Patrick McGuinness

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Patrick McGuinness

Patrick McGuinness est un écrivain britannique né en Tunisie en 1968.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né d'une mère belge d'expression française et d'un père anglais de descendance irlandaise, McGuinness vit au Pays de Galles avec sa famille. Il a grandi ou vécu au Vénézuela, en Iran, en Angleterre, en Belgique et en Roumanie.

Il est professeur de français et de littérature comparée au St Anne's College de l’université d’Oxford[1],[2].

Il est poète, romancier et traducteur, notamment de Stéphane Mallarmé.

Travaux[modifier | modifier le code]

La production de McGuinness se partage entre la littérature académique et la poésie. Récemment, il a publié sa première nouvelle sur les derniers jours du régime de Ceaușescu en Roumanie[3].

Critique littéraire et travaux académiques[modifier | modifier le code]

Patrick McGuinness enseigne le Français et la littérature comparée à St Anne's College, d'Oxford. Parmi ses publications académiques figure une étude sur T. E. Hulme[4], une critique de la littérature et de la poésie anglaises, influencées par Bergson à qui le modernisme anglais a beaucoup emprunté. Il a aussi traduit Stéphane Mallarmé[5], un important poète symboliste et édité une anthologie en Français de la Poésie symboliste décadente[6]
.

Il a publié les travaux de Marcel Schwob[7], un symboliste français, écrivain de courtes histoires, ami d'Oscar Wilde, et a écrit sur l'auteur français Joris-Karl Huysmans[8].
McGuinness a aussi publié deux volumes de l'argentino-galloise, poète et novelliste Lynette Roberts, grandement appréciée par T.S. Eliot et Robert Graves. D'après McGuinness, Roberts est "un des plus grands poètes de guerre féminins" dont les travaux "constituent une des réponses poétiques les plus imaginatives à la guerre moderne, elle fait partie des écrivains les plus importants pour la langue anglaise." McGuinness écrit à propos de Lynette Roberts :

Dans sa description de la vie féminine, elle partage quelque chose avec les grandes modernistes comme Mina Loy et Hilda Doolittle. Sa poésie mérite la comparaison avec les travaux de Pound, Bounting et Eliot, mais peut-être le seul auteur gallois à qui elle peut être comparée est son ami et poète épique, David Jones, dont elle connait et admire le travail. Patrick McGuinness, New Welsh Writing. Rediscovering a modernist classic: Lynette Roberts[9].

Poésies et nouvelles[modifier | modifier le code]

Daytime Drinking

First sip: gentle as a stream overreaching, supple as a rope-bridge in the air;

The second, long as the creak of floorboards, firm as a leg-iron clasp;

The third, sudden as the trap door beneath you, the rudderless slide back to thirst.

Source : La cité trahie (Jilted City) (2010)[10]. McGuinness a publié sa première collection de poèmes, Les canaux de Mars (The Canals of Mars), en 2004[11]. Le livre a été traduit en italien (2006). En 2009 Alexandra Buchler et Eva Klimentova ont traduit les poèmes de McGuinness The Canals of Mars et 19th Century Blues en Tchèque[12].

En 2007, il publie un pamphlet poétique, Le blues du XIXe siècle (19th Century Blues), qui remporte le concours de The Poetry Business Book & Pamphlet Competition en 2006[13].

Son dernier recueil de poésies est La cité trahie (Jilted City)[14], dont le leitmotiv est la mémoire, une cité trahie (the jilted city). Une partie du livre, appelée Blue Guide concerne les voyages en train vécus par le jeune McGuinness sur la ligne de chemin de fer historique, la ligne 162, entre Bruxelles et Luxembourg. Cette partie a été traduite en français par Gilles Ortlieb, dans la revue Théodore Balmoral. L'ensemble du recueil a été traduit en italien par Giorgia Sensi et publié sous le titre L'âge de la chaise vide (L'età della sedia vuota)[15], le titre d'un des poèmes du livre, comme un hommage au vécu des femmes au regard de la perspective guerrière, une chaise vide sur la plage comme le symbole d'une absence violente et irrationnelle[16].

La première nouvelle de Patrick McGuinness, Les cent derniers jours (The Last Hundred Days), a été nominée pour le prix Man Booker (Man Booker Prize) en 2011. Un thriller inspiré de l'effondrement du communisme dans la Roumanie de Ceaușescu, un des régimes les plus paranoïaques où l'espionnage de la vie privée menace toute relation humaine. Le personnage principal en est un étudiant anglais enseignant à Bucarest[17] où McGuinness a vécu lui-même dans les années précédant la révolution.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Œuvre traduite en français[modifier | modifier le code]

  • Les Cent Derniers Jours, [« The Last Hundred »], trad. de Karine Lalechère, Paris, Éditions Grasset et Fasquelle, coll. « Roman étranger », 2013, 493 p. (ISBN 978-2-246-79854-5)[19]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Guest Editor announced for summer 2013 issue of Poetry Review », sur The poetry society,‎ 6 février 2013 (consulté le 26 août 2013)
  2. Francine Prose, « Uncertain Times. ‘The Last Hundred Days,’ by Patrick McGuinness », sur NYT - Sunday Book Reviewv,‎ 8 juin 2012 (consulté le 26 août 2013)
  3. The Last Hundred Days, Seren, 2011
  4. T E Hulme: Œuvres choisies (Selected Writings), Carcanet, 1998
  5. Pour la tombe d'Anatole (For Anatole's Tomb), Carcanet, 2003
  6. Anthologie de la Poésie Symboliste et Décadente, Les Belles Lettres, France, 2001
  7. Marcel Schwob, Œuvres, Les Belles Lettres, France, 2003
  8. J K Huysmans, Contre Nature (Against Nature), Penguin, 2003
  9. Patrick McGuinness, "New Welsh Writing. Rediscovering a modernist classic : Lynette Roberts (1909–1995)"
  10. Le poème Daytime Drinking est aussi publié dans le Poems on the Vaporetto séries à Venise, n. 54.
  11. Wales Literature Exchange The Canals of Mars
  12. Patrick McGuinness, Černá skřínka Periplum, 2009. ISBN 978-80-86624-51-8.
  13. 19th Century Blues, Smith/Doorstop Books, 2007
  14. Sean O'Brien, "Jilted City by Patrick McGuinness" dans The Guardian, 29 mai 2010
  15. L'età della sedia vuota, cura e traduzione di Giorgia Sensi, edizioni Il ponte del sale, Rovigo, 2011
  16. The Age of the Empty Chair, inspiré d'un tableau de Monet La plage à Trouville (The Beach at Trouville)
  17. James Purdon, "The Last Hundred Days de Patrick McGuinness. Le Bucarest de Ceausescu retombe dans une saisissante nouvelle semi-autobiographique" dans The Guardian 14 août 2011 [1]
  18. Ministere
  19. James Purdon, « The Last Hundred Days by Patrick McGuinness », sur The Guardian,‎ 14 août 2011 (consulté le 26 août 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]