Patrick van Rensburg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Patrick van Rensburg est un diplomate sud-africain et ancien activiste anti-apartheid, né en décembre 1931 à Durban, en Afrique du Sud. Il a fondé le Mouvement de Brigades au Botswana et la Fondation pour l'Éducation et la Production qui est active en Afrique du Sud, Botswana et Zimbabwe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses parents se sont séparés quand il était jeune et il a été élevé par sa grand-mère Sud-Africaine et son mari français. La famille parlait anglais à la maison et était catholique : ce qui est une différence notoire dans l'Afrique du Sud traditionnelle. Il a suivi les cours du St. Henry's Marist Brothers' College et de l'école Glenwood. Il a trois enfants Mothusi van Rensburg, Thomas van Rensburg et Joanna Forbes.

Van Rensburg fut le Vice-consul sud-africain au Congo belge (maintenant la République démocratique du Congo) de février 1956 à mai 1957, quand il a démissionné en signe de protestation contre la politique de l'apartheid. Il a rejoint le Parti libéral sud-africain, en devenant le secrétaire pour la province Transvaal en septembre de 1958[1].

En 1959, il a migré au Royaume-Uni, où il a presque immédiatement commencé à aider dans l'organisation de la campagne de boycot des marchandises sud-africaines dans le Royaume-Uni et les Pays-Bas. D'autres l'ont suivis tels Julius Nyerere, Trevor Huddleston, Canon John Collins et Tennyson Makiwane. Ce Mouvement de boycottage est bientôt devenu le Mouvement Anti-Apartheid britannique. Van Rensburg a été diffamé par les Sud-Africains pour sa participation dans la campagne et quand il est revenu en Afrique du Sud en 1960, son passeport lui a été confisqué et, après les meurtres de Sharpeville, il a été forcé de fuir au Swaziland.

Après une brève période en Grande-Bretagne, où il a écrit et a publié Guilty Land, Patrick van Rensburg a choisi de résider au Botswana, dont il est devenu un citoyen en 1973. Dans le milieu des années 1980, Patrick van Rensburg a relancé le journal Mmegi ; ce fut une réussite, il est aujourd'hui un quotidien national. Depuis 1990, il est revenu en Afrique du Sud, où il a été actif dans la propagation du concept Education et Production.

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

Patrick van Rensburg est récipiendaire du prix Nobel alternatif en 1981, « pour le développement de modèles éducatifs dans le tiers-monde.  ».

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • (en) Patrick van Rensburg, Guilty Land., Uppsala, Penguin,‎ 1962 (ISBN B0000CL9AT)
  • (en) Patrick van Rensburg, Report from Swaneng Hill., London, Dag Hammarskjold Foundation,‎ 1974 (ISBN 91-85214-01-9)
  • (en) Patrick van Rensburg, The Serowe brigades: Alternative education in Botswana., Macmillan for the Bernard van Leer Foundation,‎ 1978 (ISBN 0-333-23594-0)
  • (en) Patrick van Rensburg et Andrew Boyd, Atlas of African Affairs., London, Methuen,‎ 1962 (ISBN 0-416-64770-7.)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]


Références[modifier | modifier le code]

  • Autres sources

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Geseko von Lüpke et Peter Erlenwein, "Nobel" alternatif, 13 portraits de lauréats, Sète, La Plage,‎ 2008, 213 p. (ISBN 978-2842211912)

Autres sources[modifier | modifier le code]

Sites en français[modifier | modifier le code]

Sites étrangers[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]