Paul-Loup Sulitzer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Paul-Loup Sulitzer

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Paul-Loup Sulitzer, en octobre 2008

Activités Romancier, homme d'affaires
Naissance 22 juillet 1946 (68 ans)
Boulogne-Billancourt, France
Langue d'écriture Français
Genres Thriller politico-financier (western financier)
saga romanesque
Distinctions Prix du Livre de l'été pour Cash !
Médaille de Vermeil de la Ville de Paris
Officier de l'ordre national du mérite

Œuvres principales

  • Money (1980)
  • Cash ! (1981)
  • Fortune (1982)
  • Le Roi vert (1983)
  • Popov (1984)
  • Hannah (1985)
  • L'Impératrice (1986)
  • Cartel (1990)
  • Tantzor (1991)
  • Le Régime Sulitzer (1993)

Compléments

  • Épouses : Lyne Chardonnet (1968-1969), Magali Colcanap, Delphine Jacobson (1993).

Signature

Signature de Paul-Loup Sulitzer

Paul-Loup (Karl) Sulitzer, né le 22 juillet 1946 à Boulogne-Billancourt, est un homme d'affaires et un écrivain français, inventeur d'un genre littéraire : le « western financier ». Ses livres ont été traduits en plus de 40 langues et ont été vendus entre 30 et 60 millions d'exemplaires selon les sources[Lesquelles ?]. Les journalistes parlent de « Système Sulitzer » pour évoquer la façon dont l'écrivain produit ses livres[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, Jules Sulitzer, homme d’affaires immigré juif de Roumanie, meurt lorsqu’il a dix ans. À 16 ans, il entre dans une entreprise de transport au Moyen-Orient. Selon son éditeur, il devient à 21 ans le plus jeune PDG de France et fait fortune en vendant des gadgets (notamment des porte-clés qui seront très prisés dans les années 1960 et 1970[2]) repérés au Royaume-Uni et fabriqués en Extrême-Orient. En 1968, il intègre une holding puis s'établit consultant financier.

En 1980, Sulitzer propose aux éditions Denoël qu’on l’associe à un écrivain pour produire un « western financier », un roman d’aventures de finance-fiction. Loup Durand, journaliste et écrivain, accepte de servir de plume à l’expert, lequel choisit de réinjecter astucieusement son à-valoir dans la publicité du livre. Bénéficiant ainsi des techniques de marketing les plus poussées[3], Money rencontre un large public. Suivront Cash ! (1981) et Fortune (1982), suites des exploits et revers financiers de Franz Cimballi, un homme d’affaires justicier.

Après ces thrillers d’un genre nouveau, le duo publie chez Bernard Fixot en 1983 Le Roi vert, une épopée romanesque qui connaît un succès public considérable[4] et qui sera traduit dans une trentaine de langues.

À compter de ce moment, les romans se succèdent, au rythme d’un par an : Popov (1984), qui dépeint l’espionnage économique soviétique ; Hannah (1985) et L’Impératrice (1986), inspirés du destin d’Helena Rubinstein.

En 1987, Pierre Assouline, directeur de Lire, relayé par Bernard Pivot dans Apostrophes, dévoile le système Sulitzer-Durand (Sulitzer n'écrit pas ses livres), avec l’aide de Robert Laffont. Sulitzer riposte en livrant dans la presse les noms de ses collaborateurs, reconnaissant être un « metteur en livre » et non un « auteur ».

La même année, Paul-Loup Sulitzer est l'une des "têtes d'affiche" d'un congrès international animé par Jean-Pierre Thiollet et organisé à Genève par l'Amiic, une organisation genevoise à rayonnement mondial destinée à réunir architectes, investisseurs immobiliers et promoteurs (dissoute en 1997[5]).

Encore en 1987, grâce à l'intervention de Paul-Loup Sulitzer, l'avion Cessna 172 piloté par Mathias Rust qui s'est posé sur la place rouge de Moscou, a été ramené en France sous le nom "Avion de la Liberté" et a fait l'objet d'une énorme médiatisation à l'époque (journal télévisé de 13 heures avec Yves Mourousi et autres supports médias)[6].

