Patrick Chappatte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Patrick Chappatte
Naissance 1967
Karachi, Sind
Drapeau du Pakistan Pakistan
Nationalité Suisse
Profession Dessinateur de presse, BD Reporter
Distinctions honorifiques Thomas Nast Award (2011)
Prix du public 2012, Nebelspalter
Site internet http://www.globecartoon.com

http://www.bdreportage.com

Médias
Média principal Presse écrite
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Presse écrite Le Temps
Autres médias Neue Zürcher Zeitung
International New York Times

Patrick Chappatte est un dessinateur de presse suisse né en 1967 à Karachi (Pakistan). Il travaille pour le quotidien Le Temps, pour la Neue Zürcher Zeitung (édition du dimanche) et pour International New York Times, anciennement International Herald Tribune. Le site Yahoo Actualités publie également ses dessins.

Carrière[modifier | modifier le code]

Après des débuts dans la presse suisse, Chappatte a vécu de 1995 à 1998 aux États-Unis où il a collaboré avec le New York Times. Il est l'auteur de la bande-dessinée Rob the Cybernaut publiée dans Newsweek. En avril 2012 il devient le premier non-américain à recevoir le Thomas Nast Award 2011 décerné par l'Overseas Press Club of America[1]. En février 2013, il reçoit le prix du public 2012 du Nebelspalter[2]

BD Reportages[modifier | modifier le code]

Depuis 1995, Chappatte signe des reportages en bande dessinée dans la presse, sur le web, et sous forme de film d'animation. Parmi ces récits: la guerre de Gaza (2009), les bidonvilles de Nairobi (2010), les gangs de Guatemala City (2012) et la fabrique des pop stars de Séoul (2013).

Reportage animé[modifier | modifier le code]

En 2009, Chappatte s'est rendu dans le sud du Liban où la population vit sous la menace de véritable bombes à retarderment : les armes à sous-munition. Il y a réalisé un reportage sous forme de bande dessinée : La mort est dans le champ. En 2011 ce reportage sort sous la forme d’un documentaire d'animation[3].

Pour Chappatte, la réalisation de ce documentaire s’inscrit dans une démarche à la fois professionnelle et personnelle. « Étant de père suisse mais de mère libanaise, je voulais mieux comprendre les problèmes auxquels les Libanais continuent de devoir faire face, bien après la fin des combats, explique-t-il. Je voulais également mettre à profit mes compétences de dessinateur de presse, mon expérience de journaliste et mon sens de la satire pour proposer un nouveau regard sur les conflits oubliés, ainsi qu'un nouveau moyen de montrer les gens qui sont derrière l'histoire. »[4].

Ouvrages parus[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]