Paul Arzens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Paul Arzens (1903-1990) est un créateur français reconnu pour ses réalisations ferroviaires ainsi que ses extraordinaires automobiles construites à partir de 1938.

Réalisations[modifier | modifier le code]

Artiste et bricoleur de génie, il a vécu les débuts de la prise en compte du facteur esthétique appliqué aux machines. Du début des années 1950 aux premiers projets de trains à grande vitesse, à la fin des années 1960, Paul Arzens a été l'interlocuteur privilégié de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) en matière de design et de décoration. Joignant aspects ludiques et professionnels, il utilisait le circuit de son atelier, rue de Vaugirard à Paris, pour tester, puis valider ses idées esthétiques sur des matériels en mouvement.

Dès 1937, il avait réalisé à la main des modèles en cuivre aux formes révolutionnaires[réf. nécessaire][pas clair]. Depuis cette époque, il avait eu l'idée de concevoir des cabines de conduite avec une face très légèrement arrondie ainsi qu'un vitrage développé sur les faces latérales. Ces propositions seront reprises, à partir de 1957, sur les locomotives de la grande famille BB 9200, BB 16000 et BB 25200.

Outre les BB et CC des années 1950, Paul Arzens a conçu les formes des autorails panoramiques mis en service à partir de 1959 et équipés d'un vistadôme central offrant aux voyageurs une vue panoramique sur le paysage. Adaptant la forme des locomotives à pare-brise incliné construites par Alsthom pour les chemins de fer de Finlande, il a mis au point, sur les locomotives des séries CC 40100 une nouvelle forme de face avant et arrière qui s'inspirait, disait-il, de la position du « sprinter dans son starting block ». La forme particulière de ses locomotives sera à l'origine de toute une génération de locomotives électriques et Diesel (CC 6500, CC 21000 puis BB 15000, CC 72000, et enfin BB 7200 et BB 22200).

On lui doit également un nombre impressionnant de décorations pour diverses séries de locomotives ou de voitures. Il effectuait des essais sur des modèles réduits du commerce à l'échelle HO qu'il testait en mouvement sur le réseau de son atelier agrémenté d'un décor peint de sa main. Il avait, à ce titre, pu vérifier la manière dont la future livrée du Capitole s'intégrait dans le paysage. C'est Paul Arzens qui, le premier, a commencé à dynamiser l'image du chemin de fer en donnant au matériel des couleurs qui tranchent avec le célèbre « vert wagon ».

Une très riche imagination lui permet, parallèlement à ses travaux pour la SNCF, de dessiner des avions futuristes et de fabriquer lui-même plusieurs voitures dont les plus célèbres sont La Baleine, réalisée en 1938 sur un châssis de Buick et L'Œuf électrique, construite en 1942. Réalisée en aluminium et surmontée d'une sphère en plexiglas, cette voiture illustre d'une manière frappante la volonté d'approcher la forme idéale de l'œuf. Paul Arzens a utilisé ces voitures jusqu'à la fin de sa vie et était le seul à pouvoir les conduire.

Arzens était un excellent peintre (de tradition classique), il possédait une grande quantité de tableaux qu'il refusait de vendre, sauf à de rares amis, car disait-il, chacun lui rappelait quelque chose. Pour son plaisir, il a même réalisé quelques sculptures.

En plus de la SNCF, il a travaillé pour la RATP, et a ainsi été le décorateur de plusieurs stations de métro.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]