Paul Frolich

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fröhlich.

Paul Frolich (également orthographié Paul Frölich, ou parfois Paul Fröhlich), historien, essayiste et militant communiste allemand, né le 7 août 1884 à Leipzig, mort le 16 mars 1953 à Francfort.

Issu d'une famille ouvrière, Paul Frölich adhère très tôt aux idées du marxisme et rejoint le SPD. En 1914, il fait partie des opposants à la guerre, et rompt avec la direction du SPD (favorable à la guerre). Il participe en 1916 à la conférence internationale anti-militariste de Kienthal, participe au groupe spartakiste de Brême, puis rejoint les Internationalen Kommunisten Deutschlands (IKD, Communistes Internationaux d'Allemagne). Il est emprisonné en 1918 pour son militantisme pacifiste. Il est libéré par la révolution de novembre 1918.

En décembre 1918, les IKD fusionnent avec la Ligue spartakiste et fondent le Parti communiste d'Allemagne (KPD). Paul Frolich fait partie des 12 élus à la centrale de coordination du KPD, où il côtoie Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht.

Il est plus tard délégué du KPD au troisième congrès de l'Internationale communiste.

Suite à la stalinisation du KPD, il rejoint l'opposition interne, critique la direction de l'Internationale et la politique menée en URSS, ce qui lui vaut d'être exclu en 1928.
Il participe alors à la création du KPD-O (KPD-Opposition). En 1932, il fait partie des militants du KPD-O qui fusionnent avec le SAPD (Parti socialiste des travailleurs d'Allemagne).

Suite à l'arrivée au pouvoir des nazis, le SAPD est interdit et Frolich est emprisonné en 1933 au camp de concentration de Lichtenburg. Il réussit à s'évader en 1934 et rejoint la Tchécoslovaquie puis la France. Il défend au sein du SAPD en exil des positions politiques luxemburgistes.

À Paris, il rédige une biographie de Rosa Luxemburg.

Il passe la Seconde Guerre mondiale aux USA, puis retourne en Allemagne (RFA) en 1950, où il meurt trois ans plus tard.

Ecrits[modifier | modifier le code]

  • 1919 : Der Weg zum Sozialismus (La Tâche du socialisme).
  • 1920 : Die Bayrische Räte-Republik, Frankes Verlag, Leipzig, sous le pseudonyme de Paul Werner.
  • 1922 : La Terreur blanche en Allemagne.
  • 1928 : Die deutsche Sozialdemokratie, Vierzehn Jahre im Bunde mit dem Kapital (La Social-démocratie, 14 ans au service du Capital) (avec Albert Schreiner).
  • 1939 : Rosa Luxemburg. (référence de la traduction en français : ISBN 2-7384-0755-2)
  • 1949 : Zur Krise des Marxismus (La Crise du marxisme).
  • édition posthume : Beiträge zur Analyse des Stalinismus (Contribution à l'analyse du stalinisme
  • 2012 : Autobiogaphie ((1890-1921)parcours d'un militant internationaliste allemand de la social-démocratie au parti communiste (ed Science Marxiste)