Paul Emond

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Paul Emond est un romancier, auteur dramatique (ses pièces sont publiées Éditions Lansman) et essayiste belge né à Bruxelles en 1944[1], membre de l’Académie royale de langue et de littérature française de Belgique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul Emond trouve très tôt son bonheur dans la littérature notamment au travers des romans de Jules Verne. Il effectue ses études secondaires à Bruxelles entre 1956 et 1961 où il continue de « dévorer » de grands auteurs tels que Dostoïevski, Lautréamont ou bien encore Dumas.

Il poursuit ensuite des études de lettres à l'université catholique de Louvain, où il obtient une licence en philologie romane et devient peu après assistant dans la même université et passe une thèse de doctorat sur l'œuvre du romancier Jean Cayrol.

Durant la même période, il se lie d'amitié avec le poète Alexis Gayo. Il séjourne en Tchécoslovaquie de 1973 à 1977 où il découvre tout un pan de l'activité culturelle et théâtrale pragoise qui lui font forte impression, il s'imprègne entre autres des œuvres de Kundera, Kafka, et des textes de Vancura, Hrabal ou bien encore Karel Čapek.

C'est là qu'il commence la rédaction de son premier roman, La danse du fumiste, publié en 1979. À Prague, il rencontre Maja Polackova, avec laquelle il se marie et qui développe à ses côtés une œuvre importante d'artiste plasticienne.

De retour en Belgique, il rencontre Georges Perec en 1980 et devient attaché scientifique aux Archives et musées de la littérature où il est responsable des archives théâtrales.

C'est dans ce contexte que Philippe Sireuil alors directeur du théâtre Varia lui commande sa première pièce, Les pupilles du tigre, créée en 1986. Une vingtaine de pièces originales et presque autant d'adaptations théâtrales suivront.

Dès 1988, il donne des cours à temps partiel à l'Institut des arts de diffusion (IAD), activité qu'il exerce à temps plein à partir de 1993 en quittant les archives littéraires tout en continuant à écrire. Il est également, pendant quelques années, professeur à l'École des arts visuels de La Cambre.

En 1995, Paul Emond reçoit le prix Herman Closson[2] de la SACD pour l'ensemble de son œuvre de théâtre[3].

Le 8 janvier 2011, il est élu au fauteuil 1 de l'Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique[4].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Listes de son œuvre[5].

Romans[modifier | modifier le code]

  • La danse du fumiste, Éditions Jacques Antoine, 1979, puis Labor, Espace Nord (Prix de la CF de Belgique).
  • Plein la vue, Éditions Jacques Antoine,1981, puis Labor, Espace Nord.
  • Paysage avec homme nu dans la neige, Éditions Dur-an-ki, 1982, puis Labor, Espace Nord.
  • Tête à tête, Éditions Les Eperonniers, 1989, puis Labor, Espace Nord.
  • La visite du plénipotentiaire culturel à la basilique des collines, Labor, 2005.

Autres fictions narratives[modifier | modifier le code]

  • "Profils presque perdus", dans Maja Polakova, L'homme des villes, CFC Éditions, 1998.
  • "Abraham et la femme adultère", dans Jacques De Decker et Paul Emond, Histoires de tableaux, CFC Éditions, 2005.
  • L'homme aux lunettes blanches et autres récits, Éditions La Muette, 2011.
  • Les vingt-quatre victoires d'étape du peintre Belgritte, Maelström 2013.

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Les pupilles du tigre, Éditions Didascalies, 1986.
  • Convives, Les Eperonniers, 1990 (Prix triennal du théâtre 1993)
  • Inaccessibles amours, Théâtre Ouvert, 1992, puis Éditions Lansman.
  • Moi, Jean-Joseph Charlier, dit Jambe de bois, héros de la révolution belge, Cahiers du Rideau de Bruxelles, 1994.
  • Malaga, Éditions Lansman, 1995.
  • Caprices d’images, Théâtre Ouvert, 1996, puis Éditions Lansman.
  • À l’ombre du vent, Éditions Lansman, 1998.
  • Le Royal, Éditions Lansman, 1998.
  • Grincements et autres bruits, Éditions Lansman, 1999.
  • Quatuor, Alternatives théâtrales, n°60, 1999.
  • Seul à Waterloo, seul à Sainte-Hélène, Éditions Lansman, 2000.
  • Contes de l’errance 1 (avec Gilles Boulan et Jean-Daniel Magnin), Éditions. Lansman, 2002.
  • Survie dans Cinq petites comédies pour une Comédie, Éditions Lansman, 2003.
  • Contes de l’errance 2 (avec Gilles Boulan et Jean-Daniel Magnin), Éditions Lansman, 2004.
  • Les îles flottantes, Éditions Lansman, 2005.
  • Le sourire du diable, Éditions Lansman , 2007.
  • Histoire de l’homme, tome 1, Éditions Lansman, 2007.
  • Il y a des anges qui dansent sur le lac, Éditions Lansman, 2009.
  • Mon chat s'appelle Odilon - Tête à tête, Éditions Lansman, 2009.
  • La danse du fumiste (adaptation du roman du même nom), Cahiers du Poème 2, 2011

Traductions et adaptations théâtrales[modifier | modifier le code]

  • Le Roi Lear de Shakespeare, Cahiers du Rideau de Bruxelles, 1994.
  • Le Marchand de Venise de Shakespeare, Éditions Lansman, 1995.
  • Les Bacchantes d’Euripide, Éditions Lansman, 1997.
  • La Grande Magie d’Eduardo de Filippo, Le Cri, 2003.
  • Tristan et Yseut, Maelström, 2007.
  • Nous sommes tous des K (libre adaptation du Château de Kafka), Lansman, 2013.

Essais[modifier | modifier le code]

Traductions romanesques[modifier | modifier le code]

  • Une saison à Paris de Dominik Tatarka, traduit du slovaque avec Maja Polackova, Éditions de l’Aube, 1993.
  • Le Producteur de bonheur de Vladimir Minac, traduit du slovaque avec Maja Polackova, Labor, 1995.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Biographie de Paul Emond sur www.aneth.net, consulté le 14 mai 2011.
  2. Biographie, consulté le 14 mai 2011
  3. "Théâtre-contemporain.net"
  4. http://www.arllfb.be/composition/successions.html
  5. Son oeuvre www.aneth.net, consulté le 14 mai 2011.

Liens externes[modifier | modifier le code]