En 1990, Paul-Loup Sulitzer joue dans le film Money, adaptation de son roman par Steven Hilliard Stern.

En 1994, il publie Le Régime Sulitzer, après avoir perdu 26 kilos.

En 1995 survient le décès de Loup Durand qui n’aura jamais nettement admis avoir collaboré à l'écriture de certains romans de Sulitzer. Sa mort n’empêche pas le système de perdurer, avec des tirages toutefois moins élevés.

En 1997, il joue son propre rôle dans le film Mauvais genre, de Laurent Bénégui.

En juin 2002, il est victime d'un coma diabétique et est soigné en réanimation à l'hôpital de la Salpêtrière à Paris.

En 2003, il lance un nouveau journal économique « Savoir s'enrichir »[7].

En 2007, il publie Puits de Lumière, un thriller consacré à l'assassinat de Kennedy.

Son thriller Le Roi Rouge (2008) s'inspire de la vie d'Arcadi Gaydamak et de l'affaire des ventes d'armes à l'Angola, pour laquelle l'écrivain a été cité. Il reproduit dans le roman une grande part du mécanisme de pots de vin qui caractérise cette affaire.

En novembre 2009, il revient au thriller financier en publiant L'Escroc du siècle qui a pour toile de fond la crise financière mondiale et l'affaire Madoff.

Sulitzer en séance de dédicace à La Grande Motte en mai 2010 à l'occasion de la sortie de Money 2

En avril 2010, trente ans après la parution de Money, il publie Money 2, un clin d’œil envers ses lecteurs les plus fidèles. Le livre n'a pas dépassé les 1300 ventes[8].

En septembre 2011, il publie "L'Empire du nénuphar" qui met à nouveau en scène son héros fétiche, Franz Cimballi.

En 2012, il annonce travailler sur son autobiographie. Le projet, baptisé Monstre sacré, est reporté plusieurs fois et sort finalement en juin 2013 aux Éditions du Rocher.

Les livres de Paul-Loup Sulitzer ont été publiés aux éditions Denoël, Olivier Orban, Michel Lafon, Stock, les Éditions n° 1, les Éditions du Rocher, les Éd. Lefrancq.

Paul-Loup Sulitzer a fait connaître au monde entier le procès fait aux époux Ceauşescu exécutés à l'issue de ce procès par le gouvernement révolutionnaire de Roumanie. En effet, Paul-Loup Sulitzer avait été mandaté par Răzvan Theodorescu, alors président de la télévision roumaine devenu ministre de la Culture puis sénateur de Roumanie. Sulitzer avait diffusé au monde entier la cassette du procès faisant alors l'objet d'un scandale car la dite cassette avait été copiée alors que le master appartenait conjointement à la télévision roumaine et à la société PLS international SA. La société PLS International SA avait agi comme une agence de presse mandatée par les autorités roumaines et a passé par la suite un accord cadre avec Francis Bouygues (propriétaire du groupe TF1) et Patrick Le Lay (P-DG TF1), lequel a mis ainsi fin à une polémique sur cette révélation historique[9].

Affaires judiciaires[modifier | modifier le code]

En 2000, il est mis en examen dans l’affaire des ventes d'armes à l'Angola[10]. En 2005, il est condamné à six mois de prison avec sursis pour fraude fiscale.

En octobre 2008 s'ouvre à Paris le procès de l'Angolagate dans lequel Paul-Loup Sulitzer est mis en examen. Par jugement du Tribunal correctionnel de Paris, il a été condamné pour "recel d'abus de biens sociaux" à 15 mois de prison avec sursis et 100 000 euros d'amende[10]. Cette condamnation lui vaudra également d'être exclu de l'Ordre national du mérite en novembre 2012. En 2009, il publie Angolagate, chronique d'un scandale d'État écrit au jour le jour durant le procès, d'octobre 2008 à mars 2009.

