainsi qu’à Duyck et Crespin, qui remporta un grand succès et fut fort louée par Khnopff, malgré certains avis mitigés de critiques[1].

Lors de l'Exposition universelle de 1897 à Bruxelles, il fut chargé avec Henry Van de Velde, Gustave Serrurier-Bovy et Georges Hobé de concevoir l’Exposition congolaiseTervuren) où le nouveau style Art nouveau s’exprime avec vigueur. En 1888, il débuta son activité d'architecte et de créateur de meubles à Bruxelles et il collabora avec Adolphe Crespin, décorateur d'intérieur et spécialiste des sgraffites. En 1893, il construisit sa propre maison, la Maison Hankar qui est considérée comme le premier bâtiment Art nouveau à Bruxelles en même temps que le célèbre Hôtel Tassel construit par Victor Horta.

Chez Paul Hankar, l'usage des structures métalliques ne revêt pas la même allure de manifeste que chez Victor Horta. Hankar recherche davantage les effets colorés procurés par les matériaux et adopte pour le décor des façades les sgraffites au caractère narratif pour lesquels il fait appel à son ami, le peintre-affichiste Adolphe Crespin.

Paul Hankar lance aussi la mode des fenêtres rondes aux châssis de bois d'une inégalable finesse. Dans le travail du bois, il associe de façon très personnelle la complexité des ornements gothiques et japonisants. Contrairement à Horta qui reste fidèle à un décor abstrait, Hankar et de nombreux artistes de l'Art nouveau recourent à un répertoire ornemental directement emprunté à la nature : fleurs, insectes, reptiles …

En 1896, il élabora le projet de la « Cité des Artistes » pour la station balnéaire de Westende, une coopérative d’artistes qui y auraient logements et ateliers. Bien que ce projet n’ait jamais vu le jour, il inspira les artistes de la Künsterkolonie de Darmstadt et de la Sécession viennoise. L’année suivante, il participe à l'Exposition coloniale de Tervuren pour laquelle il est responsable de la coordination des travaux des différents artisans ou fabricants de meubles.

La plupart de ses constructions se trouvent à Bruxelles parmi lesquelles la maison Zegers-Regnard (1895), la maison et pharmacie Peeters (1896), l'hôtel Renkin, (1897, aujourd'hui disparu), l'hôtel Ciamberlani (1897), la maison du peintre René Janssens (1898), l'hôtel Kleyer (1898), la maison-atelier Bartholomé (1898, aujourd'hui disparue), la chemiserie Niguet (1899). Il est également l’auteur du palais Chávarri à Bilbao, construit pour l’homme d’affaires Víctor Chávarri en 1889.

Sa tombe se trouve au Cimetière du DiewegUccle, une commune de Bruxelles).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Loyer, Paul Hankar, la naissance de l'Art Nouveau, Bruxelles, AAM, 1986
  • François Loyer, Dix ans d'Art Nouveau: Paul Hankar architecte, Bruxelles, CFC, 1991

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ainsi, Henri Van Dievoet écrit dans la Chronique des Travaux Publics et de la Finance, 2 février 1896 : "M. Paul Hankar est un des jeunes architectes dont on discute le plus la valeur et les tendances – nous ne discuterons ni l’une ni les autres. Nous serons peut-être amené à dire que nous nous sentons peu porté vers cette architecture rationnelle ou baroque, très prisée ou conspuée selon les aspirations. Nous nous plaisons à constater l’effort fait par l’artiste pour produire des œuvres sortant autant que faire se peut des sentiers battus". (Cité par François Loyer, Paul Hankar, la naissance de l'Art Nouveau, Bruxelles, AAM, 1986, p. 249, note 274). Contrairement à ce que certains écrivent, comme par exemple dans le site "Opale" (consulté le 25 mars 2013) où l'on peut lire : "Il semblerait que Van Dievoet passe aussi quelque temps comme collaborateur chez Paul Hankar (1859-1901)", Henri Van Dievoet n'a jamais collaboré avec l'architecte Paul Hankar, dont l'oeuvre d'ailleurs lui inspirait un avis mitigé. Et contrairement à ce qu'on peut lire dans ce même site "Opale", "En tout cas, l’influence de ces deux maîtres (Acker et Hankar) est notable", on ne trouve aucune influence de Hankar dans l'oeuvre de Henri Van Dievoet.

Liens externes[modifier | modifier le code]

La Maison personnelle de l'architecte Paul Hankar à Saint-Gilles[1]

Sur les autres projets Wikimedia :