Paul-Charles-Amable de Bourgoing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bourgoing.

Paul-Charles-Amable, baron de Bourgoing[1] ( - Hambourg - Paris), est un diplomate français.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Fils de Jean-François de Bourgoing et de Marie-Benoîte-Joséphine Prévost de La Croix, il entre au service militaire en 1811. Il fera dans les rangs de la Jeune Garde les campagnes de Russie (1812) et d'Allemagne (1813). Il est aide de camp du Maréchal-Duc de Trévise lors de la Campagne de France (1814)

Carrière diplomatique[modifier | modifier le code]

Sous la Restauration, il entre dans la diplomatie et sera tout à tout attaché d'ambassade à Berlin, Munich et Vienne. Il est premier secrétaire d'ambassade à Saint-Pétersbourg en 1828 lorsqu’éclate la guerre russo-turque (1828-1829), il accompagne l'état-major russe et se distingue au siège de Silistrie. Toujours en poste auprès du Tsar en 1830, il évita le rupture qu'aurait pu causer la chute des Bourbons.

Ministre plénipotentiaire en Saxe (1832), puis en Bavière (1835), la Monarchie de Juillet le fait pair de France le . A la Chambre des pairs, il se montra dévoué à Louis-Philippe Ier.

Écarté un temps des affaires par la IIde République, le Prince-Président le nomme ambassadeur de France en Espagne en 1849.

Le , il est nommé sénateur du Second Empire.

Le baron de Bourgoing avait épousé, le , Louise Clarisse (1813-1835), fille posthume du général-comte Montbrun (1770-1812). Veuf et sans hoirs, il convola en secondes noces, le , avec Ida de Lotzbeck de Weyhern, dont il eut :

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Paul Charles de Bourgoing », sur roglo.eu (consulté le 2 août 2011)
  2. Fils aîné de César Waldner de Freundstein (8 septembre 1792 - Strasbourg8 octobre 1865 - Belfort), capitaine de grenadiers de la Garde impériale, officier de la Légion d'honneur, receveur Page d'aide sur l'homonymie particulier des Finances à Belfort, associé de « Koechlin, Favre, Waldner, Filatures et Tissages » à Massevaux, marié en 1823 et Amélie Koechlin (1801-1895) et petit-fils de Godefroy Waldner de Freundstein (1757-1818), conseiller général et député du Haut-Rhin (1811-1814).