Image et références dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Opposé à la marchandisation de la culture et de la société, le "prêt à penser", et la catégorisation, Alain Souchon attaque Sulitzer dans sa chanson Foule sentimentale : « On nous Claudia Schiffer, on nous Paul-Loup Sulitzer... ». Transformant en verbe le patronyme de l'écrivain, il le considère comme un symbole de la société de consommation[11].

Dans son roman, La Petite Marchande de prose, Daniel Pennac parle d'un auteur fictif, J.-L. Babel ("JLB"), inventeur d'un genre littéraire appelé le réalisme libéral, et auteur entre autres de Pactole, Dollar et Dernier baiser à Wall Street. Dans Nazis dans le métro, Didier Daeninckx évoque "un libraire qui avait coulé sa boutique en refusant de vendre du Zarai et du Jardin, du Sulitzer et du Giroud".

Le philosophe Régis Debray a monté un canular dans Le Monde daté du 7 mars 2010 : il vient d'apprendre qu'une commission mise en place par l'Élysée et présidée par Marc Levy, Paul-Loup Sulitzer et Michel-Édouard Leclerc aura pour objectifs de « réformer la lecture et moderniser le livre ». Dans un pré-rapport, ladite commission propose d'explorer des pistes pour redynamiser cette « branche industrielle passablement nécrosée » : abolition du dépôt légal pour tous les ouvrages (sauf les best-sellers) ; abrogation de la loi Lang ; abandon du projet de bibliothèque numérique européenne et soutien « atlantiste » à l'initiative de Google ; autorisation de la publicité pour le livre sur les grandes chaînes privées de télévision[12].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Paul-Loup Sulitzer a contracté trois alliances :

  • En 1968, il épouse l'actrice Lyne Chardonnet, dont il divorce en 1969.
  • Il épouse Magali Colcanap, dont il divorce, après avoir eu une fille en 1974 : Olivia.
  • En 1993, il se marie avec Delphine Jacobson, la petite-fille de Bernard Madoff. Le mariage est célébré par le maire de Paris, Jacques Chirac. De cette union naîtront deux fils : James-Robert et Jacques-Edouard.

Paul-Loup Sulitzer a reconnu Joy, la fille d'Alejandra Di Andia.

De 2002 à 2007, Paul-Loup Sulitzer partage sa vie avec Eva Kowalewska, une artiste peintre polonaise.

Souffrant des suites d'un accident vasculaire cérébral en 2004, Paul-Loup Sulitzer vit chez un ami dans le XVIIe arrondissement de Paris après avoir quitté il y a quelques années son appartement de 400 mètres carrés dans le XVIe, saisi et vendu aux enchères. Il vit également en Belgique, à Bruxelles.

Décorations et récompenses[modifier | modifier le code]

  • 1981 : Prix du Livre de l'été pour Cash ! (Denoël, 1981)
  • 1987 : Médaille de Vermeil de la Ville de Paris
  • 1987 : Chevalier de l'Ordre national du mérite (exclu par un décret paru au Journal Officiel le 28 novembre 2012)
  • 1996 : Officier de l'Ordre national du Mérite (exclu par un décret paru au Journal Officiel le 28 novembre 2012)
  • Chevalier du Cahors
  • Citoyen d'honneur de la Ville de Liège
  • H d'or

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Livres sur Paul-Loup Sulitzer
Articles
  • Robert Belleret, « Les recettes du système Sulitzer », Le Monde, 5 juillet 2001, p. 12.
  • Gérard Davet, « Paul-Loup Sulitzer, le roi nu », Le Monde, 15 novembre 2008.

