Paul Barbreau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paul Barbreau
Image illustrative de l'article Paul Barbreau

Naissance 16 septembre 1894
Renault, Algérie
Décès 2 juin 1976 (à 81 ans)
Marseille
Origine Drapeau de la France France
Arme Cavalerie
Armée de l'air
Grade Capitaine
Années de service 1914 – ?
Conflits Première Guerre mondiale
Distinctions Officier de la Légion d'honneur
Médaille militaire
Croix de guerre 1914-1918

Paul Augustin Édouard Barbreau né le 16 septembre 1894 à Renault (aujourd'hui Sidi M'Hamed Ben Ali, dans la wilaya de Relizane en Algérie) et mort le 2 juin 1975 à Marseille, fut un capitaine de l'Armée de l'air et un as de l'aviation français de la Grande Guerre. Il était crédité de 8 victoires aériennes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul Barbreau naquit le 16 septembre 1894 à Renault près d'Oran, il était le fils de Pierre Augustin Barbreau, administrateur-adjoint, et de Marie Louise Benoist. Il s'engagea dans l'armée le 16 septembre 1914, jour de son 20e anniversaire, comme soldat de 2e classe au 5e régiment de chasseurs d'Afrique. Il fut promu brigadier en novembre 1914 puis maréchal des logis le 6 février 1915.

Pilote de chasse[modifier | modifier le code]

Il rejoint l'aviation en avril 1917, s'entraînant au terrain d'aviation d'Ambérieu et reçut son brevet de pilote militaire (no 6409) le 14 mai. Il fut transféré à Avord au 1er juin pour un entrainement avancé puis se perfectionna encore à Pau et à Cazaux avant de rejoindre l'escadrille N154 volant sur Nieuport le 1er octobre 1917[1].

Son unité améliora son équipement en adoptant le Spad VII et adopta le nom l'escadrille Spa154. Ce changement réussit à Barbreau qui devint un chasseur de ballon, il en détruisit 8 entre le 2 juin et le 8 août 1918. Il reçut la médaille militaire en récompense de ces victoires. Il fut promu sous-lieutenant à titre temporaire et affecté à l'escadrille Spa164 au 8 août[1]. Il demeura à ce poste jusqu'à l'armistice du 11 novembre.

Il fut fait chevalier de la Légion d'honneur le 16 septembre 1919, il était alors sous-lieutenant de réserve en Algérie (parc 105). La citation le recommandant à cette décoration fait mention de cinq victoires non homologuées sur des avions ennemis[1]. Il fut ensuite élevé au rang d'officier de cet ordre le 31 octobre 1961, il était capitaine de l'armée de l'air en retraite. Il décéda à Marseille le 2 juin 1976.

Victoires[modifier | modifier le code]

Date Unité Adversaire Lieu
1 2 juin 1918 Escadrille Spa154 Ballon d'observation Igny l'Abbesse
2 5 juin 1918 Escadrille Spa154 Ballon d'observation Trigny
3 30 juin 1918 Escadrille Spa154 Ballon d'observation Beuvardes
4 17 juillet 1918 Escadrille Spa154 Ballon d'observation Beine
5 18 juillet 1918 Escadrille Spa154 Ballon d'observation Forêt de Ris
6 1er août 1918 Escadrille Spa154 Ballon d'observation Caurel
7 3 août 1918 Escadrille Spa164 Ballon d'observation Nord de Somme Py
8 3 août 1918 Escadrille Spa164 Ballon d'observation Nord de Somme Py

Citations[modifier | modifier le code]

Citations:

Décorations[modifier | modifier le code]

Legion Honneur Officier ribbon.svg Medaille militaire ribbon.svg Croix de Guerre 1914-1918 ribbon.svg

Décorations françaises[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Base de données LEONORE du ministère de la culture.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Over the Front, page 116.