Paul Drude

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Paul Drude

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Paul Karl Ludwig Drude

Naissance 12 juillet 1863
Brunswick (Allemagne)
Décès 5 juillet 1906 (à 42 ans)
Berlin (Allemagne)
Nationalité Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Champs physicien
Institutions Université Humboldt de Berlin
Université de Giessen
Renommé pour le modèle de Drude

Paul Karl Ludwig Drude (12 juillet 18635 juillet 1906) était un physicien allemand spécialisé dans l'optique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Brunswick d'un père médecin, il est le demi-frère du botaniste Carl Georg Oscar Drude. Paul Drude a commencé ses études en mathématiques à l'université de Göttingen, mais s'est ensuite dirigé vers la physique. C'est sous la direction de Woldemar Voigt qu'il termine son doctorat en 1887 et rédige un mémoire portant sur la réflexion et la diffraction de la lumière dans les cristaux[1].

En 1894 il est nommé professeur à l'université de Leipzig et épouse Emilie Regelsberger, fille d'un avocat de Göttingen avec laquelle il eut quatre enfants.

En 1900 il obtient le poste d'éditeur de la revue scientifique Annalen der Physik.

Il enseigne à l'université de Giessen de 1901 à 1905 et est promu directeur du département de physique de l'université de Berlin.

En 1906 il devient membre de l'Académie de Berlin.

Il met fin à ses jours le 5 juillet 1906[1].

Ses travaux[modifier | modifier le code]

Paul Drude a mené ses premières expériences en mesurant avec une grande précision, les constantes optiques de divers solides. Ses travaux ont ensuite consisté en la dérivation de relations entre constantes optiques et électriques et la structure physique de la matière.

En 1894, il a introduit le symbole "c" (pour célérité) afin de désigner la vitesse de la lumière dans le vide. Durant son mandant à l'université de Leipzig, il a écrit un manuel d'optique Lehrbuch der Optik, publié en 1900, qui réunit pour la première fois l'optique et l'électricité[2].

En 1900, il a développé un modèle (le modèle de Drude) expliquant les propriétés thermiques, électriques et optiques de la matière qui sera repris en 1933 par Arnold Sommerfeld et Hans Bethe et deviendra alors le modèle Drude-Sommerfeld.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :