Paul Émile Diou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Paul Emile Diou)
Aller à : navigation, rechercher

Paul Émile Diou (1855-1914) est un général de brigade français de la IIIe République. Il est mort au champ d'honneur lors de l’offensive française en Lorraine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul Émile Diou naît le 25 octobre 1855 à Saint-Julien-lès-Metz[1]. Ayant opté pour la nationalité française le 28 mars 1872, il s'engage l'année suivante dans l'armée française. Il entre aussitôt à l'École spéciale militaire de Saint-Cyr, et en ressort sous-lieutenant au 69e régiment d'infanterie en octobre 1875[1]. Il est promu lieutenant dans le 110e régiment d'infanterie en 1880. L'année suivante, il est envoyé en Tunisie, où il retourne en 1882. De retour en France, il est promu capitaine au 45e régiment d'infanterie en 1885. Là, il enseigne à l’École spéciale militaire, avant d'être de nouveau affecté au 69e régiment d'infanterie.

Nommé chef de bataillon au 4e régiment de tirailleurs algériens en décembre 1895, le major Diou est envoyé en Tunisie, où il reste jusqu'en novembre 1900. Pour son action, il reçoit la Médaille coloniale, puis la Légion d'honneur le 29 décembre 1896[1]. Le 7 novembre 1900, il est envoyé avec le corps expéditionnaire en Indochine, au Tonkin alors en guerre. Il retourne en Tunisie en octobre 1901. là, il est promu lieutenant-colonel en 1903. Affecté d'abord au 121e régiment d'infanterie, Diou est affecté en 1906 au 2e régiment de Tirailleurs algériens, stationné en Algérie. Il participe à des opérations de pacifications au Maroc, et dans le Sahara. Le lieutenant-colonel Diou est cité en 1908 pour son action à Casablanca, avant d'être affecté au 86e régiment d'infanterie.

Paul Diou est promu colonel en février 1908 et nommé commandant du 81e régiment d'infanterie. Pour son action au combat, il est promu officier de la Légion d'honneur le 12 juillet 1910[1]. En juin 1912, il est nommé commandant par intérim de la 63e brigade d'infanterie à Narbonne. Il est promu général de brigade le 21 décembre 1912. Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, le général Diou commande toujours la 63e brigade d'infanterie. Lors de l'offensive française en lorraine, le 20 août 1914, Paul Émile Diou est grièvement blessé dans la région de Morhange. Il décèdera trois jours plus tard à Dieuze.

Une plaque commémorative est apposée sur sa maison natale à Saint-Julien-lès-Metz. L'un des Forts de Metz, sur le mont Saint-Quentin, porte aujourd'hui son nom. Le corps du Général Diou repose au milieu de ses soldats au cimetière militaire du Cutting (Moselle).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Dossier LH/779/55 sur la Base Leonore

Sources[modifier | modifier le code]