Paul Deliège

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Deliège (homonymie).

Paul Deliège

Activités Dessinateur
Scénariste de bande dessinée
Naissance 21 janvier 1931
Drapeau : Belgique Olne, Belgique
Décès 7 juillet 2005
Drapeau : Belgique Liège, Belgique
Langue d'écriture Français
Genres Humour

Œuvres principales

Paul Deliège, né le 21 janvier 1931 à Olne (Belgique) et mort le 7 juillet 2005 à Liège (Belgique), est un auteur et scénariste belge francophone de bande dessinée, principalement connu pour les séries Bobo et Les Krostons.

En 1959, il entre aux éditions Dupuis et le journal Spirou, où il lance avec Vicq la série Théophile. Au début des années 1960, il est le principal auteur des mini-récits du journal Spirou où, en compagnie de Maurice Rosy, il crée la série Bobo. Puis il donne naissance, seul, à Cabanon et à Superdingue. Comme scénariste, il crée la série Les Krostons pour Arthur Piroton, avant de reprendre le dessin dès la deuxième histoire, puis il scénarise Youk et Yak pour Noël Bissot, Petit-Cactus pour Salvérius, Sam et l'Ours pour Lagas et surtout plusieurs histoires de la série Sibylline pour Raymond Macherot. Dans les années 1980, il anime Le Trou du souffleur dans Spirou avant de prendre sa retraite en 1996.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Paul Deliège naît le 21 janvier 1931 à Olne, en Belgique, d'un père gendarme. Pour ses premiers dessins il copie des œuvres de Walt Disney, notamment Blanche-Neige et les Sept Nains, avant de commencer à produire des travaux personnels. Dans sa jeunesse, il lit Cri-Cri, Le Journal de Mickey ou encore Fillette, des romans de Jules Verne, Victor Hugo ou Alexandre Dumas, et regarde les dessins animés de Mickey Mouse et des Trois Petits Cochons[1]. Avant 1957, il commence à travailler dans le milieu du textile à Verviers et, dans le même temps, suit pendant un an des cours par correspondance à l'école ABC de Paris[2].

Débuts dans la bande dessinée[modifier | modifier le code]

Son premier contact avec le milieu de la bande dessinée est une lettre envoyée à Raymond Macherot en mars 1957. Ce dernier l'invite chez lui pour le rencontrer. À la vue de ses dessins réalistes, il lui conseille d'opter pour le dessin humoristique et de présenter son travail au journal Tintin. Il est toutefois recalé par les responsables de ce magazine qui lui disent de revenir quand son dessin se sera amélioré[2].

La première bande dessinée publiée de Paul Deliège paraît dans le quotidien généraliste belge Le Soir en 1955 et s'intitule Félicien et les Romanis[1]. Cette histoire raconte l'aventure du beau Félicien, qui rencontre des Romanichels dans les bois[3]. Des planches qu'il présente d'abord chez Dupuis sont acceptées, mais Maurice Rosy, le directeur artistique qui l'a reçu, l'envoie à son tour chez le concurrent Tintin, où il est cette fois accepté[1]. Devant produire une nouvelle histoire pour le journal Spirou, il envoie ses planches de Félicien et les Romanis au Soir. Il quitte son travail dans le textile, un secteur en crise[2], pour entrer chez Dupuis, où son premier travail est celui de lettreur : il écrit les textes en flamand dans le bureau de dessin[3].

Entrée à Spirou[modifier | modifier le code]

La première publication de Paul Deliège dans le journal Spirou est une histoire complète de quatre planches de Félicien et les Romanis publiée dans le no 1055 daté du 3 juillet 1958 et intitulée Félicien fait du camping[4]. Il continue néanmoins à produire le lettrage flamand jusqu'au 31 janvier 1960, date à laquelle il s'installe à son compte. Il se lance alors dans une nouvelle série, Théophile, dont l'ambiance trahit l'influence de Raymond Macherot[3].

Un nouveau héros : Bobo[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bobo (bande dessinée).

