Patricia Janody

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Patricia Janody est un médecin psychiatre, une philosophe et une romancière française.

Dans Constructions schizophrènes, constructions cartésiennes, elle montre, à partir des Méditations cartésiennes, d'une part que la philosophie de René Descartes procède des mêmes conditions mentales qu'un délire systématisé, d'autre part que le délire schizophrénique n'est pas la conséquence d'incohérences du jugement mais au contraire l'engagement dans le processus de l'hyperrationalité.

Cet essai s'inscrit plus dans la continuité des travaux d'Eugène Minkowski que de la psychanalyse, et rejoint une observation qu'avait faite Siegfried Giedion sur la relation entre schizophrénie et l'abstraction figurative lorsqu'il "met en parallèle les travaux de Minkowski dans Space and time (1908) avec les débuts du cubisme et du futurisme. Il en déduit que l'opposition fondamentale entre le relationnel et le géométrique d'une part, les besoins de l'âme et de l'imagination de l'autre, a disparu par suite de la mise en valeur des principes de l'irrationnel en physique et en chimie, ainsi qu'en mathématiques, et, par suite, de l'appréhension en art d'un univers non euclidien.[1]

Publications[modifier | modifier le code]

  • La Répétition, roman, 2002, Éditions de L'Olivier,
  • Constructions schizophrènes, constructions cartésiennes, 1998, Érès, Paris
  • Contributions à l'étude psychopathologique de la dissociation et des hallucinations dans la schizophrénie, thèse de médecine, 1995

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Analyse de Pierre Francastel dans Art et technique aux XIXe et XXe siècles.