Paua

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Plusieurs coquilles de paua (dans ce cas, Haliotis iris) dont on voit la nacre

Paua (en maori pāua) est le nom maori donné à trois espèces de mollusques gastropodes marins appartenant à la famille Haliotididae (genre Haliotis) et endémiques aux côtes néo-zélandaises.

Espèces[modifier | modifier le code]

Nom vernaculaire Binominal Autres noms anglais et maori
Paua Haliotis iris Blackfoot Paua[1]
Queen paua Haliotis australis Silver Paua, Yellow Foot Paua, Hihiwa & Karariwha[1]
Virgin paua Haliotis virginea

La plus connue et la plus répandue est Haliotis iris.

Description[modifier | modifier le code]

L'exosquelette (le coquillage) de la paua est de forme ovale, l'extérieur étant recouvert d'incrustations grises. À l'intérieur, la nacre est un mélange iridescent de plusieurs couleurs, dont le vert, le bleu, le violet, et parfois le rose.

Les paua se trouvent le plus souvent dans les eaux peu profondes des côtes accidentées, à une profondeur allant de 1 à 15 m. Ils résistent aux fortes vagues et marées en s'attachant aux roches avec leur pied. Ils s'alimentent d'algues.

Pêche[modifier | modifier le code]

La pêche à la paua se fait de manière commerciale et informelle, mais il y a de strictes limites placées sur les deux. Pour la pêche informelle, la limite est établie à dix paua par personne par jour. La taille minimale des pauas pêchées est de 125 mm pour Haliotis iris et de 80 mm pour Haliotis australis[2]. La paua ne peut être pêchée qu'en nageant en apnée. Il est illégal de les pêcher en scaphandre autonome.

Il y a un grand marché noir de la pêche et exportation de la paua. Le braconnage de paua est une industrie importante en Nouvelle-Zélande, plusieurs milliers de paua (souvent en dessous de la taille minimum) étant braconnées chaque année. Les Maori ont légalement le droit de pêcher la paua, mais les abus des limites imposées sont difficiles à repérer. Des officiers du Ministry of Fisheries et la police sont chargés de faire respecter la réglementation. Parmi les condamnations prononcées, la confiscation du matériel de plongée, des bateaux et des automobiles, de fortes amendes et parfois des peines de prison. Le ministère prévoyait pour l'année 2004/2005 le braconnage d'environ mille tonnes de paua, dont 75 % en dessous de la taille minimum[3].

Usage[modifier | modifier le code]

Les Maori considèrent la paua comme un « taonga », ou « trésor ». Elles sont des « kai moana » (fruits de mer) ainsi qu'une ressource précieuse pour les arts. La nacre de la paua est souvent utilisée pour représenter les yeux des sculptures et est associée aux étoiles, ou « whetu », représentant les yeux des ancêtres observant le monde depuis le ciel nocturne.

Les coquilles polis de paua sont un souvenir populaire et légal, mais l'exportation de coquillages non traités est illégale.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en)[PDF] Non-Fin Fish Names List (incl foreign names), nzfsa.govt.nz
  2. (en) Paua, fish.govt.nz
  3. (en)[PDF] Paua poaching

Références[modifier | modifier le code]