Depuis le no 1107 du 2 juillet 1959, Spirou publie des histoires complètes sous forme de mini-récit de trente-deux pages. La rédaction du journal doit commander sans arrêt des récits, aussi bien à ses auteurs vedettes qu'à des débutants comme Paul Deliège[5]. Maurice Rosy lui propose alors un mini-récit avec un héros qu'il a déjà inventé : Bobo, un bagnard qui aurait comme idée fixe de s'évader de sa prison. Cet anti-héros a déjà été accepté par Charles Dupuis, bien qu'il soit à mille lieues du héros idéal qu'apprécie le grand patron de Spirou. Les deux auteurs se répartissent ainsi le travail : Maurice Rosy écrit le scénario et réalise le crayonné, alors que Paul Deliège s'occupe de l'encrage[6] et de l'écriture des dialogues[2].

La première histoire de Bobo, intitulée simplement Bobo s'évade, est publiée dans le no 1204 du 11 mai 1961[7]. Avant cela, Paul Deliège signe dans le no 1202 un autre mini-récit d'une éphémère série, Sosthène. La réalisation d'un mini-récit prend environ quinze jours à Deliège, mais il arrive que pour des raisons de temps, il soit obligé de le faire en une journée[3]. La série Bobo a rapidement du succès et occupe le haut du tableau dans les référendums sur les mini-récits organisés par le journal[2].

Parallèlement à Bobo, Deliège crée la série Le Père Bricole pour Le Soir en 1963[8]. Dans Spirou, il anime de nombreuses séries : éphémères, comme Hercule et les autres à partir du no 1293 (24 janvier 1963), Bébert à partir du no 1341 (26 décembre 1963) ou encore Félix à partir du no 1404 (11 mars 1965), ou bien plus marquantes, comme Cabanon à partir du no 1421 (8 juillet 1965), Superdingue à partir du no 1517 (11 mai 1965)[4], ainsi que deux courtes histoires de Bigoudi en 1966 qu'il signe sous le pseudonyme de Célestin[8].

En 1969, Paul Deliège arrête la publication de Bobo à cause d'un différend avec Maurice Rosy. Celui-ci à l'époque travaille avec un de ses amis, Maurice Kornblum, qui signe les planches de la série sans pour autant y participer. Mécontent de ce procédé, Paul Deliège abandonne Bobo pour se consacrer aux Krostons. Maurice Rosy récupère intégralement le dessin de la série, mais l'abandonne cinq ans plus tard, lassé, et revend ses droits aux éditions Dupuis[9].

La période Krostons[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Les Krostons.

En 1968, alors qu'il vient d'abandonner Bobo, Paul Deliège contacte son ami Arthur Piroton, un dessinateur réaliste, dont le trait est proche de celui d'Alex Raymond, pour produire une bande dessinée avec des petits personnages qu'il dessine sur un coin de table. Il a l'idée d'en faire des personnages qui sortent de la planche à dessin de l'auteur et qu'il nomme les Krostons[8], d'après le mot wallon qui signifie « bout de pain »[2]. Arthur Piroton dessine la série, hormis les trois personnages Krostons, plus humoristiques, que se réserve Deliège. La première histoire, intitulée La Menace des Krostons parait dans le no 1589 de Spirou. Elle est signée « Max Ariane », un pseudonyme utilisé par les deux auteurs qui est en fait le nom du dessinateur qui fait naître les Krostons dans l'histoire. Malgré un certain succès auprès des lecteurs du journal, la seconde histoire ne paraît que deux ans plus tard, Arthur Piroton ayant abandonné la série pour se consacrer à Jess Long, sur un scénario de Maurice Tillieux. Deliège récupère alors seul le graphisme de la série. Pour la première fois, il doit adapter son trait pour qu'il paraisse réaliste, alors que jusqu'ici il était plutôt habitué au dessin humoristique ou semi-réaliste. Il a beaucoup de mal à réaliser cette deuxième histoire[8].

Durant cette période, Paul Deliège commence à écrire, sur demande de plusieurs dessinateurs, des scénarios pour les séries Le Baron et Youk et Yak de Noël Bissot, Petit-Cactus de Salvérius et Sam de Lagas, qui paraissent sous forme de mini-récit, et surtout pour Sibylline de Raymond Macherot[4], un auteur qu'il admire. Pour les premiers auteurs, il écrit entièrement le scénario, alors que Macherot lui donne une vague idée de l'histoire à écrire[10].

