Patrick Mimran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Patrick Mimran, né en 1956 à Paris, est un artiste multimédia français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Patrick Mimran se destine dans un premier temps au monde des affaires (il codirigera à la fin des années 1980 la firme automobile Lamborghini). Il entreprend dans la foulée une carrière d’artiste multimédia : il utilise la peinture, la photographie, la vidéo, la sculpture et l’installation. Compositeur de musique électronique, il a travaillé avec Peter Greenaway et avec Maurice Béjart pour le ballet Kurozuka (Théâtre Bunkan Kaikan, Tokyo)[1].

L’univers artistique de Patrick Mimran est à la fois introspectif et hanté par le présent et ses soubresauts. De ce versant introspectif témoigne plus particulièrement sa peinture, semi-abstraite, riche de couleurs, où l’artiste multiplie les allusions au corps, au sexe, à la mort. L’attention de Patrick Mimran pour le présent se décline dans des vidéos à l’expression hachée ou dans des installations complexes mêlant objets de mémoire, extraits de films historiques et références contemporaines (Les Rythmes du temps, installation, 1996). Un des aspects les plus spectaculaires de cette œuvre protéiforme et sibylline est représenté par les photographies grand format de l’artiste, qu’il s’agisse de vitrines, d’escalators ou d’entrée de parkings : un univers vide, comme maintenu hors du réel, que son traitement optique ultra-précis fait incliner vers l’icône, l’image à la fois humaine, réaliste, et sacrée, de nature intemporelle (exposition Car Parks in New York à Venise, Prélèvements urbains à Paris, Temple Steps à Miami, entre 2006 et 2008)[2].

Patrick Mimran a initié aussi, en 1999, à New York, une opération d’art sur placard publicitaire, le Billboard Project. L’artiste, à un rythme rapide, diffuse par ce moyen particulièrement accrocheur ses pensées sur le monde de l’art, non sans causticité ou ironie (« I’m the Best in the West »), dans une perspective essentiellement critique[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Ardenne, Patrick Mimran, partage des correspondances, Éditions du Regard, Paris, 2001.
  • Paul Ardenne, Babel/TV, Éditions du Regard, 2001.
  • Urban Samples/Prélèvements urbains (photographies), Éditions Monografik, 2008.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Barbara Polla, Patrick Mimran, une solitude si parfaite, in l'Extension
  2. Barbara Polla, prélèvenemtns urbains, in Nuke
  3. Recent Works and Ancient Obsessions, catalogue, Palazzo di Venezia, Roma, september / november 2007.

Liens externes[modifier | modifier le code]