Romans[modifier | modifier le code]

  • Money (Édition 1, 1980)
  • Cash ! (Édition 1, 1981)
  • Fortune (Édition 1, 1982)
  • Le Roi vert (Édition 1, 1983)
  • Popov (Orban-Édition 1, 1984)
  • Cartel (Édition 1, 1990)
  • Tantzor (Édition 1, 1991)
  • L'impératrice (Édition 1, avril 1991 ISBN 2-253-04513-6 Livre de Poche 6447)
  • Berlin (Édition 1, 1992)
  • Tête de Diable (Stock, 1995)
  • La Confession de Dina Winter (Stock, 1997)
  • La Femme d’affaires (Stock, 1998)
  • Dans le cercle sacré (Stock, 1999)
  • Oriane ou la cinquième couleur (Stock, 2000)
  • La Vengeance d’Esther (Stock, 2001)
  • Le Président (Stock, 2002)
  • L'Ange de Bagdad (Éditions n° 1, 2004)
  • Le Conglomérat / en collab. avec Vladimir Colling (Édition 1, 2005)
  • L'Empire du Dragon / en collab. avec Vladimir Colling (Édition 1, 2006)
  • Puits de Lumière (Éd. du Rocher, 2007)
  • Le Roi Rouge (Éd. du Rocher, 2008)
  • L'Escroc du siècle (Édition 1, 2009)

Séries[modifier | modifier le code]

Romans de la série Franz Cimballi (8 romans)
  1. Money (Denoël, 1980)
  2. Cash ! (Denoël, 1981)
  3. Fortune (Denoël, 1982)
  4. Duel à Dallas (Édition 1, 1984)
  5. Le Chinois à roulettes (feuilleton pour Paris Match, 1984. Rééd. Éd. du Rocher, 2011)
  6. Les Corbeaux à crans d'arrêt (feuilleton pour France-Soir, 1985)
  7. Money 2 (Éd. du Rocher, 2010)
  8. L'Empire du nénuphar (Éd. du Rocher, 2011)
Romans de la série Hannah (2 romans)
  1. Hannah (Stock-Édition 1, 1985)
  2. L'Impératrice (Édition 1, 1986)
Romans de la série Rourke (3 romans)
  1. La Femme pressée (Édition 1, 1987)
  2. Kate (Stock-Édition 1, 1988)
  3. Les Routes de Pékin (Édition 1, 1989)
Romans de la série O’Hara (2 romans)
  1. L'Enfant des Sept Mers (Stock, 1993)
  2. Soleils rouges (Stock, 1994)
Romans de la série Julius Kopp (3 romans)
  1. Les Maîtres de la vie (Stock, 1995)
  2. Le Complot des anges (Stock, 1996)
  3. Le Mercenaire du Diable (Stock, 1997)

Compilations[modifier | modifier le code]

  • Le Cycle Cimballi (Éd. du Rocher-Claude Lefrancq « Volumes », 1993. Réunit : Money, Cash !, Fortune)
  • Les Grandes sagas de femmes (Éditions n° 1, 1999. Réunit : Hannah et L’Impératrice)
  • Les Grands romans exotiques (Éditions n° 1, 2000. Réunit : La Femme pressée et Kate)
  • Les Grandes sagas historiques (Éditions n° 1, 2000. Réunit : Tantzor et Berlin)
  • Les Grands Thrillers (Éditions n° 1, 2002. Réunit : Popov et Duel à Dallas)
  • Les Prédateurs de la Finance (Éditions n° 1, 1999. Réunit : Le Roi vert et Cartel).

Nouvelles[modifier | modifier le code]

Recueil
  • Best seller (Agence Tequila motivation-Renault, 1990)
Nouvelle
  • Le Mousquetaire des mers (in Les nouveaux Trois mousquetaires, Les Amis du livre, 1998).