Paul Deliège récupère Bobo[modifier | modifier le code]

Après cinq ans, Maurice Rosy abandonne la série Bobo par lassitude et vend sa part aux éditions Dupuis[9]. Le rédacteur en chef de Spirou, qui lui cherche un successeur, propose alors naturellement à Paul Deliège de récupérer sa série[11]. Entre-temps, la série est sortie du cadre des mini-récits pour intégrer les pages régulières de l'hebdomadaire sous forme de gags d'une planche, d'histoires complètes ou d'histoires à suivre de quarante-quatre planches. Bobo nouvelle mouture apparaît dans le no 1850 du 27 septembre 1973, avec une histoire complète de deux planches[12]. Cette même année, il produit la troisième histoire des Krostons ou il abandonne complètement le dessin réaliste pour ne garder que l'aspect humoristique avec lequel il se sent plus à l'aise[8].

La première histoire à suivre de Paul Deliège, intitulée El Candaro, parait du no 1918 de Spirou (16 janvier 1975) au no 1923 (20 février 1975)[12]. Il lui faut environ deux ans pour produire une histoire, voire trois pour des histoires comme La Pri$on dorée qu'il reprend dès qu'il bloque sur une histoire courte[9]. Il produit également plusieurs histoires à suivre des Krostons (sept entre 1973 et 1983), mais va peu à peu laisser tomber cette série au profit de Bobo, n'éprouvant pas particulièrement de plaisir à dessiner les aventures des trois petits démons beaucoup moins comiques que Bobo ; du reste, il ne s'explique pas leur succès auprès des lecteurs[8]. Par la suite, lorsqu'il veut reprendre la série, Dupuis l'en dissuade car les albums des Krostons ne sont plus au catalogue[2]. En 1980, il scénarise pour Mittéï l'histoire à suivre La Grande Renée de la série Bonaventure[4].

L'animation de Spirou : Le Trou du souffleur[modifier | modifier le code]

À partir du no 2565 (9 juin 1987), il publie une nouvelle série dans Spirou intitulée Le Trou du souffleur[13]. Avec cette bande dessinée, il s'agit de fournir au journal une animation en remplacement de L'Élan, que l'auteur Frank Pé a décidé d'arrêter. Dans un premier temps, le rédacteur en chef lui propose de reprendre la série, mais il refuse par manque d'idées[2]. Plus tard, l'idée d'une série mettant en scène un souffleur rappelant leurs textes aux héros du journal qui auraient la mémoire qui flanche[13] lui vient en allant voir une pièce de théâtre en wallon. Il n'abandonne pas pour autant Bobo, qui est toujours publié régulièrement dans Spirou, même si le rythme ralentit : il lui faut par exemple plus de deux ans pour finir l'histoire à suivre L'Oiseau du diable vauvert, publiée en 1990[2]. Dans les années 1980, il publie aussi quelques gags dans le journal Saucysson Magazine et une histoire dans (À suivre)[8].

Fin de carrière[modifier | modifier le code]

Il prend sa retraite en faisant ses adieux dans le journal Spirou no 3057 du 13 novembre 1996[14] avec une histoire complète de Bobo intitulée Le Quota[12]. Il meurt dans la nuit du 6 au 7 juillet 2005 à l'âge de 74 ans[15].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Article connexe : Œuvres de Paul Deliège.

Albums[modifier | modifier le code]

Historique des publications en albums[modifier | modifier le code]

Série régulière[modifier | modifier le code]

En 1968, sort deux albums de la série Cabanon dans la collection Gag de Poche des éditions Dupuis[16]. En 1972, c'est la série Les Krostons qui est publiée en album, après un « no 0 » sortie dans la collection Okay elle intègre la collection régulière des éditions Dupuis à partir de 1975, quatre tomes sortent jusqu'en 1984[17]. En 1975, il écrit des scénarios pour la série Sibylline de Raymond Macherot, il signe donc les tomes cinq, six et sept de cette série jusqu'en 1979[18]. La série Bobo est publiée dans la collection régulière de Dupuis à partir de 1977. Seize tomes vont être publiés jusqu'à la retraite de l'auteur en 1997[19]. L'année suivante, c'est la maison d'édition québecoise Héritage qui publie un album de la série Sam et l'Ours[20]. Entre 2007 et 2008, les éditions Le Coffre à BD publient trois tomes de la série Théophile et Philibert[21].

Hors-série[modifier | modifier le code]

Le premier album de Paul Deliège, sorti en 1964, est issu de la série Bobo dans la collection Gag de Poche des éditions Dupuis. Huit tomes sortent ensuite entre 1964 et 1967[22],[19].

