Patrick de Saint-Exupéry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Exupéry (homonymie).
Patrick de Saint-Exupéry lors des Assises du journalisme à Lille en mai 2008

Patrick de Saint-Exupéry (né en 1962) est un journaliste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Patrick de Saint-Exupéry est le fils du comte Jacques de Saint-Exupéry et de la comtesse, née Martine d'Anglejan. Antoine de Saint-Exupéry, célèbre aviateur et écrivain, était le cousin germain de son grand-père.

Il a commencé sa carrière de journaliste en gagnant à 19 ans un concours de jeunes reporters. Il est diplômé de l'Institut Pratique du Journalisme en 1984. Il a collaboré à plusieurs journaux :

Au cours de sa carrière il a couvert l’Afrique, le Cambodge, le Canada, le Liberia, l’Afrique du Sud, la guerre du Golfe, l’Iran, la Libye, l’Arabie saoudite et le Rwanda puis Moscou où il fut correspondant permanent de 2000 à 2004.

Début 2005, il travaille à nouveau sur l'Afrique, toujours pour le Figaro.

Le Patrick de Saint-Exupéry, envoyé spécial du Figaro au Togo, est refoulé de Lomé alors qu'il devait y suivre le déroulement de l'élection présidentielle. L'élection a lieu deux jours plus tard et, émaillée de fraudes, débouchera sur la victoire de Faure Gnassingbé Eyadema.

Lauréat du prix Albert-Londres en 1991 pour sa série de reportages sur la guerre au Libéria et la fin de l’apartheid, Patrick de Saint-Exupéry est aussi membre du jury de ce prix.

Depuis , en congé sans solde du Figaro, il a fondé avec Laurent Beccaria la revue de grand reportage XXI, dont il est le directeur éditorial. En , il fonde un nouveau « Mook » (contraction de book et magazine) sur la photographie Le XXIe en images.

Le Rwanda[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : génocide au Rwanda et opération Turquoise.

Le Rwanda est l'un des pays qui l'a le plus marqué. Il le traverse pendant le génocide d'abord à travers les lignes du FPR, puis pendant l'opération Turquoise à travers les lignes françaises. Ses articles sur l'opération Turquoise et ensuite une série d'articles rétrospectifs en 1998 ont déclenché la constitution de la Mission d'information parlementaire sur le Rwanda, présidée par Paul Quilès, qui a rendu son rapport en .

Ses articles de 1994 et 1998, notamment sur les événements de Bisesero dont il fut témoin direct, ont suscité les réactions de militaires français et de journalistes : Michel Peyrard, journaliste à Paris Match, Stephen Smith dans le Monde[1], Pierre Péan dans Noires fureurs, blancs menteurs[2], et Bernard Lugan dans François Mitterrand, l'armée française et le Rwanda[3] soutiennent la version des militaires français sur Bisesero.

En 2004, Patrick de Saint-Exupéry publie aux éditions Les Arènes un livre entièrement consacré à « La France au Rwanda », intitulé L'Inavouable, dans lequel il entraîne Dominique de Villepin sur les lieux de ses reportages pendant l'opération Turquoise. Il a en effet entendu Dominique de Villepin dire sur une chaîne de radio en parlant du Rwanda : « Les génocides ». Le simple emploi de cette expression insinue des massacres comparables de la part des deux camps, position que Saint-Exupéry juge révisionniste. Deux jours après la publication de son livre, il est intervenu dans un colloque organisé à l'Assemblée nationale par la Commission d'enquête citoyenne sur l'implication de la France au Rwanda. Cet ouvrage a fait l'objet d'une nouvelle édition en , à l'occasion du quinzième anniversaire du début du génocide. Intitulé Complices de l'inavouable, il est à nouveau publié par Les Arènes.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 2004 : L'inavouable : La France au Rwanda, les Arènes, Paris, 287 p. (ISBN 2-912485-70-3)
  • 2009 : Complices de l'inavouable : La France au Rwanda, nouvelle éd. revue et augmentée, les Arènes, Paris, 313 p. (ISBN 978-2-35204-083-5)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stephen Smith, « L'infamante accusation de "complicité" de la France est portée sans preuves » et « Une charge contre "la volonté permanente de négation" des gouvernements français depuis dix ans », Le Monde, 18 avril 2004.
  2. Pierre Péan, Noires fureurs, blancs menteurs : Rwanda, 1990-1994, Mille et une nuits, 2005, 544 p. (ISBN 2-84205-929-8), chap. 24, « Bisesero ou l'inavouable manipulation ».
  3. Bernard Lugan, François Mitterrand, l'armée française et le Rwanda, Le Rocher, 2005, 288 p. (ISBN 2-268-05415-2).

Articles connexes[modifier | modifier le code]