Documents[modifier | modifier le code]

  • Les Riches (Olivier Orban, 1991)
  • Le Régime Sulitzer (Michel Lafon, 1993)
  • Laissez-nous réussir (Stock-Michel Lafon, 1994) (ISBN 2234043611)
  • Les Dîners légers et gourmands / avec Paul-Loup Sulitzer ; photographies Daniel de Nève (Chêne, 1994)
  • Le Tour de taille en 80 jours / préf. Christian Cabrol (Michel Lafon, 1995)
  • Succès de femmes (Plon, 1996)
  • Crédit Lyonnais : cette banque vous doit des comptes (Michel Lafon, 1997)
  • Angolagate, chronique d'un scandale d'État / documentation assurée par Yannick Boutot (Éd. du Rocher, 2009)

Direction collection "Histoires de fortune"[modifier | modifier le code]

  1. La Théorie d'O'Malley / John Rast (Carrère-C. Chalmin, 1986)
  2. Les Mines du roi Solomons / Michael de Palma (Carrère-C. Chalmin, 1986)
  3. Le Barman du Waldorf / Michael de Palma (Carrère-C. Chalmin, 1986)
  4. Le Septième Margin Call / John Rast (Carrère-C. Chalmin, 1986)
  5. L'Argent du thé / Dick Lewis (Carrère-Paraître, 1987)
  6. Howard Hughes / Harry Dulman (Carrère-Paraître, 1987)

Préfaces[modifier | modifier le code]

  • Les Rois verts : une aventure d'Apicitou / Daniel Sebban. Burning Bush, 1987, 43 p. ISBN 0951081306
  • Le Krach de 1987 / Lionel Salem ; [préf. P.-L. Sulitzer. Paris : Édition ̇1, 1987, 153 p. ISBN 2-86391-273-9
  • Le Défi de Gail : le promoteur / Joseph Amiel ; préf. Paul-Loup Sulitzer. Paris : Presses de la Cité, 1989, 461 p. ISBN 2-258-02602-4
  • Lettre ouverte aux pin'seurs / Jean-Claude Collard ; [préf. Paul-Loup Sulitzer] (Arcane, 1991)
  • La Châtaigne / Dominique Zardi ; préface de Paul-Loup Sulitzer. - Coulommiers : Dualpha éd., 2005, 215 p. (Vérités pour l'histoire). ISBN 2-915461-41-4
  • L'Homme qui a fait sauter la Barings / Judith Helen Rawnsley ; trad. Madeleine Bessières et Éric Jollant ; adapt. Mathieu Lance ; préf. Paul-Loup Sulitzer. Paris : Éd. générales First, 1995, 264 p. (F1rst-documents). ISBN 2-87691-288-0
  • 300 % : multipliez vos ventes par trois en développant votre clientèle / Reiner K. Selz ; préf. Paul-Loup Sulitzer. Paris : Éd. générales First, 1994, 218 p. (F1rst-Businessman). ISBN 2-87691-226-0
  • Les Ultra riches : peut-on avoir trop d'argent ? / Vance Packard ; préf. Paul-Loup Sulitzer ; trad. Francine Siety. Paris : Acropole, 1990, 335 p. ISBN 2-7357-0141-7
  • Singulier destin du château de Sallegourde / Yannick Boutot. The Book Edition, 2008, 70 p.
  • Que faites-vous le week-end ? / Michel Bertrand ; préf. Paul-Loup Sulitzer. Bruxelles : les Éd. de l'arbre, 2011, 221 p. (Témoignage vécu). ISBN 978-2-87462-068-3
  • Fragments de Miroir / Erick Dietrich. Editions du Panthéon, 2013, 240 p.

Adaptations[modifier | modifier le code]

Bandes dessinées[modifier | modifier le code]