Première édition de la série régulière[modifier | modifier le code]

Bobo[modifier | modifier le code]
Cabanon[modifier | modifier le code]
  • 1 Cabanon, Dupuis - Gag de poche, 1968
    Scénario : Delarre - Dessin : Paul Deliège
  • 1 Quatre Nouvelles mésaventures de Cabanon, Dupuis - Gag de poche, 1968
    Scénario et dessin : Paul Deliège
Les Krostons[modifier | modifier le code]
Sam et l'Ours[modifier | modifier le code]
  • 1 Sam et un ours en hiver, Héritage, 1978
    Scénario : Paul Deliège - Dessin : Lagas
Sibylline[modifier | modifier le code]
Théophile et Philibert[modifier | modifier le code]

Revues[modifier | modifier le code]

Après des débuts dans le quotidien belge Le Soir, Paul Deliège rejoint le journal Spirou où il est publié pour la première fois en 1958 dans le no 1055 avec l'histoire courte Félicien fait du camping. En 1959, il publie Tournebride, puis l'année suivante sa première histoire à suivre Théophile et le Phosphopoil de la série Théophile du no 1172 au no 1193 ; par la suite paraissent deux autres histoires jusqu'en 1962. La même année, il publie son premier mini-récit intitulé En une heure, construisez votre récepteur dans le no 1143. En 1961, sont publiés deux mini-récits de la série Sosthène et surtout la création de la série Bobo dans le no 1204 avec l'histoire Bobo s'évade scénarisée par Maurice Rosy, vont suivre ensuite, soixante-sept mini-récits jusqu'en 1968 et le no 1576 avec l'histoire Bobo fait boum. En 1963, Paul Deliège publie seize gags de la série Hercule et les autres et la seule histoire de la série Bébert intitulée Le Casque aux gants de planches. Deux nouvelles séries sont créées pour l'année 1965, Félix dans le no 1404 et Cabanon dans le no 1421 avec l'histoire Cabanon rentre tard. Si la première série ne connaît que deux mini-récits et ne dépasse pas l'année, la seconde va être publiée douze fois sous forme de mini-récits, trois récits de six planches et six fois sous forme de gag d'une planche jusqu'en 1967. La série Superdingue est publiée pour la première fois en 1967 dans le no 1517, elle est publiée dix-sept fois en mini-récit jusqu'en 1972[4].

En 1968, il écrit le scénario de deux mini-récits de Youk et Yak pour Noël Bissot, puis trois autres jusqu'en 1970. Pour Salvérius, le scénario de Petit-Cactus à cinq reprises, pour Lagas le scénario de Sam pour dix-huit mini-récits, quatre-vingt-six gags d'une planche, vingt-huit histoires courtes et une histoire à suivre intitulée Sam et l'abominable homme des neiges !, jusqu'en 1978. Surtout en 1968, il écrit le scénario pour la première histoire de la série Les Krostons pour Arthur Piroton publiée du no 1589 au no 1610. Par la suite il devient l'unique auteur de la série et publie cinq histoires à suivre et huit histoires courtes jusqu'en 1983. L'année suivante il abandonne provisoirement la série Bobo. Il écrit une histoire de la série Le Baron en 1970, trois gags pour Homard vigilant l'année suivante, une histoire pour Patate et Tatou en 1972 et quatre gags et une histoire courte de la série Croquemitron. Cette même année, il écrit le scénario de la série Sibylline de Raymond Macherot pour cinq histoires à suivre, ainsi que pour trois histoires courtes jusqu'en 1976[4].

En 1973, à partir du no 1850, il reprend seul la série Bobo qui sort des mini-récits. Jusqu'en 1996 il publie onze histoires à suivre, cinquante-neuf histoires complètes et trente-huit gags en une planche. Du no 2179 au no 2186 (1980), il scénarise pour Mittéï une histoire à suivre de la série Bonaventure intitulée La Grande Renée. En 1987, il crée dans le no 2565 Le Trou du souffleur publié hebdomadairement jusqu'en 1994 sous forme de strips. À la fin des années 1980 et au début des années 1990, il publie plusieurs rédactionnels et scénarise quelques gags et histoires courtes de la série Envahisseur. Dans le no 3057 (1996), est publiée la dernière histoire de Paul Deliège qui prend sa retraite, elle s'intitule Le Quota et appartient à la série Bobo[4].

Histoire à suivre et mini-récit publiés dans Spirou (comme auteur ou dessinateur)
Série Titre Début Fin
En une heure, construisez votre récepteur no 1143
Théophile Théophile et le Phosphopoil no 1172 no 1193
Sosthène Sosthène en ballon no 1202
Bobo Bobo s'évade no 1204
Sosthène Sosthène contre le Niam-Niam no 1209
Théophile L'Étrange passe temps de Boleslas Kromitch no 1215 no 1236
Bobo Bobo s'évade à nouveau no 1216
Bobo Bobo s'évade encore no 1220
Bobo La Nouvelle évasion de Bobo no 1249
Bobo Bobo fait du cinéma no 1255
Bobo Le Rétiaire sans visage no 1263
Théophile L'Homme aux mains d'or no 1267 no 1288
Le Prix banane no 1267
Bobo Boum, voilà Bobo no 1272
Bobo Bobo ne s'évade pas no 1275
Bobo Bobo reçoit no 1279
Bobo Bobo fait du sport no 1283
Bobo Bobo aux sports d'hiver no 1296
Bobo Le Mentor no 1310
Bobo Bobo en vacances no 1316
Bobo Bobo garde malade no 1319
Bobo Bobo s'énerve no 1324
Bobo Bobo rate son évasion no 1330
Bobo Bobo et le Pardimu no 1340
Bébert Le Casque aux gants de planches no 1341 no 1362
Bobo Bobo disparaît no 1349
Bobo L'Œuf à Bobo no 1354
Bobo Bobo printemps no 1358
Bobo Le Bond à Bobo no 1361
Bobo Bobo en musique no 1363
Bobo L'Écharpe à Bobo no 1365
Bobo Bobo déménage no 1379
Bobo Bobo et le directeur no 1382
Bobo Bobo et le grand jeu no 1384
Bobo Le Gâteau à Bobo no 1387
Bobo Bobo a du ressort no 1390
Bobo Bobo Noël no 1392
Bobo Bobo et le fakir no 1394
Bobo Bobo se déguise no 1403
Félix Félix veilleur de nuit no 1404
Bobo Bobo et la statue no 1414
Série Titre Début Fin
Bobo La Main à la pâte avec Bobo no 1418
Bobo Bobo au sommet no 1420
Cabanon Cabanon rentre tard no 1421
Bobo Bobo en couleurs no 1431
Cabanon Cabanon se mouille no 1434
Bobo Bobo la chance no 1435
Cabanon Cabanon plombier no 1438
Bobo Bobo prend la porte no 1440
Félix Félix et le cabochon no 1441
Bobo Bobo et l'étourdi no 1443
Bobo Noël pour Bobo no 1444
Bobo Le Twist à Bobo no 1447
Bobo Bobo change de milieu no 1449
Cabanon Cabanon noctambule no 1454
Bobo Bobo fait le mur no 1455
Bobo Bobo et la Concurrence no 1457
Bobo Bobo a bon pied no 1458
Bobo Symphonie pascale pour Bobo no 1459
Bobo Une pierre pour Bobo no 1460
Bobo Le Parapluie de Bobo no 1465
Bobo Bobo a bon cœur no 1469
Bobo Bobo et l'amie pierre no 1471
Bobo Bobo change de pierre no 1472
Bobo La Loterie pour Bobo no 1473
Bobo Bobo aux champs no 1474
Cabanon Cabanon et le piano no 1477
Bobo Un cadeau pour Bobo no 1478
Bobo Une fleur pour Bobo no 1480
Bobo Une échelle pour Bobo no 1482 bis
Cabanon Cabanon le dit avec des fleurs no 1497
Bobo Bobo bascule no 1499
Cabanon Cabanon fumiste no 1500
Cabanon Cabanon est dans le bain no 1509
Cabanon Cabanon n'a pas peur no 1512
Bobo Bobo cow-boy no 1513
Bobo Bobo contre K. no 1515
Superdingue Super Dingue no 1517
Superdingue Super Dingue 2 no 1518
Bobo Bobo relax no 1520
Bobo Bobo a le pied léger no 1521
Bobo Bobo en promenade no 1524 no 
Bobo Bobo en ballon no 1528
Cabanon Cabanon a du coffre no 1533
Série Titre Début Fin
Cabanon Cabanon a toujours du coffre no 1536
Cabanon Cabanon a des ennuis no 1541
Superdingue Super Dingue 3 no 1550
Superdingue Super Dingue 4 no 1555
Superdingue Super Dingue 5 no 1560
Bobo Bobo et le retour de « K » no 1561
Bobo Bobo n'aura pas creusé pour rien no 1565
Superdingue Super Dingue 6 no 1569
Bobo Une sortie pour Bobo no 1573
Bobo Bobo fait boum no 1576
Superdingue Super Dingue 7 no 1602
Superdingue Super Dingue 8 no 1610
Bobo Bobo nez rouge no 1616
Bobo « K » est servi no 1624
Superdingue Super Dingue 9 no 1626
Bobo Bobo et le cerf volant no 1627
Superdingue Super Dingue 10 no 1640
Superdingue Super Dingue 11 no 1651
Superdingue Super Dingue 12 no 1657
Bobo Bobo et les frères mangetout no 1660
Superdingue Super Dingue 13 no 1666
Superdingue Super Dingue 14 no 1704
Superdingue Super Dingue 15 no 1716
Les Krostons Les Krostons sortent de presse no 1752 no 1768
Superdingue Super Dingue 16 no 1762
Superdingue Super Dingue 17 no 1776
Les Krostons Balade pour un Kroston no 1851 no 1869
Bobo El Candaro no 1918 no 1923
Les Krostons La Maison des mutants no 2061 no 2079
Bobo Le Sac no 2153 no 2156
Les Krostons La Vie de château no 2233 no 2243
Bobo Mise en boîte no 2254 no 2257
Les Krostons L'Héritier no 2348 no 2358
Bobo La Pri$on dorée no 2365 no 2371
Bobo Le Retour du Greffé no 2551 no 2553
Bobo Une histoire de fou no 2629 no 2633
Bobo L'Oiseau du diable vauvert no 2750 no 2761
Bobo Le Boulet no 2800 no 2801
Bobo Bobo fait le mur no 2826 no 2827
Bobo La Rançon de la gloire no 2901 no 2910
Bobo La Première pierre no 3017 no 3019