Série Le Roi Vert
  1. La Traque. Scén. Jean Annestay, ill. Jacques Armand. Dupuis, 1991 (ISBN 2-8001-1841-5)
  2. Guaharibos. Scén. Jean Annestay, ill. Gilles Mezzomo. Dupuis, 1993 (ISBN 2-8001-1963-2)
  3. Les Chiens Noirs. Scén. Jean Annestay, ill. Gilles Mezzomo. Dupuis, 1994 (ISBN 2-8001-2066-5)
  4. Charmian Page. Scén. Denis Lapière, ill. Gilles Mezzomo. Dupuis, 1994 (ISBN 2-8001-2138-6)
  5. Le Royaume. Scén. Denis Lapière, ill. Gilles Mezzomo. Dupuis, 1995 (ISBN 2-8001-2202-1)
Série Hannah d'après Sulitzer ; dessin Franz ; adaptation Jean Annestay
  1. Les Cavaliers de la mort. Dupuis, 11/1991, 48 p. ISBN 2-8001-1842-3
  2. Le Secret de MacKenna. Dupuis, 11/1992, 48 p. ISBN 2-8001-1961-6
  3. L'Irrésistible ascension. Dupuis, 11/1993, 48 p. ISBN 2-8001-2062-2
Série Rourke d'après Sulitzer ; dessins Marvano ; adaptation Marcel Rouffa
  1. La Mort est toujours bonne. Dupuis, 11/1991, 48 p. ISBN 2-8001-1843-1
  2. Le Bon Dieu ne dort jamais. Dupuis, 12/1992, 48 p. ISBN 2-8001-1962-4
  3. Les Trois concubines. Dupuis, 04/1994, 48 p. ISBN 2-8001-2104-1
  4. Tigre d'Avril. Dupuis, 03/1995, 48 p. ISBN 2-8001-2189-0

Cinéma[modifier | modifier le code]

Citations[modifier | modifier le code]

  • « Les pauvres ont des problèmes d'argent, les riches ont des problèmes de fortune. »[13]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Belleret, Les recettes du système Sulitzer, Le Monde, 5 juillet 2001, p. 12.
  2. http://www.premiere.fr/Star/Paul-Loup-SULITZER-108723
  3. Philippe Scali, éditeur chez Denoël : « [PLS et Loup Durand] se sont partagé à 50-50 un à-valoir exorbitant dont Sulitzer a finalement demandé qu'il soit réinjecté aux quatre cinquièmes dans la publicité du livre, y compris sur les radios". Le marketing littéraire est né ». Propos recueillis dans l'article : Robert Belleret, « Les recettes du système Sulitzer », Le Monde, 5 juillet 2001, p. 12.
  4. « Le Roi vert arrache la fusée Sulitzer à l'atmosphère : 175 000 exemplaires, des traductions dans 42 pays et la vente des droits cinématographiques pour 2,5 millions de francs ». Le Monde, 5 juillet 2001.
  5. http://www.monetas.ch/htm/655/de/SHAB-Publikationen-Amiic-SA.htm?subj=701196
  6. Paul-Loup Sulitzer a racheté l'avion avec W. Neuman. "J'avais envie de continuer à faire voler cet avion, et peut-être de participer à la libération de cet homme". Sulitzer par Paul-Loup : entretiens intimes / avec Christelle Schaff. Enghien-les-Bains : Éd. de la Lagune, 2006, p. 54-55. ISBN 2-84969-023-6
  7. http://www.lalibre.be/culture/mediastele/article/129352/savoir-s-enrichir-en-librairie.html
  8. Julien Bisson, Que devient Paul-Loup Sulitzer ?, France Soir, 10 juin 2010
  9. Paul-Loup Sulitzer avait obtenu l'exclusivité de diffusion sur la cassette contenant l'enregistrement du procès. Mais il s'est fait voler une copie de la cassette qui a été revendue à TF1. Sulitzer par Paul-Loup : entretiens intimes / avec Christelle Schaff. Enghien-les-Bains : Éd. de la Lagune, 2006, p. 56. ISBN 2-84969-023-6
  10. a et b « http://www.lematin.ch/flash-info/people/paul-loup-sulitzer-ruine-decredibilise-angolagate » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 27 juin 2012
  11. [vidéo] Alain Souchon à propos de "Foule sentimentale", Taratata, A2, 23 octobre 1993.
  12. « Dépoussiérer les livres... », Régis Debray, Le Monde, 7 mars 2010.
  13. Propos tenus dans une interview donnée à l'hebdomadaire Paris Match au début des années 1980.

Sur les autres projets Wikimedia :