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c L'Âge d'or du journal Spirou, p. 9
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i Dimitri Carlot et Marc Carlot, « Paul Deliège », sur Auracan.com,‎ Novembre-décembre 1995 (consulté le 11 octobre 2011)
  3. a, b, c et d L'Âge d'or du journal Spirou, p. 10
  4. a, b, c, d, e, f et g Collectif, « Paul Deliège dans le journal de Spirou », sur Bdoubliees.com (consulté le 29 septembre 2011)
  5. Bobo : 10 mini récits, p. 7
  6. Bobo : 10 mini récits, p. 8
  7. Bobo : 10 mini récits, p. 9
  8. a, b, c, d, e, f et g Gilles Ratier, « Les Krostons » de Paul Deliège, sur Bdzoom.com,‎ 25 août 2009 (consulté le 24 novembre 2011)
  9. a, b et c L'Âge d'or du journal Spirou, p. 11
  10. L'Âge d'or du journal Spirou, p. 13
  11. L'Âge d'or du journal Spirou, p. 12
  12. a, b et c Collectif, « Bobo dans le journal de Spirou », sur Bdoubliees.com (consulté le 1er octobre 2011)
  13. a et b Collectif, « Le Trou du souffleur », sur Bdoubliees.com (consulté le 2 novembre 2011)
  14. Admin, « Paul Deliège, le père des « Krostons » est décédé le 6 juillet 2005 », sur Bdzoom.com,‎ 7 juillet 2005 (consulté le 2 novembre 2011)
  15. Didier Pasamonik, « Décès de Paul Deliège : Bobo est orphelin. », sur Actuabd.com,‎ 7 juillet 2005 (consulté le 2 novembre 2011)
  16. BDM, p. 209
  17. BDM, p. 489
  18. Collectif, « Sibylline », sur Bedetheque.com (consulté le 1er novembre 2011)
  19. a et b BDM, p. 192
  20. BDM, p. 715
  21. BDM, p. 794
  22. BDM, p. 191

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François-Xavier Burdeyron, L'Âge d'or du journal Spirou, Marseille, Bédésup,‎ mars 1988, 128 p., p. 9 à 18
  • Martin Zeller, Bobo : 10 mini récits, Dupuis,‎ septembre 2010, 368 p. (ISBN 978-2-8001-4647-8), p. 4 à 10 (dossier d'introduction)
  • Collectif, Trésors de la bande dessinée : BDM, Villorba, Éditions de l'Amateur,‎ octobre 2008, 1295 p. (ISBN 978-2-85917-491-0)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 27 février 2012 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.